Yannick d'Escatha

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yannick d'Escatha

alt=Description de l'image Yannick d'Escatha.jpg.
Naissance 18 mars 1948 (66 ans)
Paris
Nationalité Drapeau : France Français

Yannick d'Escatha, né le 18 mars 1948 à Paris, est un scientifique et gestionnaire industriel français. Il a présidé le Centre national d'études spatiales (CNES) de 2003 à avril 2013, et le conseil d'administration de l'Université de technologie de Troyes depuis le 29 janvier 2008. Il est également membre du conseil d'administration du groupe Thales depuis le 19 mai 2009[1],[2].

Biographie[3][modifier | modifier le code]

Polytechnicien (promotion 1966) et Ingénieur du corps des mines, Yannick Marie Charles d'Escatha a initialement une carrière d'enseignant-chercheur en mécanique des sols, mécaniques des structures et mécanique de la rupture.

  • En 1972 il est maître de conférences à l'école Polytechnique, à l'école des mines de Paris et à l'ENSTA
  • En 1973, il participe à l'élaboration de la réglementation technique française en matière de chaudières nucléaires à eau, puis a son application en tant qu'expert auprès du ministère de l'Industrie
  • En 1978, il est nommé chef de bureau de contrôle de la construction nucléaire, où il assume la responsabilité du controle technique de l'État dans l'application de cette réglementation au programme électronuclaire français.
  • En 1982, il est détaché auprès de la société Technicatome filiale du CEA, dont la mission principale est la maitrise d'oeuvre industrielle de la propulsion nucléaire des bâtiments de la Marine nationale.
  • Après avoir été directeur des établissements de Cadarache et d'Aix-en-Provence il est nommé
  • En 1987, directeur général adjoint de Technicatome.
  • En 1990, il est appelé par l'administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique, pour occuper les fonctions de directeur de la direction des technologies avancées,
  • En 1992 il devient administrateur général adjoint du CEA.
  • En 1995 il est nommé administrateur général du CEA.
  • En 1999, il est président de CEA Industrie.
  • En 2000, il est nommé directeur général délégué industrie d'EDF. Responsable du pôle industrie d'EDF, il est chargé de la politique industrielle de l'entreprise.
  • En 2002, il est directeur général délégué d'EDF
  • En 2003, il est nommé président du centre national d'études spatiales (CNES).
  • En 2010 il est reconduit dans ses fonctions.
  • En 2011 il était membre du conseil d'administration, représentant de l'état nommé par décret d'EDF

Mandats sociaux[modifier | modifier le code]

Anciens mandats
  • Président du conseil d'administration de l'École polytechnique de mai 2001 à mars 2008.
  • Membre du conseil d'administration de la RATP

Distinction[modifier | modifier le code]

Nommé chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur le 15 novembre 1995, promu officier le 14 juillet 2004[4], il est promu au grade de commandeur le 14 juillet 2011[5].

Nommé chevalier de l'ordre national du Mérite, promu officier le 21 mars 2000, il est promu au grade de commandeur le 7 mai 2007[6].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Communiqué du groupe Thales du 19 mai 2009
  2. « Jean-Yves Le Gall nommé à la présidence du Cnes », sur le site du quotidien Le Figaro (consulté le 4 avril 2013).
  3. Document de l'assemblée générale mixte de Thales du jeudi 20 mai 2010 page 33
  4. Décret du 13 juillet 2004 portant promotion
  5. Décret du 13 juillet 2011 portant promotion
  6. Décret du 7 mai 2007 portant promotion