Xingu (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir xingu.

Le peuple Xingu sont un groupe de 16 tribus indiennes parlant quatre langues différentes, qui vivent sur le cours supérieur du Río Xingú, affluent de l'Amazone, dans l'état fédéral brésilien du Mato Grosso.

Durant des siècles depuis la pénétration en Amérique du Sud par les Européens, ils ont fui les différentes régions où ils étaient établis pour échapper à la modernisation et la dissassimilation culturelle, bien que des colons soient parvenus à s'établir jusqu'au niveau du cours supérieur du Río Xingú. À la fin du XIXe siècle, il y avait environ 3 000 indiens [réf. nécessaire] au niveau du Haut-Xingu, dont le statut politique actuel les protège des envahisseurs européens. Jusqu'au milieu du XXe siècle, ils ont été décimés par différentes maladies telles que la grippe, rougeole, la variole et la malaria. Maintenant leur nombre tourne autour de un millier.

Deux brésiliens, Orlando Villas Bôas et son frère, clament que de 1946 à 1973, grâce à un bureau administratif et commercial, ils contribuèrent de manière substantielle au bien être des Xingus. Durant l'année 1961, dans le Alto Xingu dans le Parc National du Xingu, ils parvinrent à offrir un abri au minorités ethniques restantes. On doit admettre que le nombre des indiens Xingu répartis dans 32 campements a augmenté de nouveau, pour atteindre plus de 3 000 habitants maintenant, dont la moitié d'entre eux a moins de 15 ans[réf. nécessaire].

Les Xingus vivant dans cette région ont des coutumes et des systèmes sociaux complètement similaires, bien qu'ayant des langues différentes. Des fêtes et cérémonies communes les rassemblent, comme le kuarup et la lutte traditionnelle (Huka-huka). Ils font partie des tribus suivantes :

La fête du Javari, qui se déroule au cœur de la saison sèche, confronte traditionnellement deux tribus pour un combat symbolique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Juliana Arini (trad. Courrier International depuis Época), « Quand les Kuikuros font leur cinéma : La vidéo au secours des traditions », Courrier International, France, Courrier International SA, no 1012,‎ 25-31 mars 2010 (lire en ligne)