Xian H-6

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif Xian H-6 Su-27 silhouette.svg
PLAAF Xian HY-6 Li Pang.jpg
Un H-6 en 2008.

Constructeur Drapeau : République populaire de Chine Xi'an Aircraft Industrial Corporation
Rôle Bombardier
Statut En service
Premier vol 1959
Nombre construits > 150
Équipage
4
Motorisation
Moteur Xian WP8
Nombre 2
Type turboréacteur
Poussée unitaire 93,2 kN
Dimensions
Tupolev Tu-16 BADGER.png
Envergure 33 m
Longueur 34,80 m
Hauteur 10,36 m
Surface alaire 165 m2
Masses
À vide 37 200 kg
Avec armement 76 000 kg
Maximale 79 000 kg
Performances
Vitesse maximale 1 050 km/h
Plafond 12 800 m
Rayon d'action 1 800 km
Charge alaire 460 kg/m2
Armement
Interne 2 canons de 23 mm en tourelle dorsale, 2 canons NR-23 en tourelle ventrale, 2 canons NR-23 en tourelle de queue et 1 canon NR-23 de nez (optionnel)
Externe 9 000 kg de bombes ou des missiles air-mer ou air-sol
Avionique
Radar Type 245[1]

Le Xian H-6 (轰-6; Hōng-6) est une copie sous licence du bombardier soviétique Tupolev Tu-16[2] construite pour la Force aérienne chinoise. Le premier Tu-16 est livré à la Chine en 1958. La compagnie Xian signe un contrat de construction sous licence du bombardier à la fin des années 50. Le premier Tu-16 chinois, désigné localement « H-6 » effectue son premier vol en 1959. Sur les 150 appareils construits dans les usines de Xian, on estime qu'environ 120 sont encore en service en Chine en 2008[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un H-6M de la force aérienne chinoise.

Les premiers bombardiers H-6 produits par l'industrie de l'armement de la République populaire de Chine sont terminés en 1968[3]. Les premières preuves d'entraînement au bombardement sont enregistrées par des satellites espions américains le 18 août 1973. En mars 1974, d'après les estimations de la CIA, 32 appareils sont opérationnels et 19 sont en cours de finition[3]. Neuf bombes nucléaires ont été larguées par des H-6 au-dessus du centre d'essais de Lob Nor. Il semble néanmoins que le rôle du H-6 dans la force de dissuasion nucléaire chinoise ait décliné au bénéfice des forces de missiles stratégiques. Dès 1976, la CIA estime que les H-6 ont vu leur rôle être diversifié et ouvert aux missions de bombardement conventionnel. On estime, en 2013, à une vingtaine le nombre de bombardiers ayant des missions nucléaires[4].

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Drapeau de l'Égypte Égypte
  • Force aérienne égyptienne : quelques H-6 ont été acquis au milieu des années 1970. Les derniers ont été retirés en 2000
Drapeau de l’Irak Irak
  • Force aérienne irakienne : quatre H-6 ont été acquis pendant la guerre avec l'Iran. Ils ont tous été détruits pendant la Guerre du Golfe.

Versions[modifier | modifier le code]

  • Xian H-6 - bombardier chinois, version sous licence du Tupolev Tu-16[2]. Un prototype effectue le premier essai nucléaire aérien chinois à Lop Nor, le 14 mai 1965.
  • Xian H-6A - bombardier nucléaire[2]
  • Xian H-6C - version améliorée du H-6A avec de meilleures capacités de guerre électronique
  • Xian H-6D (H-6-IV) - bombardier avec des capacités anti-navires de la marine chinoise, armé de deux missiles anti-navires YJ-6 (C-601/CAS-1 Kraken). Une version plus moderne pouvant porter quatre missiles anti-navires YJ-8 (C-801) serait en cours de développement[5].
  • Xian H-6E - Bombardier nucléaire stratégique entré en services dans les années 1980.
  • Xian H-6F - Versions modernisées des H-6A et H-6C dans les années 1990 avec des nouveaux systèmes de navigation intégrés avec GPS et un nouveau radar doppler.
  • Xian H-6H - Version développée à la fin des années 1990 armée de deux missiles de croisière KD-63. Les premiers tests réussis ont eu lieu en 2002 et on estime une entrée en service opérationnelle vers 2004-2005.
  • Xian H-6K - Version non confirmée reportée par Jane's et d'autres sources d'information en septembre 2006[6]
Pod de ravitaillement sous l'aile d'un H-6U
  • Xian H-6U - Version de ravitaillement en vol de la force aérienne chinoise avec deux pods de ravitaillement sous les ailes[7]
  • Xian H-6DU - Conversion de H-6D de la marine en ravitailleur.
  • Xian H-6M - Version pouvant porter jusqu'à 4 missiles de croisières anti-surface YJ-83 (C-803)[8]. On pense que la production de cette récente version, qu'on dit équipée de radar de suivi de terrain aurait été reprise en 2006[6].
  • Xian H-6 d'essai - Le H-6 « 086 » a été utilisé pendant près de vingt ans comme appareil d'essai de réacteurs avant d'être remplacé par un Iliouchine Il-76.

voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Développement lié

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Type 245 », sur CDP Group (consulté le 20 décembre 2013)
  2. a, b et c http://www.vectorsite.net/avtu16.html%7Ctitle=VectorSite
  3. a, b et c The Federation of American Scientists & The Natural Resources Defense Council Chinese Nuclear Forces and U.S. Nuclear War Planning p. 93, 94 [1]
  4. (en) Hans M. Kristensen, Robert S. Norris, « Chinese nuclear forces, 2013 », sur Bulletin of the Atomic Scientists,‎ 1er novembre 2013 (consulté le 20 décembre 2013)
  5. http://www.sinodefence.com/airforce/groundattack/h6.asp
  6. a et b http://www.janes.com/defence/news/jmr/jmr060929_1_n.shtml
  7. http://www.sinodefence.com/airforce/airlift/h6tanker.asp
  8. url=http://china-defense.blogspot.com/2006_04_01_china-defense_archive.html#114456313065920667

Bibliographie[modifier | modifier le code]