Yab-Yum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vajradhara, en yab-yum avec sa parèdre Samantabhadrī, personnification de la Prajñāpāramitā

Yab-yum est un terme tibétain qui signifie "père-mère".

Signification[modifier | modifier le code]

Yab-yum est un couple de divinités du tantrisme tibétain couramment présent dans le bouddhisme vajrayana. Ils sont généralement représentés en position union du lotus symbolisant l'imbrication non-duelle des deux principes masculin (représentant la compassion, les moyens adaptés ou habiles ou méthode) et féminin (représentant la sagesse, la vacuité).

Le terme yabyum est d'ailleurs utilisé comme synonymie de la position union du lotus. Pour les tibétains il y a dans le yab-yum deux suggestions : l'union sexuelle[1] et l'union symbolique d’une vérité spirituelle profonde, la vérité de l’inséparable union de l’amour et de la sagesse. Ce symbolisme concerne donc le plus haut niveau d’expérience spirituelle, le niveau de l’éveil, le niveau où, finalement, l’amour et la sagesse sont complètement intégrés. Il est évident que pour le moine ou la nonne cette union ne sera que symbolique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Longchenpa, la liberté naturelle de l'esprit, éditions du Seuil, coll. « Points. Sagesses » n° 66, Paris, 1994.

Origine[modifier | modifier le code]

Le yab-yum tibétain provient d'Inde. La notion yab-yum dans l'optique bouddhique est distincte de celle présentée dans l'hindouisme. Même si on peut trouver une certaine similarité dans l'iconographie, la vue bouddhique dans cette approche yab yum est spécifique et distincte de l'approche hindouiste tantrique. L'identification à un aspect yab yum vise comme support de méditation, essentiellement à se libérer de la souffrance et développer le potentiel d'éveil propre à chaque être. Il existe possiblement certains emprunts au tantrisme hindouiste, où l'on retrouve aussi ces divinités enlacées, la déesse représentée étant alors Shakti et son pendant masculin Shiva.