Yūshūkan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yūshūkan
Image illustrative de l'article Yūshūkan
Informations géographiques
Pays Drapeau du Japon Japon
Ville Chiyoda, Tokyo
Coordonnées 35° 24′ 51″ N 139° 26′ 37″ E / 35.4143, 139.443635° 24′ 51″ Nord 139° 26′ 37″ Est / 35.4143, 139.4436  
Informations générales
Date d’inauguration 1882
Collections Militaire
Informations visiteurs
Site web www.yasukuni.jp/~yusyukan

Géolocalisation sur la carte : [[Modèle:Géolocalisation/Tokyo2]]

[[Fichier:Modèle:Géolocalisation/Tokyo2|280px|(Voir situation sur carte : [[Modèle:Géolocalisation/Tokyo2]])]]
Yūshūkan

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Yūshūkan

Le Yūshūkan (遊就館?) est un musée militaire japonais situé sur le site du Yasukuni-jinja dans l'arrondissement de Chiyoda à Tokyo. Entretenu par le sanctuaire, le musée est dédié à l'âme des soldats morts au combat pour l'empereur du Japon[1]. Il expose diverses pièces et documents sur les blessures de la guerre et l'activité militaire japonaise de la restauration de Meiji de 1868 à la fin de la guerre du Pacifique en 1945. Fondé en 1882, le musée se décrit lui-même comme le premier et le plus vieux musée militaire du Japon[2].

Le Yūshūkan est accusé de révisionnisme à propos des actions du Japon durant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que de glorifier la passé militariste agressif japonais[3]. Voir Controverses sur le sanctuaire Yasukuni pour plus de détails.

Histoire[modifier | modifier le code]

Premier siège du musée dessiné par le conseiller étranger italien Giovanni Vincenzo Cappelletti.
Façade du musée.

Le musée est fondé en 1882 pour préserver et exposer des pièces de l'armée impériale japonaise datant de la restauration de Meiji. Après la guerre sino-japonaise (1894-1895) et la guerre russo-japonaise, l'empereur Meiji proclame sa 192ème ordonnance en 1910, qui ordonne la préservation des biens militaires[4]. Le bâtiment est agrandi après la Première Guerre mondiale lorsque le nombre de pièces et de documents augmentent, mais il est détruit durant le grand séisme de 1923 de Kantō. La structure est reconstruite par l'architecte Itō Chūta et rouvre en 1932[5].

Durant la Seconde Guerre mondiale, des lots d'armes à exposer sont prêtés par le ministère de la Guerre, mais le musée ferme ses portes durant la période d'après-guerre. Le Yasukuni-jinja perd ses fonds du gouvernement après la promulgation de la directive shinto voulue par les forces d'occupation, et le sanctuaire loue le bâtiment du musée afin d'obtenir des fonds. En novembre 1947, la compagnie d'assurance Fukoku signe un accord de location avec le sanctuaire et y offre une filiale. La compagnie quitte le bâtiment en 1980 et le musée du Yūshūkan rouvre ses portes le 13 juillet 1985. Le bâtiment a depuis été rénové plusieurs fois, et les expositions extérieurs sont déplacées à l'intérieur et ré-exposées le 13 juillet 2002.

Informations générales[modifier | modifier le code]

Image de la nouvelle entrée.

Le musée est ouvert de 9h00 à 17h30 d'avril à septembre, et ferme à 17h00 d'octobre à mars. Il est aussi ouvert de 9h00 à 21h00 durant le festival Mitama Matsuri qui a lieu du 13 au 16 juillet. L'uilisation des camescopes n'est autorisé qu'au rez-de-chaussée dans le hall de l'entrée. L'entrée coûte 800 yen pour les adultes, 500 yen pour les étudiants et les lycéens, et 300 yen pour les écoliers.

Expositions[modifier | modifier le code]

Une locomotive à vapeur numéro C56 31 rapatriée de Thaïlande.
Une torpille Kaiten Type 1.

Les expositions du musée tournent autour de la dévotion du sanctuaire aux esprits des soldats japonais décédés. Le musée expose aussi des armes utilisées par l'armée impériale japonaise, ainsi que des documents alliés et des expositions sur les forces d'autodéfense japonaises modernes et les forces américaines du Japon. Le cénotaphe d'un cheval de guerre se trouve aussi sur le site du musée.

Rez-de-chaussée[modifier | modifier le code]

Le hall d'entrée au rez-de-chaussée est libre d'accés gratuitement et expose un avion A6M Zéro et une locomotive à vapeur JNR Classe C56 (en) utilisée en Thaïlande durant la période d'après-guerre. Un canon 15cm Type 89 et un obusier Type 96 15 cm y sont également exposés.

La grande salle d'exposition du rez-de-chaussée contient un bombardier Yokosuka D4Y et un tank Type 97 Chi-Ha récupérés sur l'île de Yap, ainsi qu'une torpille Kaiten et des répliques d'un avion Ohka modèle 11 et du cuirassé Mutsu. Des lettres de soldats japonais décédés sont également exposées dans cette pièce, ainsi que l'uniforme d'un parachutiste. Des photographies et des portraits des « esprit du sanctuaire Yasukuni » (les soldats japonais décédés) sont exposées au fond de la galerie du hall.

Premier étage[modifier | modifier le code]

L'escalator du hall d'entrée mène à la salle d'exposition du premier étage. Divers objets y sont exposés par ordre chronologique, comme différents types d'épées, d'armures, d'armes à feu, et un drapeau doré brandi par l'armée impériale japonaise durant la guerre de Boshin. Ce drapeau de la 321ème division est le seul de ce genre ayant été retrouvé entièrement intact. L'étage contient également un petit cinéma qui passe différents documentaires sur le sanctuaire et le Japon moderne.

Boutiques[modifier | modifier le code]

Les boutiques du musée proposent des souvenirs régionaux et des livres et documents sur le Yasukuni-jinja. Des jouets militaires, comme des drapeaux, peuvent y être achetés, et des brochures en anglais sont disponibles pour les visiteurs étrangers. Le musée accueille aussi un café où les plats sont cuisinés à partir d'ingrédients et de récipients ressemblant à ceux utilisés sur les navires de la marine japonaise.

En littérature[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « History » (consulté le 2008-03-23)
  2. (en) « yasukuni.jp » (consulté le 2008-06-08) (ja)
  3. (en) Paul Murphy, « Yasukuni Museum Tugs At Heartstrings To Keep Military Memories Alive », Asahi Shimbun News Service,‎ 8-25-2
  4. (en) « Digital Archives » (consulté le 2008-06-08)
  5. (ja) « Yūshūkan - history », Yasukuni-jinja (consulté le 24 February 2012)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :