Yacht Club de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yacht Club de France
YCF
Clubhouse au 41 de l'avenue Foch à Paris
Clubhouse au 41 de l'avenue Foch à Paris
Logo du YCF, avec guidon et étendard
Logo du YCF, avec guidon et étendard

Création 1867-1891
Pays France
Localisation Paris
Coordonnées 48° 52′ 19″ N 2° 17′ 04″ E / 48.872001, 2.28436848° 52′ 19″ N 2° 17′ 04″ E / 48.872001, 2.284368  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Yacht Club de France

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Yacht Club de France

Le Yacht Club de France est un club nautique français dont le siège est à Paris. Créée en 1867 sous l'égide de Napoléon III, la Société d'encouragement pour la navigation de plaisance prend la même année le titre de Yacht Club de France. Les activités du club sont dédiées à la promotion de la navigation de plaisance et à l'organisation de régates.

Le club est situé sur l'avenue Foch (Paris XVIe). Parmi ses membres célèbres, le club a notamment compté Jules Verne, Jean-Baptiste Charcot, Éric Tabarly, Olivier de Kersauson.

Historique[modifier | modifier le code]

La Société d'encouragement pour la navigation de plaisance, créée le 15 juin 1867, ajoute à son nom le titre de Yacht-club de France le 11 novembre 1867. La création d'un Cercle en 1869, modifiant les rapports de force entre le ministère de la Marine et le conseil d'administration de la Société d'encouragement, provoque la fondation de l'Union des yachts français le 23 juin 1891.

En 1898, l’Union des yachts français et la Société maritime du Yacht-club fusionnent sous le nom d’Union des yachts français ; le Cercle, conservant le nom de Yacht-club de France, est dissout en 1901 pour raisons financières.

L’Union des yachts français redevient le Yacht-club de France en 1902. Le Yacht-club de France, société d'encouragement pour la navigation de plaisance, est reconnu comme autorité nationale en 1907 par l’International Yacht Racing Union (l'IYRU, la Fédération internationale de voile de l'époque). Mais après avoir été membre associé de l'IYRU pour la création de la jauge internationale, le conseil du Yacht Club de France renie ses engagements en autorisant des séries extra-réglementaires dont les 6,5 m, la même année. Débute alors un long bras de fer entre une majorité de régatiers et le conseil du YCF où figurent des membres qui ne sont pas sportifs. À la tête de cette contestation nous retrouvons Albert Glandaz, un des deux vice-président du YCF, qui fonda L'Association Française du Yachting de Course, le Comité Olympique Français et le Comité National du Sport. Ces deux dernières instances nationales reconnurent l'AFYC comme autorité nationale. Le décès de l'amiral Humann (1913) et l'élection de Charcot, un ami de Glandaz, permirent le déblocage de la situation. Mais il fallut le congrès de 1920 pour voir la création de l’Union des Sociétés Nautiques Françaises ( première Fédération de Voile) et l'abandon par le YCF de l'autorité nationale en matière de courses à la voile.

Jauges de course[modifier | modifier le code]

Sous le nom de « Yacht Club de France » ou celui de l'« Union des yachts français », l'organisme a participé à l'élaboration de jauges de course françaises ou internationales, adoptant dans un premier temps la jauge britannique Thames Measurement, développant ensuite les jauges françaises, pour finalement entrer dans le cadre de la jauge internationale en 1906.

Article détaillé : Jauges du Yacht Club de France.

Présidents[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Yacht club de France », Étienne de Ganay
  • « Yacht club de France », Annuaire 2000
  • « Yacht club de France, 1867 - 1967 », Plaquette du centenaire publiée par le YCF
  • « Bulletin Officiel du Yacht club de France », 1902 - 1933

Lien externe[modifier | modifier le code]