Xibalba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ah Puch, dieu de la Mort habitant Metnal, le neuvième niveau de Xibalba.

Xibalba est le nom donné en maya k'iche' au monde souterrain dirigé par les dieux de la Mort et de la Maladie. En maya yucatèque, ce lieu est désigné par le mot « Metnal »[1]. Xibalba signifie probablement « lieu effrayant »[2].

Description[modifier | modifier le code]

Xibalba est décrit dans le Popol Vuh comme un endroit sous la surface de la Terre. Dans la conception verticale du cosmos telle qu'on la trouve dans la religion maya, cet inframonde est composé de neuf niveaux.

Le Popol Vuh décrit aussi la route de Xibalba (qui était considérée par les Mayas comme la partie sombre de la Voie lactée[3]). Il décrit aussi son terrain de jeu de balle, où se déroule l'action du mythe cosmogonique des jumeaux Hunahpu et Ixbalanque, qui auraient triomphé des seigneurs de l'inframonde au jeu de balle avant de devenir le Soleil et la Lune.

Accès[modifier | modifier le code]

S'il faut en croire une note de la traduction du Popol Vuh par Delia Goetz et Sylvanus Morley, l'entrée de Xibalba serait située dans une caverne aux alentours de Cobán, au Guatemala. Pour certains des descendants des Quichés, l'endroit est encore aujourd'hui symbole de mort. Des grottes près du Belize ont également été considérées comme une entrée à Xibalba[4].

Références dans la culture contemporaine[modifier | modifier le code]

  • On parle de Xibalba dans le niveau du « Sud du Mexique » ou « Mexique » dans le jeu vidéo Tomb Raider Underworld.
  • La première partie du film The Fountain, réalisé par Darren Aronofsky, évoque Xibalba.
  • Xibalba joue un rôle majeur dans la dernière partie du jeu vidéo Persona 2: Innocent Sin.
  • Xibalbla est évoqué dans le film d'animation La Route d'Eldorado (Dreamworks) par les habitants d'El Dorado comme étant le monde spirituel.
  • Dans les 'Youngblood Chronicles' de Fall Out Boy, un démon nommé XIbalbla apparaît à la fin en sortant de la mallette.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michael D. Coe, The Maya (8e éd.), Thames & Hudson, 2011, p.
  2. Nikolai Grube (dir.), Les Mayas. Art et civilisation, Könemann, 2000, p. 439
  3. Steve Mizrach,The Mayan Sacbe System Analyzed as an Information Web, Florida International University
  4. Amélie A. Walker (juillet 2000), My trip to Xibalba and Back, Archaeological Institue of America

Voir aussi[modifier | modifier le code]