Yakovlev Yak-36

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Yakovlev Yak-36[1] Su-27 silhouette.svg
Yakovlev Yak-36 in July 1967 (3).jpg
Yak-36 en vol de démonstration avant le Salon de Domodedovo Air en 1967.

Constructeur Drapeau : URSS Yakovlev
Rôle Avion expérimental VSTOL
Premier vol 9 janvier 1963[1]
Nombre construits 4
Équipage
1
Motorisation
Moteur Toumanski R-27-300
Nombre 2
Type turboréacteurs à orientation de poussée
Poussée unitaire 51,993
Dimensions
Yakovlev Yak-36 Freehand.png
Envergure 10 m
Longueur 17 m
Hauteur 4,5 m
Surface alaire 17 m2
Masses
À vide 5 300 kg
Carburant 2 600 kg
Maximale 8 900 kg
Performances
Vitesse maximale 900 km/h
Plafond 12 000 m
Vitesse ascensionnelle 140 m/min
Rayon d'action 370 km
Armement
Interne Prévu : 1 canon GSh-23L de 23 mm
Externe 2 point d'ancrage d'une capacité de 100 kg

Le Yakovlev Yak-36, aussi connu comme Izdeliye V, (code OTAN 'Freehand') est un démonstrateur technologique soviétique pour un avion de chasse ADAV[2].

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Depuis 1960, le Bureau d'étude Yakovlev a commencé à travailler sur un système VTOL, en utilisant le turboréacteur compact et léger Toumanski RU-19-300, la rédaction d'une proposition pour la Yak-104, un ancien Yak-30 jet d'entraînement avec deux moteurs Ru-19 montés verticalement entre les conduits d'admission du motopropulseur du Yak-30 . Les travaux sur le Yak-104 se sont terminés en faveur d'un avion avec un seul moteur vertical avec des buses rotatives similaire au Hawker Siddeley P.1127, qui était en voie d'achèvement en Angleterre. Dans l'impossiblilité de trouver un moteur approprié ou convaincre le gouvernement d'en ordonner la mise au point le bureau Yakovlev fut contraint de poursuivre une voie différente[2].

En réponse à un contrat pour le développement d'un chasseur monoplace V/ADAC en 1961, Yakovlev a proposé un avion bimoteur avec de grandes prise d'air dans le nez, des moteurs dans l'avant du fuselage et des buses d'échappement pivotantes, un pour chaque moteur, de chaque côté de la partie inférieure du fuselage près du centre de gravité de l'aéronef. La version de chasse n'a pas été commandée mais quatre démonstrateurs technologiques, (initialement désignéIzeliye V ) sur la base des études du chasseur ont été commandés[2].

Quatre prototypes ont été réalisés, dont l'un a été utilisé uniquement pour les essais statiques. Le second a été utilisé pour les tests de décollage et d'atterrissage, comprenant le vol stationnaire. Le troisième comportait les améliorations apportées lors des tests, comme l'amélioration du pilote automatique qui sélectionne automatiquement le flux d'air optimal pour la stabilité en vol stationnaire. Ce prototype s'est écrasé, mais fut reconstruite plus tard. Le quatrième prototype s'est écrasé en février 1971 et n'a pas été reconstruit[2].

Construction[modifier | modifier le code]

La cellule avait un fuselage semi-monocoque avec train d'atterrissage bi-cycle, de courte ailes delta rognées de 37° de flèche avec 5° de dièdre, accrochées au fuselage en position médiane. Le fuselage était plutôt rondelet devant les ailes, en raison de l'encombrement des moteurs, le cockpit, réservoirs de carburant et des équipements des baies au plus près du centre de gravité que possible, s'effilant fortement vers la gouverne en flèche portant un empennage haut. Le contrôle de l'avion se faisait par gouvernail conventionnel, les ailerons et les ascenseurs en vol normal et par le souffle compressé du moteur par des buses de contrôle au bout des ailes, à l'arrière du fuselage et à l'avant sous la prise d'air[2].

Deux points d'ancrage sous les ailes permettaient de transporter des bombes, des mitrailleuses ou nacelles lance-roquettes, mais le Yak-36 avait pas suffisamment de poussée et de rayon d'action pour une utilisation efficace comme un avion de combat.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le premier vol captif stationnaire a eu lieu le 9 janvier 1963. Il y eut des problèmes initiaux avec la re-ingestion des gaz chauds où les gaz d'échappement chauds sont aspirés par les prises d'air un appauvrissement du flux d'air et perte de poussée. L'effet d'aspiration des gaz d'échappement sur le terrain (alors qu'une plus grande puissance moteur est nécessaire) et des problèmes avec le système de contrôle ont causé des difficultés supplémentaires. Après modifications, le premier vol vertical libre a été effectué le 23 juin 1963, suivi de la première transition complète en vol horizontal, le 16 septembre 1963[1].

Le 24 mars 1966 eut lieu le premier vol complet de décollage vertical transition en vol horizontal, décélération du vol horizontal au vol vertical et atterrissage vertical. Après beaucoup d'essais et de pratique la première présentation publique du Yak-36 eut lieu le 9 juillet 1967 lors d'un show aérien à l'aéroport de Moscou-Domodedovo, marquant le 50e anniversaire de la Révolution d'Octobre. Après les résultats prometteurs obtenus à partir du programme d'essais en vol du Yak-36 la prochaine étape était le Yakovlev Yak-36M qui a volé pour la première fois le 27 septembre 1970[1].

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de l’URSS Union soviétique

Survivants[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Yefim Gordon, Yakovlev Yak-36, Yak-38 & Yak-41, vol. 36, Midland publishing,‎ 2008, 9–30 p. (ISBN 978-1-85780-287-0)
  2. a, b, c, d et e Yefim Gordon, Dmitry Komissarov & Sergey Komissarov, OKB Yakovlev, Hinkley, Midland publishing,‎ 2005 (ISBN 1-85780-203-9)
  • (en) Yefim Gordon, Yakovlev Yak-36, Yak-38 & Yak-41, vol. 36, Midland publishing,‎ 2008, 9–30 p. (ISBN 978-1-857-80287-0)
  • (en) Yefim Gordon, Dmitry Komissarov et Sergey Komissarov, OKB Yakovlev, Hinkley, Midland publishing,‎ 2005, 1e éd. (ISBN 1-857-80203-9)