Y Combinator

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Y Combinator est une entreprise américaine de financement précoce de startups, créée en mars 2005. Y Combinator fournit un capital d'amorçage, des conseils et des mises en relation au cours de deux programmes annuels de 3 mois. En échange Y Combinator prend en moyenne 6 % des capitaux de la société[1].

Comparée à d'autres fonds de startups, Y Combinator fournit très peu d'argent (14000 USD pour les startups avec 1 fondateur, 17000 USD pour les startups avec 2 cofondateurs, et 20000 USD pour celles avec 3 ou plus[2]). Ces montants sont à l'image de la philosophie du cofondateur Paul Graham, selon laquelle entre les logiciels libres, les langages de programmation dynamiques, le web et la loi de Moore, le coût de la création d'une startup dans les TIC a diminué de façon importante[3].

Le nom de l'entreprise provient d'une construction dans la théorie de la programmation fonctionnelle, nommée combinateur de point fixe, ou "Y combinator" en anglais[4].

La valeur moyenne d'une société financée par Y Combinator est, d'après son cofondateur Paul Graham, de 22,4 millions USD[5].

Programme[modifier | modifier le code]

Le programme consiste en des diners hebdomadaires où les invités peuvent parler aux fondateurs. Les diners ont lieu durant les 3 mois du programme, mais les fondateurs ont toute leur vie pour prendre rendez-vous avec les capital risqueurs de Y Combinator aux heures de bureau.

À la fin du programme Y Combinator organise une journée de démonstration, où des business angels et des société de capital risque viennent voir les startups se présenter. Les investisseurs présents vont des entreprises de capital investissement comme Sequoia Capital aux célèbres business angels comme Ashton Kutcher.

Processus de sélection[modifier | modifier le code]

Le processus de sélection consiste en un formulaire écrit et un entretien de 10 minutes en personne où Y Combinator ("YC") fait venir les membres de l'équipe en avion à Mountain View à ses frais. Même si le programme recommande fortement aux startups d'avoir au moins 2 cofondateurs, un fondateur seul peut recevoir des fonds dans de rares circonstances.

Le taux d'acceptation se situe entre 2,5 % et 3,5 %[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de ses débuts en 2008, un programme était organisé dans chacune des villes américaines de Cambridge au Massachusetts et Mountain View en Californie. En janvier 2009 YC annonça que le programme de Cambridge serait désormais fermé et que tous les futurs programmes auraient lieu dans la Silicon Valley[7].

En 2009, Y Combinator s'est associée avec Sequoia Capital et avec les business angels Ron Conway, Paul Buchheit et Aydin Senkut afin de supporter les jeunes startups avec des fonds plus conséquents[8].

À partir de 2011, Yuri Milner et SV Angel ont offert à chaque startup Y Combinator un investissement de 150000 USD[9].

Plus tard en 2011, en réponse à l'expansion du support de la loi Stop Online Piracy Act (SOPA) en discussion au congrès américain, Paul Graham a annoncé qu'aucun représentant des entreprises supportant cette loi ne serait accueillie aux journées de démonstration de Y Combinator. Il a également encouragé les startups qu'il avait déjà financées à boycotter les partisans de la SOPA[10].

Portfolio des startups[modifier | modifier le code]

En juin 2011 Y Combinator avait financé 316 startups[11]. Le nombre de startups financées à chaque cycle a graduellement augmenté. Le premier cycle durant l'été 2005 avait financé 8 startups. Durant le cycle de l'été 2011 elles étaient plus de de 60.

Parmi les startups les plus célèbres financées par y Combinator on peut citer : Scribd, reddit, Airbnb, Dropbox, Disqus et Posterous[2].

Y Combinator édite également le site Hacker News.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Running a Hatchery for Replicant Hackers », New York Times,‎ 21 février 2006 (lire en ligne)
  2. a et b (en) « Y Combinator Frequently Asked Questions »
  3. (en) « Planning for a Crush of Startups », BusinessWeek (consulté en 2008-08-27)
  4. Voir (en) « Y Combinator FAQ » : « Why did you choose the name « Y Combinator? » The Y combinator is one of the coolest ideas in computer science. It's also a metaphor for what we do. It's a program that runs programs; we're a company that helps start companies. »
  5. (en) « Paul Graham: Total Value Of Y Combinator-Funded Startups Is $4.7 Billion », sur techcrunch.com (consulté le 31 mars 2013)
  6. (en) « How many people/teams get rejected by Y Combinator during each application period? », Quora (consulté en 2011-08-02)
  7. (en) « California Year-Round », Y Combinator (consulté en 2009-01-29)
  8. (en) « Y Combinator Gets The Sequoia Capital Seal Of Approval », TechCrunch,‎ 2009-05-16 (consulté en 2011-02-10)
  9. (en) « Start Fund and SV Angel Invest $9 million in new Y Combinator Startups », TechCrunch,‎ 2011-08-01 (consulté en 2011-08-02)
  10. (en) Alex Tsotsis, « Paul Graham: SOPA Supporting Companies No Longer Allowed At YC Demo Day », TechCrunch,‎ December 22, 2011 (lire en ligne)
  11. (en) « Y Combinator Brings On Alumni To Be "Part Time Partners" »

Lien externe[modifier | modifier le code]