Xue Tao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Xue.

Xue Tao

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Xue Tao, par Qiu Ying, xvie siècle

Activités poétesse, courtisane
Naissance 770
Décès 832
Langue d'écriture chinois

Xue Tao (chinois traditionnel 薛濤 ; chinois simplifié 薛涛 ; Wade-Giles Hsüeh T'ao, EFEO Hsiue T'ao), née en 770, morte en 832, est une courtisane et poétesse chinoise de la dynastie Tang.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le père de Xue Tao était un fonctionnaire et fit donner à sa fille une éducation littéraire. Xue Tao était capable de composer de la poésie dès l'âge de neuf ans. Enfant elle a vécu à Chang'an, capitale des Tang, avant de suivre son père à Chengdu. Après la mort de ce dernier, elle devient courtisane dans cette ville. Elle a été la favorite du général Wei Gao (en) (745-805), gouverneur militaire du Sichuan. Après sa mort, elle se retire à la campagne, dans les environs de Chengdu. C'est là qu'elle invente un papier portant son nom, destiné à écrire des poèmes[1]. Elle termine sa vie dans la pauvreté, vêtue en nonne taoïste.

Avec Yu Xuanji, elle aussi courtisane, Xue Tao est la plus connue des poétesses de la dynastie Tang.

Œuvre[modifier | modifier le code]

De nombreux poètes, tels Yuan Zhen, avec lequel elle aurait eu une relation amoureuse, Bai Juyi, Liu Yuxi ou Du Fu, ont admiré sa poésie. Wang Jian (en) a composé un poème célébrant son talent.

Quatre-vingt-neuf de ses poèmes sont conservés dans le Quan Tang shi (en), anthologie de la poésie des Tang.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Robert van Gulik, La Vie sexuelle dans la Chine ancienne, trad. Louis Évrard, Gallimard, « Tel », 1971, p. 225-226.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Traduction[modifier | modifier le code]

  • (fr) (zh) Hsüeh T'ao, Un torrent de montagne, trad. Pierre Lorain et Zhu Jie, La Différence, « Orphée », 1992.
  • Jacques Pimpaneau, Anthologie de la littérature chinoise classique, Philippe Picquier, 2004.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Li-Ling Hsiao, « Xue Tao Stationery: Delivering Love for a Thousand Years », Southeast Review of Asian Studies, vol. 33, 2011. [lire en ligne]