Yakovlev Yak-27

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Yakovlev Yak-27 Su-27 silhouette.svg
Yak-27R-2008-Monino.jpg
Yak-27 exposé au musée de Monino.

Constructeur Drapeau : URSS Yakovlev
Rôle Avion de reconnaissance
Statut Retiré du service
Mise en service 1960
Nombre construits 180
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Toumanski RD-9F
Nombre 2
Type Turboréacteur
Poussée unitaire 37,2 kN
Dimensions
Envergure 11,82 m
Longueur 18,55 m
Masses
Maximale 13 600 kg
Performances
Vitesse maximale 1 285 km/h
Plafond 16 550 m
Rayon d'action 2 380 km
Armement
Interne 1 canon Nudelman NR-23 de 23 mm avec 50 obus

Le Yakovlev Yak-27 (code OTAN : "Flashlight-C"), est un dérivé du Yak-25 pour la haute altitude, développé en 1958 comme le prototype Yak-122.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le prototype Yak-121 devait former la base de la famille du Yak-27 avions supersonique d'interception et de reconnaissance tactique destiné à remplacer le Yak-25 et ses variantes. Les intercepteurs Yak-27 et Yak-27K, armés d'un un canon et de missiles K-8, ont atteint ou dépassé les exigences, mais ont été dépassés en performances par le Sukhoi Su-9, et ainsi la production n'a pas été autorisée. Une version d'interception à haute altitude, le Yak-27V, a été converti à partir du prototype Yak-121 du équipé d'un moteur fusée Dushkin S-155 de 1300 kgf dans la partie arrière du fuselage, et de turboréacteurs RD-9AKYe à postcombustion, bien que la performance était très bonne, atteignant 23 000 m au cours des essais, le développement a été interrompu en raison de problèmes de support et de maintenance du moteur fusée Dushkin S-155.

La version dédiée à la reconnaissance photographique à haute altitude du développement de l'intercepteur Yak-27 a été nommé Yak-27R (code OTAN : «Mangrove»). Le radôme et le radar et ont été remplacés par un nez vitré pour un observateur/navigateur, le canon Nudelman-Rikhter NR-23 de tribord de canon a été conservé, mais l'arme de bâbord a été supprimée et deux caméras ajoutées. Il avait une aile allongée d'une portée de 11,82 m, avec deux turboréacteurs Toumanski RD-9AF et avait une vitesse de pointe d'environ 1285 kilomètres par heure à haute altitude, avec un plafond de 16 500 m et une autonomie de 2,380 km avec deux réservoirs d'aile. Environ 180 avions ont été produits dans l'usine no 292 de Saratov.

Histoire opérationnelle[modifier | modifier le code]

Le Yak-27R est entré en service dans la Force aérienne soviétique en 1960 et était destiné à remplacer l'Ilyushin Il-28 avion subsonique de reconnaissance. Cependant, malgré la vitesse plus élevée et le plafond, il y avait moins de rayon d'action. Le YAK-27R a également eu quelques limitations opérationnelles et de la vitesse supersonique était utilisée uniquement par les pilotes les plus expérimentés. La position basse des moteurs rendait enclin à ingestion de corps étrangers sur les pistes non aménagées des bases avant. Avec l'augmentation de la couverture des missiles anti-aériens plus sur le théâtre européen des opérations en limitant les opérations à haute altitude, le Yak-27R était souvent moins performants que l'Il-28. Le Yak-27R a été retiré du service opérationnel dans les années 1970, et a été remplacé par le Yak-28R et le MiG-25R.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • Yak-27V : intercepteur avec un moteur fusée supplémentaire. N'entra pas en service malgré un vol d'essai à 23 000 m.
  • Yak-27R (Code OTAN : Mangrove) : version dédiée à la reconnaissance photo. Il a une envergure plus grande de 11,82 m, avec 2 turboréacteurs Toumanski RD-9AF et peut atteindre 1 285 km/h à haute altitude, avec un plafond de 16 500 m et un rayon d'action de 2 380 km avec deux réservoirs sous les ailes. Environ 180 furent produits et entrèrent en service en 1960.

Survivants[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1] site de Monino
  • (en) Yefim Gordon, Dmitry Komissarov et Sergey Komissarov, OKB Yakovlev : a history of the design bureau and its aircraft, Hinckley, Midland,‎ 2005 (ISBN 1-857-80203-9).