Yannick Jaulin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yannick Jaulin

Activités Conteur, Comédien, Dramaturge, Chanteur
Naissance 30 juillet 1958
Aubigny (Vendée), Drapeau de la France France
Langue d'écriture Parlanjhe (poitevin)
Genres Littérature orale
Distinctions Chevalier des Arts et des Lettres

Yannick Jaulin est un conteur, acteur et dramaturge français, né à Aubigny (Vendée), le 30 juillet 1958. On le présente aussi comme "diseur", chanteur, humoriste[1] [2] [3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance marquée par le patois poitevin[modifier | modifier le code]

Yannick Jaulin est originaire de Vendée. Il est marqué dès l'enfance par la pratique du parlanjhe, dit aussi poitevin-saintongeais, langue romane d'oïl (comme le gallo, le picard) dit "patois".

Fils d'agriculteurs, rural dans l'âme, le poitevin est sa langue maternelle. Il en fait une de ses principales sources d'inspiration.

Dans sa jeunesse, il devient l'un des animateurs de l'Aigail, une des sections de l'Amicale laïque d'Aubigny et l'un des membres très actifs de l'UPCP. Outre un travail considérable de collecte des musiques, chants, danses, contes et autres traditions, ce groupe produit alors des spectacles de création, librement inspirés de ce fond culturel[1].

« Je ne perdais pas une miette de ces rencontres, elles me transportaient, elles renforçaient ma propre identité. Ce qui me marquait le plus, c’est la qualité humaine de ces vieux, leurs itinéraires incroyables. Un prétexte à l’humanité... »

— Rapporté par Eric Fourreau[4]

Oralité et éclectisme[modifier | modifier le code]

Après avoir collecté des histoires de villages ou mêlé rock et conte, il finit par basculer complètement du côté des mots. De bistrots en cimetières, le conteur croise fées et menteurs, cherchant les caractères qui, depuis que l'homme est l'homme, traversent et agitent le monde. Yannick Jaulin transforme ces petites mécaniques humaines en histoires à la fois ancrées dans leurs temps et universelles.

Sa poésie personnelle, zébrée d'humour, empreinte de mots d'hier et d'aujourd'hui, en fait un artiste décalé de la scène française, résistant aux classifications.

Pougne Hérisson et le Nombril du Monde[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire] Le raconteur d'histoires devient passeur de mondes, artiste engagé et vit ses opinions sur scène comme sur le terrain.

En 1986 Yannick Jaulin découvre le hameau de Pougne-Hérisson, dans les Deux-Sèvres. Les habitants assistant à un de ses spectacle l'invitent à nourrir son imaginaire sur place. Pougne-Hérisson, commune rurale du Poitou, sertie dans le granit, devient le décor des histoires du conteur.En 1996, la Cie Yannick Jaulin, Le beau Monde?, s'implante à Pougne-Hérisson. Elle y porte ses propres spectacles et poursuit la direction artistique des projets culturels. Elle impulse la ligne artistique : recherches sur l'oralité, sur différentes formes de paroles et d'histoires. Le milieu rural devient un champ d'expérimentations perpétuel, terrain d'innovations et d'exigence artistique.

Depuis 1992, Yannick Jaulin a initié une manifestation loufoque « Sacré Nombril » qui a lieu tous les deux ans dans ce petit village des Deux-Sèvres. Chaque édition repose sur un thème tout en proposant systématiquement des spectacles de rue, de cirque, de la chanson, du conte, du récit, des expositions (les plus beaux nombrils), des rituels, des jeux (championnat de « T’as menti »), des histoires de Pougne Hérisson racontées par Yannick Jaulin... Cette manifestation tient le pari d’être un rendez-vous ouvert à des publics variés, à prendre en compte les dimensions locales et rurales tout en ayant une reconnaissance nationale et médiatique. Cette originale biennale du 15 août, est rapidement reconnue comme telle dans l'Hexagone, comme on peut le constater à chaque édition de par sa couverture médiatique (télévisions, radios, presse nationale et régionale)[réf. nécessaire]. Dans un mélange surréaliste, ce village accueille pendant deux jours, plus de 3000 spectateurs.

