Yamashiro (cuirassé)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yamashiro.
Yamashiro (山城)
Image illustrative de l'article Yamashiro (cuirassé)
Le Yamashiro avec le Fusō et le Haruna en arrière-plan dans les années 1930.

Histoire
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg Marine impériale japonaise
Commandé 1911
Quille posée 20 novembre 1913
Lancement 3 novembre 1915
Armé 31 mars 1917
Statut coulé le 25 octobre 1944, radié le 31 août 1945
Caractéristiques techniques
Type Cuirassé
Longueur 213 m
Maître-bau 30,6 m
Tirant d'eau 9,7 m
Déplacement 30 600 tonnes
Propulsion 24 chaudières à charbon & mazout entrainant 4 turbines à vapeur et 4 hélices

puis 6 chaudières à mazout en 1935.

Puissance 40 000 puis 75 000 ch en 1935
Vitesse 23 nœuds (42 km/h)

25 nœuds (46 km/h) en 1935

Caractéristiques militaires
Armement  
  • 12 canons de 356 mm (6x2)
  • 16 canons de 152 mm
  • 8 canons de 127 mm AA
  • jusqu'à 96 canons de 25 mm AA
  • 16 mitrailleuses de 13 mm AA
  • 6 tubes lance-torpilles de 533 mm (à la construction)
Aéronefs 3 avions
Rayon d'action 8 000 milles nautiques à 14 nœuds
Autres caractéristiques
Équipage 1 400 hommes
Coordonnées 10° 22′ 20″ N 125° 21′ 20″ E / 10.37222222, 125.3555555610° 22′ 20″ Nord 125° 21′ 20″ Est / 10.37222222, 125.35555556  

Le Yamashiro (山城) fut le second cuirassé de la classe Fusō. La construction commença au chantier naval de Yokosuka en novembre 1913, le lancement eut lieu le 3 novembre 1915 et la mise en service actif le 31 mars 1917. Il fut le premier navire japonais équipé de catapultes pour avions. Son nom vient de la province de Yamashiro dont Kyoto est la ville principale[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale ne vit aucune action entreprise par les navires de ligne japonais. Mais dans les années trente, les limitations du traité de Washington restreignant le nombre et le tonnage des cuirassés, il apparut plus judicieux de moderniser les navires existants.

Le Yamashiro subit une refonte entre décembre 1930 et mars 1935. Les 24 chaudières (18 à charbon et 6 à mazout) Miyabara produisant 24 000 cv furent remplacées par de nouvelles chaudières à mazout Kanpon totalisant 75 000 cv. Des protections de coque contre les torpilles furent installées, ce qui augmenta sa largeur de 29 à 30,6 m. La poupe fut alors allongée de 8 m pour améliorer la finesse et retrouver la vitesse perdue. Le blindage de pont fut augmenté de 7 pouces (18 cm) sur 3 ponts. L'élévation de l'armement principal s'accrut, passant de 30 à 43 degrés, augmentant la portée. Les tubes lance-torpilles furent supprimés. La cheminée avant disparut, mais comme sa conversion eut lieu plus tard, le Yamashiro possédait quelques légères différences avec le Fusō, son jumeau, notamment le mât « pagode » culminant à près de 50 m au-dessus du pont, la disposition des tourelles centrales dirigées vers l'arrière ayant permis d'agrandir la superstructure à l'avant (voir image ci-dessous). 8 canons de 127 mm (5"/40) anti-aériens furent installés par paire sur les superstructures avant et arrière. Des canons anti-aériens de 25 mm furent encore rajoutés après la bataille de Midway.

La seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Dessins du Yamashiro tel qu'il apparaissait en 1944

À cause de sa vitesse trop lente et de son obsolescence, il ne fut pas utilisé pour la protection des porte-avions japonais et resta confiné à la défense côtière du territoire japonais ainsi qu'à des tâches d'entraînement, ne participant à aucun engagement contre les forces américaines jusqu'en 1944.

Lors de la bataille du Détroit de Surigao, dans la nuit du 25 octobre 1944, il fut attaqué et coulé par les bâtiments de l’U.S. Navy, recevant 4 torpilles tirées par les destroyers et de nombreux obus de 356 et 406 mm de la part des cuirassés et croiseurs américains, dont certains comme le USS West Virginia avaient été gravement endommagés lors de l'attaque de Pearl Harbor. Son jumeau, le Fusō fut détruit au cours de la même bataille. Seuls 3 rescapés furent sauvés par les navires de l’U.S. Navy, les 150 autres marins, refusant les secours, moururent en mer[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The battleship Fusō (Anatomy of the Ship), par Janusz Skulski, Ed. Conway Maritime Press, ISBN 978-0-85177-665-1
  2. A. Tully on combinedfleet.com

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :