Xian de Sêrtar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Sèdá Xiàn
色达县
Localisation du xian de Sêrtar (en rose) dans la préfecture de Garzê (en jaune)
Localisation du xian de Sêrtar (en rose) dans la préfecture de Garzê (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province Sichuan
Préfecture Garzê
Statut administratif Xian
Code postal 626600[1]
Démographie
Population 58 606 hab. (2010)
Densité 6,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 22′ 00″ N 100° 13′ 00″ E / 32.366667, 100.21666732° 22′ 00″ Nord 100° 13′ 00″ Est / 32.366667, 100.216667  
Superficie 934 000 ha = 9 340 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Sèdá Xiàn

Géolocalisation sur la carte : Chine

Voir la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Sèdá Xiàn

Le xian de Sêrtar (色达县 ; pinyin : Sèdá Xiàn) est un district administratif de la province du Sichuan en Chine. Il est placé sous la juridiction de la préfecture autonome tibétaine de Garzê.

L'institut bouddhiste de Larung Gar[modifier | modifier le code]

Khenpo Jigme Phuntsok (1933-2004), lama Nyingmapa a fondé l’institut bouddhiste de Serthar (également appelé institut bouddhiste de Larung Gar ou Larong Gar, près de la ville de Serthar (en chinois, Seda ), apparemment sans permission des autorités chinoises qui semblent avoir fermé les yeux sur ses activités, tant qu’elles n’étaient pas politiques. La popularité de l'institut s'est accrue jusqu'à attirer 8 500 étudiants dont environ 1 000 Chinois de la Chine continentale. En 1999, le « front uni du travail du Sichuan » fit pression sur lui au sujet de la question de son soutien au dalaï-lama, et exigea qu’il réduise le nombre des étudiants de l'institut. Pendant l'été 2001, plus de 8 000 étudiants furent expulsés et environ 2 000 maisons détruites sous la supervision d'équipes militaires et policières armées. Khenpo Jigme Phuntsok aurait été emmené par les autorités, emprisonné puis placé en résidence surveillée à Chengdu. Il y décéda le 7 janvier 2004 à 70 ans au Tibet, à la suite d'une maladie cardiaque pour laquelle il devait être opéré dans un hôpital militaire[2].

L'institut a fait l'objet d'un incendie, aux causes inconnues, en janvier 2014[3]. Il fut suivi d'un incendie le 11 janvier 2014 qui toucha la ville de Dukezong à Shangri-la, dont l'origine remonte à 1300 ans, est en partie détruite par les flammes[4].

Démographie[modifier | modifier le code]

La population du district était de 58 606 habitants en 2010[5]

Manifestations de 2012[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Immolation de Tibétains en 2011.

Le 24 janvier 2012, selon une organisation pro-tibétaine de nouvelles violences entre manifestants tibétains et police chinoise ont fait au moins deux morts dans la localité de Xian de Sêrtar. Les autorités chinoises ont annoncé que « des groupes séparatistes étrangers » ont pour objectif la déstabilisation du gouvernement. Selon des sources citées par Radio Free Asia, « une sorte de loi martiale a été imposée ». Un bonze du monastère de Drakgo, contacté directement par l'Agence France-Presse, a considéré que 1000 à 2000 policiers ceinturaient le monastère : « Nous soignons à l'intérieur du monastère 32 personnes blessées, dont deux dans un état critique. L'une a une balle dans le crâne. »[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Codes postaux et téléphoniques du Sichuan, (en) China Zip Code/ Telephone Code, ChinaTravel
  2. Tibet Information Network (aujourd'hui disparu), repris sur le site Tibet-info, 20/08/2001.
  3. Tibet: Incendie dans un institut du bouddhisme Le Figaro, 10 janvier 2014
  4. http://chinadigitaltimes.net/2014/01/ancient-town-yunnan-catches-fire/ Ancient Town in Yunnan Catches Fire (Updated)
  5. 2010 Census 2010 http://www.geohive.com/cntry/cn-51.aspx
  6. Tibet : nouvelle journée de violences, Pékin dénonce l'étrangerCanoe, Agence France-Presse, 24 janvier 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andreas Gruschke, The Cultural Monuments of Tibet’s Outer Provinces: Amdo, vol. 2. The Gansu and Sichuan Parts of Amdo, White Lotus Press, Bangkok, 2001.
  • Tsering Shakya, The Dragon in the Land of Snows. A History of Modern Tibet Since 1947, London, 1999, (ISBN 0-14-019615-3).

Lien externe[modifier | modifier le code]