Yakovlev Yak-3

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yakovlev Yak-3
{{#if:
Yak 3 à casserole d'hélice tricolore du Régiment Normandie-Niémen (GC/3)
Yak 3 à casserole d'hélice tricolore du Régiment Normandie-Niémen (GC/3)

Constructeur Drapeau : URSS Yakovlev
Rôle Avion de chasse
Statut Retiré du service
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Klimov M.105PF3 2
Nombre 1
Type 12 cylindres en V à refroidissement liquide
Puissance unitaire 1 220 ch
Dimensions
Envergure 9 2 m
Longueur 8 5 m
Hauteur 2 38 m
Surface alaire 14 85 m2
Masses
À vide 2 105 kg
Maximale 2 550 kg
Performances
Vitesse maximale 648 km/h
Plafond 10 800 m
Vitesse ascensionnelle 1 300 m/min
Rayon d'action 815 km
Armement
Interne 1 canon ShVAK de 20 mm avec 120 obus 2 mitrailleuses UBS de 12,7 mm avec 250 coups

Yak-3 (Як-3) était la dénomination d'un avion de chasse monoplace soviétique de la Seconde Guerre mondiale. Cet avion a été réservé aux unités d'élite de l'armée aérienne soviétique[1].

Conception[modifier | modifier le code]

Développé par Antonov alors membre du bureau d'Alexandre Yakovlev à partir du Yak-1M, cet avion était expressément destiné au combat contre les chasseurs à basse et moyenne altitude. Entre 2 500 et 3 000 mètres, il avait une maniabilité et une vitesse supérieures aux appareils allemands et alliés contemporains pour une masse bien inférieure, ce qui lui valut son surnom de « Moustique ». La structure avait été allégée à outrance et son moteur optimisé pour fournir son maximum de puissance en dessous de 5 000 mètres. Vers la fin de la guerre, des exemplaires furent dotés des moteurs Klimov Vk107 de 1 700 ch, puis Vk108.

Après le conflit, sa cellule fut utilisée pour un avion d'entraînement, le Yak11, et le premier chasseur à réaction soviétique à entrer en service, le Yak15.

Engagements[modifier | modifier le code]

Le Yak-3 fut engagé à partir de juillet 1944 et il acquit rapidement un ascendant sur la chasse allemande, des instructions conseillant aux pilotes de la Luftwaffe d'éviter le combat avec des chasseurs Yak sans radiateur d'huile sous le moteur. Parmi les unités qui l'utilisèrent, le régiment de chasse de Varsovie et le régiment de chasse Normandie-Niémen qui utilisa jusqu'au début des années 1950 les exemplaires qu'il avait ramenés en France.

Mais la maniabilité du Yak 3 avait un prix, sa structure légère le rendait très vulnérable aux obus explosifs de 20 mm employés par la chasse allemande à cette époque.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Yak-3D version avec une fusée d'appoint Gloushko RD-1 dans la queue de l'appareil.
  • Yak-3P version à l'armement renforcé de 3 canon B20 de 20 mm et 2 mitrailleuses UBS de 12,7 mm
  • Yak-3T version antichar avec canon de 20 mm ou 37 mm, un exemplaire testé avec un canon de 57 mm
  • Yak-3TK version avec moteur Vk107 et compresseur.
  • Yak-3U version entièrement métallique et moteur ASh-82FN
  • Yak-3 Vk107A moteur Vk107, une centaine d'exemplaires
  • Yak-3 Vk108 moteur Vk108, vitesse maximale 745 km/h

Autres caractéristiques[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Courrière, Normandie Niémen. Un temps pour la guerre, Paris, Presses de la Cité,‎ 1979, 414 p. (ISBN 2-258-00590-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Courrière 1979, p. 324

Sur les autres projets Wikimedia :