Xavier de Villepin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villepin.

Joseph Marie Benoît François Xavier Galouzeau de Villepin dit Xavier de Villepin, né le 14 mars 1926 à Bruxelles, est un industriel et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille Galouzeau de Villepin est de haute bourgeoisie, mais n'est jamais parvenue à la noblesse[1]. L'avocat François-Xavier Galouzeau (fils de Joseph Galouzeau, négociant, et d'Apolline Guerstmayer), après avoir épousé en 1847 Marie-Eugénie de Blair (née à Bar-le-Duc en 1818, fille du baron Charles de Blair, sous-préfet de Saverne et Wissembourg), se fit appeler Galouzeau de Villepin.

Parmi leur descendance, on trouve de nombreux serviteurs de l'État, officiers militaires, sénateur, diplomate, chef d'entreprises, diplômés des grandes écoles françaises (notamment Saint Cyr, Polytechnique, HEC et ENA). La descendance directe de Marie-Eugénie de Blair de Baltayock et de son époux François-Xavier Galouzeau de Villepin compte dix-huit décorés de la Légion d'honneur, dont seize à titre militaire[2].

Xavier de Villepin s'engage dans la Résistance en 1944 alors qu'il est étudiant. Il est ensuite diplômé de l'école des Hautes études commerciales (HEC) et de la Harvard Business School.

De 1950 à 1979, il vit une longue période d'industriel, notamment à Saint-Gobain, expatrié successivement en Algérie, en Australie, au Maroc, au Venezuela, aux États-Unis et enfin en Italie. Il revient en France en qualité de président de Saint-Gobain Vitrage, puis il est directeur général adjoint responsable du développement international.

Il devient membre de l'Union des Français de l'étranger (UFE) en 1960, accède au poste de 2e vice-président de cette organisation en 1979 et est administrateur de plusieurs sociétés italiennes.

En 1986 et 1995, il est élu sénateur représentant les Français établis hors de France.

En 1993, 1995 et 1998, il est élu président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat.

Au Sénat, il est :

  • rapporteur pour la Défense, des problèmes du nucléaire, de l'espace et du renseignement,
  • membre de la Délégation parlementaire pour l'Union européenne et a été nommé rapporteur de la mission d'information chargée d'examiner la mise en place et le fonctionnement des accords de Schengen,
  • Premier président de la section française de l'Association internationale des parlementaires de langue française,
  • Président du Comité Amérique Latine du Mouvement des Entreprises de France (MEDEF).

Il démissionne en 2002 de ses postes liés à l'international à la suite de la nomination de son fils, Dominique de Villepin, au poste de ministre des Affaires étrangères, afin de ne pas le gêner. Achevant son mandat de sénateur en 2004, il ne se représente pas.

Il est membre du conseil d'administration de l'Institut français des relations internationales[3] (IFRI).

Il est membre du conseil d'administration de la Fondation Robert-Schuman[4].

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

  • 1986-2004 : Sénateur des Français établis hors de France (centriste puis UMP)
    • Président de la Commission des Affaires Étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat (1993-2002)
    • Vice-président délégué du groupe Union pour un mouvement populaire du Sénat

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Officier de la Légion d'honneur
  • Officier de l'Ordre national du Mérite
  • Commandeur de l'Ordre national brésilien du « Cruzeiro do Sul » (1989)
  • Grand officier de l'Ordre national brésilien de la Croix du Sud (1997)
  • Grand officier de l'Ordre du Mérite du Chili (1997)
  • Grand Officier de l'Ordre national du Mérite du Paraguay (1997)
  • Grande Croix de l'« Orden del Libertador Simon Bolivar al Merito Civil » de Bolivie (1998)
  • Grand Officier de l'« Orden de Mayo » d'Argentine (1999)
  • Grand Officier de l'Ordre national du Burkina Faso (2001)

Famille[modifier | modifier le code]

Les Galouzeau de Villepin ne sont pas nobles : Honoré Galouzeau, notaire, épousa Marie Tourmont de Villepin au XVIIIe siècle. Leur arrière-petit-neveu François-Xavier, avocat, se fera appeler Galouzeau de Villepin au XIXe siècle, et il eut une nombreuse postérité. La descendance directe de Marie-Eugénie de Blair de Baltayock et de son époux François-Xavier Galouzeau de Villepin compte de nombreux serviteurs de l'État, officiers militaires, sénateur, diplomate, chef d'entreprises, diplômés des grandes écoles françaises (notamment Saint Cyr, Polytechnique, HEC et ENA); on trouve dix-huit décorés de la Légion d'honneur, dont seize à titre militaire.

Xavier Galouzeau de Villepin est le père de trois énarques, issus de son mariage avec Yvonne Marie Madeleine Hétier :

  • l'homme politique et écrivain français Dominique de Villepin (promotion Voltaire, 1980), lui-même père de Marie Steiss,
  • Véronique Galouzeau de Villepin (promotion Voltaire, 1980), épouse du général Baudouin Albanel,
  • Patrick Galouzeau de Villepin (promotion Léonard de Vinci, 1985).

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]