Y, le dernier homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Y, le dernier homme
Éditeur Drapeau des États-Unis Vertigo (DC Comics)
Drapeau de la France Panini Comics
Drapeau de la France Urban Comics
Fréquence Mensuel
Format Série régulière (terminée)
Date(s) de publication Septembre 2002 - juillet 2008
Numéros 60
Personnages principaux Yorick Brown
Agent 355
Doctor Allison Mann
Esperluette

Scénariste(s) Brian K. Vaughan
Dessinateur(s) Pia Guerra

Y, le dernier homme (Y, The Last Man) est une série de comics créée par Brian K. Vaughan (scénario), et Pia Guerra (dessin). L'encrage est de Jose Marzan, Jr. et les couleurs de Pamela Rambo.

La série est éditée aux États-Unis chez Vertigo, un label de DC Comics, et s'est achevée après sa cinquième année de publication. Soixante épisodes sont parus.

En France, après deux albums publiés par Semic, c'est Panini qui continue la traduction, après l'attribution par DC Comics de la licence française à cet éditeur. Dargaud obtient les droits de publication de DC Comics et programme une réédition de la série en 2012 sous son label Urban Comics.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Yorick est un jeune artiste de l’évasion, chômeur, actuel maître d’un capucin mâle indiscipliné baptisé Esperluette et amoureux d'une splendide blonde (Beth) qui vit en Australie. Au moment où il se décide à la demander en mariage au téléphone, tous les porteurs du chromosome Y de la planète meurent, à l'exception de Yorick et Esperluette.

Ils doivent désormais survivre, à la recherche d’une explication, alors que les femmes se réorganisent pour vivre sans les hommes. Le héros se retrouve ainsi isolé, dans un monde gouverné par les femmes. Il cherche à découvrir l'origine du fléau, avec l'aide de l'agent 355 du Culper Ring, une agence gouvernementale secrète, du Dr. Mann, biologiste, spécialiste du clonage humain, et d'Esperluette, son petit singe malicieux.

Résumés[modifier | modifier le code]

Tome 1

Dans sa première aventure (épisodes 1 à 5 originaux), Yorick se rend à Washington pour retrouver sa mère tandis que le gouvernement des États-Unis se réorganise. Entre républicaines et démocrates, qui deviendra la nouvelle présidente des États-Unis d’Amérique ? Il va y avoir de l'action à la Maison Blanche et Yorick va rencontrer deux personnes qui pourraient bien être les responsables de la catastrophe qui frappe le monde et qui vont s'avérer ses alliées.

Tome 2

Par la suite (épisodes 6 à 10 originaux), Yorick va se retrouver sur le chemin d’un éventuel remède face à une communauté de femmes qui semble avoir réussi à s’adapter à la disparition des hommes sans difficultés. Mais quel est leur secret ?

Tome 3

Cet album exploite le dernier rebondissement en date : Yorick est bien le dernier homme sur terre, mais dans l'espace ? Le sens de sa quête (gagner le laboratoire où l'on pourra rechercher les raisons de sa survie) se trouve quelque peu perturbé par la nécessité de gérer ce nouvel imprévu, au bout duquel Yorick reste le dernier homme... pour l'instant.

Tome 4

Dans le quatrième tome, Yorick subit une thérapie de choc qui le purge des tendances don-quichottesques (donc suicidaires) qu'il avait manifestées dans les épisodes précédents. C'est donc un Yorick animé d'une nouvelle volonté de vivre qui va commettre un geste nécessaire mais irréparable.

Tome 5

Le cinquième tome est la cristallisation narrative d'un grand nombre de pistes lancées dans les précédents (Yorick trompe sa fiancée pour la première fois ; il affronte un certain nombre de ses poursuivantes) et amorce un élément de réponse à la question du pourquoi de sa survie (son singe...).

Commentaires[modifier | modifier le code]

Des clins d’œils sont faits à cette bande-dessinée dans la série Chuck : en effet, le héros est un véritable fan de Y. Ainsi, un poster trône au-dessus de son lit[1], et il feuillette différents tomes au cours des épisodes[2].

L'acteur principal (Zachary Levi) a par ailleurs fait connaître son souhait d'interpréter le rôle de Yorick dans une éventuelle adaptation au cinéma[3].

Postérité[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

La série est récompensée par les prestigieux Eisner Awards :

  • en 2005, dans la catégorie Meilleur scénariste ;
  • en 2008, dans la catégorie Meilleure équipe artistique ;
  • en 2008, dans la catégorie Meilleure série régulière.

Elle est également nominée dans la catégorie Meilleur roman graphique du Prix Hugo en 2011.

L'éditeur, quant à lui, publie les élogieuses critiques du Washington Post et d’Entertainment Weekly. Il met également en avant, comme argument promotionnel, l'avis enjoué de Stephen King : « The best graphic novel I've ever read »[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Recueils[modifier | modifier le code]

Épisodes Trade Paperback Drapeau des États-Unis Sortie Deluxe Edition Drapeau des États-Unis Sortie Album français Drapeau de la France Sortie Album français (réédition) Drapeau de la France Sortie
#1-5 Unmanned 2003 Deluxe Book One 2008 No Man’s Land 2004 Volume 1 2012
#6-10 Cycles 2003 Un petit coin de Paradis 2004
#11–17 One Small Step 2004 Deluxe Book Two 2009 Un petit pas 2006 Volume 2 2013
#18-23 Safeword 2004 Stop/Encore 2007
#24–31 Ring of Truth 2005 Deluxe Book Three 2010 Alliance contre nature 2007 Volume 3 2013
#32–36 Girl on Girl 2005 Entre filles 2008
#37-42 Paper Dolls 2006 Deluxe Book Four 2010 Scoop 2008 Volume 4 2014
#43–48 Kimono Dragons 2006 Monnaie de singe 2009
#49-54 Motherland 2007 Deluxe Book Five 2011 Terre mère 2009 Volume 5 2014
#55–60 Whys and Wherefores 2008 Trajets d’Y 2010

Éditions[modifier | modifier le code]

  • DC Comics (label Vertigo) : VO
  • Semic (collection « Semic books ») : tomes 1 et 2 (première édition des tomes 1 et 2)
  • Panini (collection « 100 % Vertigo ») : tomes 1 à 10 (première édition des tomes 3 à 10)
  • Urban Comics (collection « Vertigo Essentiels ») : réédition de la collection[5]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article du site Hollywoodhatesme, consulté le 3 octobre 2012
  2. Article du site UGO.com, consulté le 3 octobre 2012
  3. Article du site internet Comicbookmovie.com, consulté le 3 octobre 2012
  4. Présentation du premier TPB sur le site de l'éditeur américain, consulté le 3 octobre 2012
  5. Page de l'éditeur consacrée à la sortie du premier tome réédité, consulté le 3 octobre 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]