Yechiva Merkaz Harav

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'un des bâtiments de la yeshiva
le mosad (institut) du Rav Kook
la maison du Rav Kook, rue Ticho

Merkaz HaRav ou Mercaz HaRav (hébreu: מרכז הרב, litt. Le Centre du Rav), également connu comme la Yeshivat Merkaz HaRav, est une yechiva hardalit (orthodoxe-nationale) située en Israël dans le quartier Kyriat Moshe de Jérusalem.

Histoire[modifier | modifier le code]

La yechiva est fondée en 1924 par Abraham Isaac Kook (surnommé "le Rav" par ses étudiants) et dirigée par Aharon Bronstein, dit l’ilouï de Tebrig. Elle est considérée comme l'étendard des yeshivot nationales religieuses. Située à l'origine dans la maison du Rav Kook, dans le quartier de Beit David (rue Ticho), elle déménage en 1964 à Kiryat Moshe, à côté du Mossad Harav Kook.

Merkaz HaRav est synonyme de "l'enseignement du Grand-rabbin Kook" - ainsi que des éléments nationalistes de la Torah, dans lesquels elle a joué un rôle important, en fournissant au système éducatif national-religieux, depuis les écoles primaires ou lycées pour filles ou aux yeshivot hesder, leur cadre, leur personnel pédagogique et leurs conseillers.
Bien que certains de ses étudiants accomplissent leur service dans les forces de défense israéliennes, ce n'est pas une yeshivat hesder, et leur engagement est notablement plus court, les étudiants étant plus âgés au moment de leur conscription.

Le Grand-rabbin Zvi Yehouda Kook, le fils du Grand-rabbin Kook, a repris le poste de Rosh Yeshiva des années après la mort de son père. Lui ont succédé le rabbin Avraham Shapira, qui dirige l'institution jusqu'à son décès en 2007, puis le fils de celui-ci, le RabbinYaakov Shapira.
La yechiva compte actuellement 500 étudiants, dont 200 en kollel.

En 1964, un lycée-yechiva nommé (ישיבת ירושלים לצעירים) est fondé à proximité du Merkaz, et devient lui aussi un étendard du sionisme religieux.

Attentat[modifier | modifier le code]

La nuit du 6 mars 2008, alors que la yechiva accueille des étudiants du Lycee-Yechiva "latsei'irim" ou "pour les jeunes" (ישל"צ, ישיבת ירושלים לצעירים) pour célébrer la néoménie d'Adar beth au cours de laquelle a lieu la fête de Pourim, un tireur isolé s'introduit dans la yechiva avec une arme automatique et fait feu dans la bibliothèque, tuant huit étudiants âgés de quinze à dix-huit ans, et en blessant quarante autres, dont trois dans un état critique, avant d'être abattu par les forces de défense israéliennes, dont le Rav Yitzhak Dadoun, un officier de réserve, ancien étudiant de la yechiva et travaillant actuellement dans un des instituts de recherches de la yechiva. Selon Dadoun, le tireur était armé d'une mitrailleuse Kalashnikov[1].

Un autre témoin dit à la télévision israélienne avoir entendu des tirs isolés et de mitrailleuse de l'intérieur du bâtiment pendant au moins 10 minutes. L'un des directeurs de la yechiva, David Simhon, déclare sur la chaîne de télévision Aroutz 2 qu'au départ, les coups de feu n'ont inquiété personne, les gens pensant qu'il s'agissait de pétards en l’honneur de Pourim[2].

Des officiels de sécurité révèlent que le tireur, Ala al-Din Hashem Abou Dhaim, un Arabe israélien[3] de Jérusalem-Est, membre d'une cellule du Hamas de Jabel Moukhaber, village jouxtant le sud-est de Jérusalem[4],[5]. Il avait anciennement travaillé à la yechiva comme chauffeur[6].

Le Hamas accueille l'attaque avec satisfaction: "Nous bénissons l'opération [de Jérusalem]. Elle ne sera pas la dernière". Il est rapporté que des Palestiniens ont tiré en l'air et distribué des bonbons pour célébrer l'attaque, accueillie comme une "réaction naturelle" à l'offensive israélienne dans la bande de Gaza ayant fait plus de 120 morts, dont des enfants. La sœur du tireur déclare à la presse que son frère a fortement réagi à l'offensive[7]. Par ailleurs, la chaîne télévisée du Hezbollah, Al-Manar, interrompt ses programmes habituels pour acclamer les attaques, révélant qu'elles avaient été revendiquées par un nouveau groupe, les "Kataëb Ahrar el-Jalil (Brigades des hommes libres de la Galilée) - Martyrs d'Imad Mughniyeh" ce qui suggère que l'attaque surviendrait suite à son assassinat, auquel Israël serait mêlé, ce que cette dernière dément.
En revanche, le président palestinien Mahmoud Abbas rapidement condamne l'attaque, aux côtés des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, et d'autres, qui y voient une attaque directe contre le processus de paix dans la région[6],[8],[9],[10]. Cependant, le Conseil de sécurité de l'ONU, réuni en urgence, n'a pu s'entendre sur un texte la condamnant, en raison de l'opposition de la Libye, qui souhaiterait une condamnation conjointe d'Israël. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a personnellement condamné l'attaque[6].

Selon les premiers éléments de l'enquête menées conjointement par la police et le Shabak, au cours de laquelle huit personnes ont été arrêtées pour interrogatoire, il s'agit d'un acte prémédité, bien que la police n'ait eu aucune information sur une possibilité d'attentat[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Jerusalem yeshiva student: I shot the terrorist twice in the head Haaretz, 7 mars 2008
  2. Huit personnes assassinées à la yeshiva Merkaz Harav de Jérusalem, Aroutz Sheva 6 mars 2008
  3. (en)Student killer was 'good boy with a future' Scotland on sunday, 9 mars 2008
  4. (en)Arab Terrorist Attacks Jerusalem's Merkaz HaRav Yeshiva: 8 Dead Arutz Sheva, 7 mars 2008
  5. Dépêches d'Aroutz Sheva, 7 mars 2008
  6. a, b et c (en)Mourners gather at Israeli school, BBC News, 7 mars 2008
  7. (en)8 Burials for Jerusalem Seminary’s Dead, The New York Times, 8 mars 2008
  8. (en)Mercaz Harav hit by capital's worst terror attack since April '06 Jerusalem Post, 7 March 2008
  9. (en)8 die in terror attack on J'lem yeshiva Haaretz, 7 mars 2008
  10. Nicolas Sarkozy condamne l'attentat de Jérusalem Yahoo news 7 mars 2008
  11. Dépêches d'Aroutz Sheva, 8 mars 2008

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]