Sources d'inspiration[modifier | modifier le code]

[réf. nécessaire] Ses créations, matinées de one man show, puisent leurs influences autant dans la culture rock que la tradition poitevine, en passant par la BD et le cinéma. Pendant son adolescence, il a participé à des activités de collectage auprès des personnes âgées afin de conserver la culture populaire poitevine.

Citation[modifier | modifier le code]

" Un pays qui n'a plus d'histoires dans son ciel est un pays qui n'est plus capable de rêver"

(Yannick Jaulin le lutin céleste, Eric Fourreau, Éditions de l'attribut, 2005).

Spectacles/Auteur[modifier | modifier le code]

  • La bête à deux dos ou le coaching amoureux (2007 créé et interprété par Angelique Clairand)
  • Chemin de la belle Etoile (création 2009 Sebastien Bertrand)

Créations[modifier | modifier le code]

  • Le Dodo
  • Terrien
  • Menteur
  • J'ai pas fermé l'œil de la nuit
  • Rien que du beau Monde
  • La vie des Roses
  • Pougne-Hérisson

Participation en tant qu'acteur[modifier | modifier le code]

Publications de Yannick Jaulin[modifier | modifier le code]

  • J’ai pas fermé l’œil de la nuit… (texte intégral)
  • Il était une fois J'ai pas fermé l'œil de la nuit (coécrit avec Titus)
  • La légende de Pougne-Hérisson, le Nombril du Monde (coécrit avec Titus)
  • Jaulin raconte Pougne-Hérisson (texte de spectacle suivi d’un entretien avec Nathael Moreau)
  • Terrien (texte du spectacle et entretiens avec wajdi Mouawad)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Merlicoquet et autres contes de randonnée (Didier jeunesse/Harmonia Mundi)
  • Terrien (Texte et DVD)
  • Menteur, (livre CD et DVD)
  • J’ai pas fermé l’œil de la nuit…, (livre CD)
  • Contes du Marais Poitevin
  • Contes d’animaux
  • Rien que du beau monde
  • Contes pour les drôles et les moins drôles
  • Contes pour les drôles, Zéro de conduite
  • Mick de Chaï, Le beau monde
  • Jan do Fiao
  • La vie des Roses
  • Pougne-Hérisson
  • Contes à rire et à faire zire
  • Contes de Château-Fromage 87

Distinctions diverses et variées[modifier | modifier le code]

  • Citoyen d'honneur du Groland
  • Chevalier des Arts et des Lettres (2005)
  • Grand prix de l'innovation culturelle, décerné par Catherine Trautmann ministre de la culture (1999)
  • Tasse d'or et grand prix au festival Performance d'acteur de Cannes (1990 et 2001)
  • Élu à l’unanimité moins un « Deux-Sévrien de l’année » (1995)
  • Prix du public au festival d'humour de Vienne
  • Vice-champion de camaraderie à la Foire de la pomme de Secondigny
  • Prix spécial du jury au festival d'humour de Lyon
  • Chevalier de la Mogette vendéenne
  • Chevalier de la Canette de Bouillé-Loretz
  • Parrain de la vigne de Capbreton
  • Citoyen d'honneur de Pougne-Hérisson (1983)

Divers[modifier | modifier le code]

Dans son dernier spectacle, "Terrien", qu'il définit comme "l’histoire d’un homme qui aime tellement les histoires qu’il se fait avoir par l’une d’elles. L’histoire d’un aveuglement. Et d’une révélation", il évoque sa dérive sectaire au sein de l’Ordre du Temple solaire, qu'il a quitté, avec sa compagne, environ un an avant les suicides collectifs[3]. Il témoigne de cette période dans l'émission spécial investigation ( Canal + ) , décembre 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Yannick JAULIN, diseur (acteur et conteur) », Mairie d'Aubigny (consulté le 25 mars 2013)
  2. Fourreau 2005, p. 15.
  3. a et b Frédérique Roussel, « C'est patois, c'est moi - Portrait », Libération,‎ 26 novembre 2007 (consulté le 26 mars 2013)
  4. Fourreau 2005, p. 21.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Éric Fourreau, Yannick Jaulin le lutin céleste, Bessières, Éditions de l'Attribut,‎ 2005, 121 p. (ISBN 2916002006, lire en ligne) retrace le parcours personnel et artistique du conteur.