Xavier Leroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leroux.

Xavier Leroux

Description de l'image  Xavier Leroux.jpg.
Naissance
Velletri, Drapeau de l'Italie Italie
Décès
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur
Style Musique vocale
Années d'activité 1885-1919

Xavier Leroux ( à Velletri, Italie, - à Paris) est un compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été l'élève de Théodore Dubois et de Jules Massenet au Conservatoire de Paris. En 1885, il remporte le 1erPrix de Rome avec la cantate Endymion. En 1886, il sympathise avec Claude Debussy à la villa Médicis. À Paris, il devient professeur d'harmonie au Conservatoire à partir de 1896. Il a par ailleurs dirigé la Revue Musica. S'il a écrit quelques œuvres de musique sacrée (notamment une messe), et quelques motets, c'est la musique de théâtre qui lui procure sa plus grande inspiration ; il va tout d'abord composer des musiques de scène (Les Perses d'Eschyle, Pluton d'Aristophane, La Sorcière de Sardou), puis s'oriente vers l'opéra. Son chef d'œuvre (et son plus grand succès) est incontestablement Le Chemineau, dont l'Opéra-Comique a donné cent six représentations jusqu'en 1945. Parmi ses élèves en classe d'harmonie, figurent Paul Paray, Roger Désormière, Eugène Bigot, Georges Dandelot, Albert Wolff, Henri Mulet et Louis Fourestier.

Prix[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musique de scène[modifier | modifier le code]

Opéras[modifier | modifier le code]

Oeuvres diverses[modifier | modifier le code]

  • Hymne (1914) : « A ceux qui glorieusement sont morts pour la Patrie », chanté par Francisque Delmas aux Invalides le 1er novembre 1914. Poème de Victor Hugo.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sylvain Mikus, Autour de la jeunesse châlonnaise d'un grand musicien : Xavier Leroux et son père Félix (1876-1879), Etudes Marnaises éditées par la Société d'Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne (SACSAM), t. CXXVII, 2012, p. 157-173.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :