Xipe Totec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Xipe Totec
Dieu de la mythologie aztèque
le dieu Xipe Totec représenté avec ses attributs dans le Codex Borbonicus p.14
le dieu Xipe Totec représenté avec ses attributs dans le Codex Borbonicus p.14
Caractéristiques
Fonction principale Dieu des forces de la nature
Fonction secondaire Divinité de la renaissance, des saisons,de la végétation et des pluies nocturnes fertiles
Résidence Teteocan
Région de culte Empire aztèque
Famille
Père Ometecuhtli
Mère Omecihuatl
Fratrie Tezcatlipoca
Huitzilopochtli
Quetzalcoatl
Conjoint Chimalma
Tonalpohualli
Cuauhtli (aigle)
Jour aztèque : Cuauhtli (aigle)
14e : 1-Itzcuintli (chien)[1]
Treizaine : 14e : 1-Itzcuintli (chien)[1]

Xipe Totec (« notre seigneur l'écorché » en nahuatl) est, dans la mythologie aztèque, un dieu du renouveau de la nature, de l'agriculture et des pluies nocturnes fertiles. Il s'écorche lui-même pour nourrir l'humanité, symbolisant ainsi le grain de maïs perdant son enveloppe avant de germer. Il est également le patron des orfèvres.

Ses représentations suivent deux types : l'écorché dont la peau pend au bout des bras, et le Tezcatlipoca rouge, entièrement maculé de cette couleur, exception faite des bandes jaunes de son visage.

Xipe Totec dieu de la nature

Culte[modifier | modifier le code]

Son culte se déroule pendant le deuxième mois du calendrier aztèque, Tlacaxipehualiztli (littéralement « écorchement des hommes »). Il implique des sacrifices humains, l'un de masse avec arrachage du cœur et l'autre réservé à l'élite des guerriers : il oppose un prisonnier volontaire de haut rang à des chevaliers aigles et des chevaliers jaguars. Le sacrifice consiste à arracher le cœur du sacrifié (qui a vécu comme un prince pendant l'année qui précède le sacrifice), drogué aux champignons hallucinogènes pour ne pas se rendre compte de ce qui lui arrive, puis à retirer sa peau. Le prêtre la portera sur lui pendant un mois. Une autre technique consistait à percer les victimes avec des flèches afin que leur sang inonde le sol comme une pluie fertilisante. Puis le prêtre sacrificateur revêtait sa peau qui, comme la première méthode, était portée comme un vêtement pendant un mois aztèque.

Xipe totec représenté dans le Codex Borgia

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Wohrer, « Différences entre les textes nahuatl et espagnol sur Xipe Totec dans le Codex Florentino », Amerindia, no 23,‎ 1998 (lire en ligne).
  • (es) Carlos Javier González González, Xipe Tótec : Guerra y regeneración del maíz en la religión mexica, Mexico, INAH/Fondo de Cultura Económica,‎ 2011, 1e éd., 453 p p. (ISBN 9786074841817.)

Article connexe[modifier | modifier le code]