Yamamoto Yaeko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yamamoto Yaeko est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Yamamoto, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Yamamoto Yaeko
山本 八重子

alt=Description de l'image Niijima Yae.jpg.
Naissance 1er décembre 1845
Drapeau du Japon Aizu, Japon
Décès 14 juin 1932 (à 86 ans)
Drapeau du Japon Kyoto, Japon
Nationalité Drapeau du Japon Japonaise
Profession
Infirmière
Conjoint

Compléments

Ordre de la Couronne précieuse

Missionnaire étrangère avec Yamamoto Yaeko (à droite) vers la fin de sa vie.

Yamamoto Yaeko (山本 八重子?), aussi appelée Niijima Yae, née le 1er décembre 1845 à Aizu au Japon et décédée à l'âge de 86 ans le 14 juin 1932 à Kyoto, est une Japonaise qui participa à la guerre de Boshin.

Fille d'un instructeur de tir du domaine d'Aizu, Yamamoto Gonpachi, Yaeko apprend dès son plus jeune âge à manier des armes à feu et participe à la défense d'Aizu durant la guerre de Boshin. Après la défaite, elle se rend à Kyoto pour rechercher son frère Yamamoto Kakuma, fait prisonnier par les forces du domaine de Satsuma.

Yaeko reste finalement à Kyoto et se convertit au christianisme durant les années 1870. Elle épouse le révérend Joseph Hardy Neesima et participe à la fondation de l'université Dōshisha. Par la suite, elle est reconnue comme maître de thé dans la tradition de l'école urasenke (en) avec pour nom d'artiste Niijima Sōchiku (新島宗竹?), puis elle devient infirmière pendant la guerre russo-japonaise et la première guerre sino-japonaise.

Sa famille prétendait descendre de Yamamoto Kansuke du clan Takeda.

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Yamamoto Yaeko est représentée dans diverses romans, mangas, et émissions télévisuelles.

TV
Manga
  • Yae no Sakura, de Yamamoto Mutsumi (scénario) et Takemura Youhei (dessin), publié en 2012.

Références[modifier | modifier le code]

  • Craig, Teruko (1999). Introduction to Remembering Aizu: The Testament of Shiba Gorō. (Honolulu: University of Hawai'i Press), p.  19.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]