Yann-Fañch Kemener

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Yann-Fañch Kemener

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Yann-Fañch Kemener, à Guérande, en 2013.

Informations générales
Nom de naissance Jean-Francois Quémener
Naissance 7 avril 1957 (57 ans)
Sainte-Tréphine Région Bretagne
Activité principale Chanteur
Genre musical Musique bretonne
Années actives Depuis les années 1970
Site officiel Site officiel

Yann-Fañch Kemener, Jean-François Quémener pour l'état civil, est un chanteur traditionnel breton et un ethnomusicologue français, né le 7 avril 1957 à Sainte-Tréphine (Côtes-d'Armor).

Acteur du renouveau du kan ha diskan (chant et contre-chant) dans les années 1970 et 1980, notamment avec son comparse (et compère) Erik Marchand, il a contribué à la pérennisation de la transmission de chants traditionnels par son activité de chanteur traditionnel mais aussi dans ses activités de collectage de la tradition orale locale et de transmission de la langue bretonne. Il est au départ influencé par les enregistrements de gwerzioù de Mme Bertrand, réalisés par Claudine Mazéas, pour ensuite développer son style[1].

Ses collaborations diverses (au sein du groupe Barzaz mais aussi avec Dan Ar Braz, Didier Squiban, Alain Genty, Aldo Ripoche, Anne Auffret, Marcel Guilloux…) et son timbre de voix singulier ont fait de lui une figure emblématique du chant breton.

Il a réalisé de nombreux disques et a chanté dans de nombreux festoù-noz.

En 1977, il remporte le premier prix du Kan ar Bobl[2]. Il est décoré le 26 septembre 2009 de l'Ordre de l'Hermine[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Yann-Fañch Kemener avec, à droite, Erik Marchand à Villarceaux en 2011

Yann-Fañch voit le jour en 1957, dans un univers de chants quotidiens, à Sainte-Tréphine en Haute-Cornouaille, un pays Fañch Plinn aux fortes influences vannetaises, où sa famille du côté maternel est réputée bons chanteurs. Côté paternel, c'est plutôt pays Fisel, vers Glomel. Le breton étant sa langue maternelle, la transmission se fait naturellement. Dans les Côtes-d'Armor, ses « informateurs », comme il dit, se nomment Jean-Marie Youdec, de Plounévez-Quintin, Jean Poder, de Plouguernével, sans oublier Mme Bertrand, de Saint-Nicolas-du-Pélem, qu'il connut tout petit[4].

À quatre ans il « fait » son premier fest-noz[5] et il se produit sur scène dès l'âge de 13 ans[6]. Influencé par les grandes voix des anciens comme Mme Bertrand, il alterne entre gwerzioù et airs à danser en fest-noz, en compagnie de Marcel Guilloux, Erik Marchand, Ifig Troadec...

En 1977, le public le découvre, âgé de 20 ans, lors des Jeux de Langonnet (Morbihan). Il enregistre Chants profonds de Bretagne Vol. 1, et en 1982, l'académie Charles-Cros le récompense en lui donnant le grand prix du Patrimoine pour Chants profonds de Bretagne Vol. 3[5]. En 1988, il fonde le groupe Barzaz avec Gilles Le Bigot (guitares), Jean-Michel Veillon (flûtes), Alain Genty (basses) et David Hopkins (percussions). Devenu un des groupes mythiques de musique bretonne, Barzaz joue avec les éléments, entre la pureté de la voix, les silences, les bruitages et les cloches d'Hopi Hopkins, donnant l'impression que le vent ou la pluie participent à leur musique.

Il multiplie ensuite les expériences et les spectacles (avec Kristen Noguès, Jean-Louis Le Vallégant, Anne Auffret). En 1991, il enregistre l'album Kerzh'Ba'n Dañs' avec le groupe Skolvan. Il enregistre trois albums en duo avec Didier Squiban. De la « gwerz de chambre » il passe à la « gwerz de Zénith » avec la grande formation de l'Héritage des Celtes.

Au début des années 2000, il se lance dans un nouveau duo avec le violoncelliste Aldo Ripoche. Dans un spectacle théâtro-musicale, il rend hommage, seul sur scène, au poète breton Armand Robin, avec une mise en scène de Madeleine Louarn. Dans la poursuite de Barzaz mais avec un registre à destination du jeune public, les Ours du Scorff est sa nouvelle formation, composée en plus des trois fondateurs du guitariste Gilles Le Bigot, le percussionniste Dominique Molard et du chanteur Laurent Jouin.

Avec trois musiciens, il effectue un travail sur le thème des saisons, Bientôt l'été (Tuchant e erruo an hañv) en 2008 et Toujours l'hiver (Gouanv bepred) en 2012 : « une rencontre, une réflexion entre la musique baroque, dite savante, et la musique populaire d'expression bretonne »[7].

Discographie[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1977 : Euroskol Diwan, 33T
  • 1989 : C'hoazh ha Adane, Brazaz Breizh
  • 1989 : Les Sources du Barzaz Breiz Aujourd'hui de Donatien Laurent
  • 1991 : Kerzh'Ba'n Dañs de Skolvan
  • 1991 : La Passion Celtique de Christian Desbordes
  • 1991 : An Tri Breur d'Erik Marchand
  • 1993 : Again d'Alan Stivell
  • 1994 : Swing and tears de Skolvan
  • 1994 : Héritage des Celtes de Dan Ar Braz
  • 1995 : l'Heritage des Celtes en Concert de Dan Ar Braz
  • 1995 : La Seule Aventure d'Yvon le Men
  • 1996 : Brest 96 de Didier Squiban et An Tour Tan
  • 1997 : An Tour Tan live de Didier Squiban et An Tour Tan
  • 1998 : Le Grand Encrier d'Alain Genty
  • 1999 : Skoulad ar Gouroug de Marthe Vassallo
  • 1999 : L'Archipel des Musiques Bretonnes accompagnant le livre d'Yves Defrance
  • 2000 : Autre Chemins tome 1 et 2 de Cœur de Celte
  • 2000 : Chenchet n'eus an Amzer de Skolvan
  • 2000 : Les Grands Airs Celtiques
  • 2004 : Le Petite Lanterne d'Alain Genty
  • 2008 : Ar Bisig Kollet accompagnant le livre de Natacha
  • 2008 : Istorioù Rozenn ha Fanch al Laer de Maryvonne Berthou
  • 2011 : Requiem d'Anne de Bretagne d'Antoine de Févin

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mme Bertrand – Enfin le CD chez Dastum, Yann-Fañch Kemener, juillet 2008
  2. Jérémie Pierre Jouan, « Yann-Fañch Kemener — Biographie chronologique »
  3. Ouest France du 12-13 septembre 2009, éditions Bretagne, page 7
  4. Ronan Gorgiard, « Yann-Fañch Kemener, L'enchanteur à la voix d'or », Cultures bretonnes, édition 2013, Hors-Série Ouest-France, p. 12
  5. a et b Convenant 1996, p. 24
  6. Gorgiard 2008, p. 168
  7. Michel Troadec, « Yann-Fañch Kemener : Gourmand de projets », Cultures bretonnes, Hors-Série Ouest-France, 2012, p. 48

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Écrits, audios et préfaces de Yann-Fañch Kemener[modifier | modifier le code]

  • Carnets de route, Kanaouennoù kalon Vreizh de Yann-Fañch Kemener, Édition Skol Vreizh, Montroulez, 1996
  • Barzaz-Breiz, Yann-Fañch Kemener et la Maîtrise de Bretagne, Édition du Layeur
  • "Gousperoù ar Raned" ha "gourspered ar Rannoù", Jean-Jacques Boidron, Dastum, 1993, 540 p. Préface Yann-Fañch Kemener
  • Le Korrigan de la mer, Mona Bouzec-Cassagnou, Édition des Montagnes Noires, Préface Yann-Fanch Kemener
  • Yannig an Aod, Mona Bouzec-Cassagnou, Édition des Montagnes Noires, 2002, 71 p. Préface Yann-Fanch Kemener
  • Selaou Selaou, Mona Bouzec-Cassagnou et Dominik Bossé, Édition Staj Brezhoneg Koad-Pin, 2002, 191 p. enregistrements avec Yann-Fanch Kemener (Méthode de breton parlé),
  • Chant de vision, Yann-Fanch Kemener, édition Vivre tout simplement, 2012, ISBN 978-2-9535226-8-6

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Récits et poèmes celtiques, Domaine brittonique VIe - XVe siècles, Préface de Pierre-Jakez Hélias, Édition Stock-Moyen Âge
  • Vie et Mœurs des Lutins Bretons, Françoise Morvan, Édition Babel, 334 p.
  • La clef de la chapelle est au café d'en face, Yvon Le Men, Édition Flammarion
  • Musiques des Mondes Celtes, Jean-Pierre Pichard, Éditions du Chêne, 2000
  • Daniel Morvan (photogr. Bernard Galéron), Bretagne, Terre de musiques, e-novation,‎ 2001, 144 p. (ISBN 978-2-9516936-0-9), « Boulverser (cheñch penn d'ar vazh) : Les nouveaux messagers de l'ombre. Yann-Fañch Kemener, ze 'zo gwir », p. 120-121
  • Didier Convenant, La musique celtique, Hors Collection,‎ 1996, 76 p. (ISBN 2258044464), « Les voix actuelles », p. 24
  • Ronan Gorgiard, L'étonnante scène musicale bretonne, Palantines, coll. « Culture et patrimoine »,‎ 2008, 255 p. (ISBN 978-2911434983), p. 168

Articles[modifier | modifier le code]

  • Dominique Le Guichaoua, « Yann Fañch Kemener, un passeur de mémoire », Trad Magazine, no 52,‎ mars-avril 1997, p. 12-15
  • Jean-Jacques Boidron, « Kemener - Ripoche. Le juste chemin du chant breton vers le monde baroque », Trad Magazine, no 97,‎ septembre-octobre 2004
  • « 25 ans de carrière de Yann-Fañch Kemener », Musique bretonne, n°146, novembre 1997, p. 28-31 lire en ligne

Liens externes[modifier | modifier le code]