Yakovlev Yak-19

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Yakovlev Yak-19 Su-27 silhouette.svg
Constructeur Drapeau : URSS Yakovlev
Rôle Avion de chasse
Statut Prototype
Nombre construits 2
Équipage
1
Motorisation
Moteur Klimov RD-10F
Nombre 1
Type Turboréacteur
Poussée unitaire 10,7
Dimensions
Yak-19.svg
Longueur 8,36 m
Surface alaire 13,56 m2
Masses
À vide 2 192 kg
Avec armement 3 050 kg
Maximale 3 400 kg
Performances
Vitesse maximale à 5 250 m : 907 km/h
niveau de la mer : 875 km/h
Plafond 12 100 m
Vitesse ascensionnelle 1 248 m/min
Rayon d'action 550 km
Rapport poussée/poids 0,365
Armement
Interne 2x canons Nudelman-Suranov NS-23 (en) 150 coups chacun

Le Yakovlev Yak-19 était un prototype d'avion de chasse soviétique construit en 1947. Il était alors le deuxième chasseur Yakovlev à réaction après le Yak-15, et le premier avion conçu par l'OKB avec un fuselage à revêtement travaillant tout en métal et un système hydraulique. Le Yak-19 était le deuxième avion soviétique à utiliser un turboréacteur à postcombustion, le Klimov RD-10F, et le dernier avion Yakovlev à utiliser une version dérivé du réacteur allemand Jumo 004-RD-10. Seuls deux exemplaires ont été construits. Désignation USAF/DoD : Type 7[1].

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Au printemps de 1946 l'OKB-115 propose la conception du Yak-19. L'avion devait être tout en métal, ailes droites et train d'atterrissage tricycle avec suspension à levier, qui allait devenir la référence des développements futurs de chasseurs en URSS.

La conception du Yak-19 était une avancée radicale par rapport aux Yak-15 et Yak-17. Toutes les surfaces de queue étaient en métal, mais seuls les élévateurs avaient des volets.

Le train d'atterrissage tricycle était à pneumatique, et avait trois amortisseur/azote. Le train avant était à roulettes, et se rétractait vers l'avant derrière les conduits moteur, carénées par deux portes. La capacité de carburant était 815 litres (179,3 gallons) dans deux réservoirs situés dans le fuselage, ainsi que 11 litres stockés dans le démarreur du moteur afin de faciliter l'allumage de la chambre de postcombustion, qui était alimentée par une pompe électrique séparée.

Le cockpit avait un pare-brise pare-balles. L'armement se composait de deux canons Nudelman-Suranov NS-23 (en), avec 70-75 coups chacun.

Tests[modifier | modifier le code]

Deux prototypes ont été construits. Ils sont restés non peints. Le premier prototype, (Yak-19-I), avait indicatif "Yellow 24", et un certain nombre "5" sur le gouvernail de direction inférieur. Il effectua son premier vol le 8 janvier 1947 avec le pilote d'essai Ivanov aux commandes. En vol, l'avion a été jugé avoir des caractéristiques agréables et prévisible. Son pire aspect était la chambre de postcombustion, qui a légèrement baissé de poussée à sec de l'avion. Pire encore, il était allumé par une procédure compliquée et totalement fiable qui aurait été inutile en combat. Ce prototype a été modifié par la suite avec un gouvernail à bout carré.

Le deuxième prototype (Yak-19-II), avait indicatif "Yellow 25", et le chiffre «2» sur le gouvernail de direction inférieur. Il a été vu lors du défilé aérien de Touchino le 3 août 1947. De mineures différences : le Yak-19-II avait 4 degré de dièdre sur les stabilisateur horizontaux (en) et des réservoirs surbaissés de bout, comme le Yak-17.

SN Anokhin était le pilote d'essai pendant les tests du NII-VVS, qui se sont achevés le 21 août 1947. Il a convenu que l'avion possédait de bonnes qualités de pilotage mais a estimé que le moteur était dépassé, faible et peu fiable.

Après avoir échoué aux tests d'acceptation de l’État (pour des raisons y compris les forces bâton élevé, pas de chauffage ou de ventilation, et armement insuffisant) la poursuite du développement a été abandonné. Le glas du Yak-19 a également été sonné par l'arrivée du dérivé du Rolls-Royce Derwent, le Klimov RD-500, qui a apporté des progrès quant à la poussée, la fiabilité, la longévité et la facilité d'entretien.

Aucune appellation ASCC n'a jamais été allouée, et l'avion est resté inconnu à l'ouest jusqu'aux années 1970.

Versions[modifier | modifier le code]

Yak-19-I
Premier prototype.
Yak-19-II
Second prototype avec quelques améliorations.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Yefim Gordon, Dmitry Komissariov et Sergey Komissariov, OKB Yakovlev: A History of the Design Bureau and its Aircraft, Hinckley, England, Midland Publishing,‎ 2005 (ISBN 1-857-80203-9)
  • (en) Bill Gunston, The Osprey Encyclopedia of Russian Aircraft 1875-1995, London, Osprey,‎ 1995 (ISBN 1-855-32405-9)
  • (en) Bill Gunston, Yakovlev Aircraft since 1924, London, Putnam Aeronautical Books,‎ 1997 (ISBN 1-557-50978-6)

Lien externe[modifier | modifier le code]