Yann Moulier-Boutang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Yann Moulier Boutang)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boutang.
Yann Moulier-Boutang en 2009 à côté de Roselyne Bachelot.

Yann Moulier-Boutang, né le 19 juin 1949 (65 ans)[1], est un économiste et essayiste français. Il est le fils de Pierre Boutang et le demi-frère de Pierre-André Boutang.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Yann Moulier-Boutang participe en 1968 au Mouvement du 22-Mars puis aux Cahiers de Mai. De 1970 à 1975, il est élève de l'École normale supérieure. Il se rallie aux thèses opéraïstes en 1970 et participe en 1972 à la création de la revue Matériaux pour l'intervention. En 1973, il rencontre Toni Negri, qui influencera durablement son travail et dont il sera très proche dans les années 1980-2007.

En 1974, Yann Moulier fonde la revue Camarades, qui succède à Matériaux pour l'intervention et développe les thèmes de l'autonomie ouvrière, concept adopté alors en Italie par des militants issus de l'opéraïsme. Camarades est un des premiers groupes du mouvement autonome en France. Après l'autodissolution de Camarades, Yann Moulier participe de 1979 à 1981 au Centre d'initiative pour de nouveaux espaces de liberté (CINEL), une initiative de Félix Guattari.

Yann Moulier a adhéré aux Verts en 1999. Depuis 2000, il est directeur de publication de la revue Multitudes. Il est membre du comité d'orientation de Cosmopolitiques.

Après avoir été enseignant à l'École normale supérieure et à l'Institut d'études politiques de Paris, Yann Moulier-Boutang est actuellement professeur de sciences économiques à l'Université de technologie de Compiègne et International Adjunct Professor au centre Fernand-Braudel de l’Université de Binghamton-New York (États-Unis).

Yann Moulier-Boutang est un défenseur du revenu de base inconditionnel[2] qu'il justifie dans son livre L'abeille et l'économiste (2010) par le fait que les hommes créent tous de la valeur économique, à la manière des abeilles lors de la pollinisation[3].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Économie politique des migrations clandestines de main d’œuvre, Publisud, 1986
  • Cent ans d’immigration : étrangers d’hier, Français d’aujourd’hui, in Cahiers de l'INED, 1991 (avec Michèle Tribalat, Jean-Pierre Garson et Roxane Silberman)
  • Althusser : une biographie (1re partie), Grasset, 1992 (réédition en poche en 2002)
  • Des entreprises pas comme les autres : Benetton en Italie, le Sentier à Paris, Publisud, 1993 (avec Maurizio Lazzarato et Antonio Negri)
  • Le bassin de travail immatériel (BTI) dans la métropole parisienne : mutation du rapport salarial dans les villes du travail immatériel, L’Harmattan, 1996 (avec Antonella Corsani, Maurizio Lazzarato et Antonio Negri)
  • La balade des droits civiques, in Papiers, Les Yeux ouverts, 1996 (pamphlet) [lire en ligne]
  • De l’esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, PUF, 1998
  • Préface, index et édition de Louis Althusser, Lettres à Franca, 1961-1973, Stock-Imec, 1998 (avec François Matheron)
  • Le droit dans la mondialisation : une perspective critique, PUF, 2002 (avec Monique Chemillier-Gendreau)
  • La révolte des banlieues ou Les habits nus de la République, Éd. Amsterdam, 2005 [lire en ligne]
  • Le capitalisme cognitif : la nouvelle grande transformation, Éd. Amsterdam, 2007
  • L’abeille et l’économiste, Éd. Carnets Nord, 2010

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Moulier-Boutang, Yann », notice d'autorité personne n° FRBNF 14066124, catalogue Bn-Opale Plus, Bibliothèque nationale de France, créée le 28 août 2002.
  2. http://multitudes.samizdat.net/L-autre-globalisation-le-revenu-d
  3. http://www.telerama.fr/idees/yann-moulier-boutang-taxons-toutes-les-transactions-financieres,72654.php

Liens externes[modifier | modifier le code]