Xavier Jouvin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue en pied de Henri Ding place Xavier-Jouvin à Grenoble.

Xavier Jouvin (Grenoble, 1801 - 3 mars 1844) : cadet d'une dynastie de maîtres gantiers grenoblois, enfant du troisième mariage de Claude-Etienne Jouvin, il est apprenti gantier chez son grand-oncle Hugues Jouvin à Grenoble puis avec son père à Versailles et Paris, avant de revenir à Grenoble en 1818-1820 pour étudier entre autres la mécanique et l'industrie textile avant de revenir à Paris.

Il continue son activité de gantier entre Grenoble et Versailles jusqu'en 1830, en s'associant en 1825 avec son oncle Jean-Baptiste Jouvin, et s'attelle de près à la découpe des gants ; ainsi qu'à la menuiserie et à la forge. Il étudie l'extensibilité des peaux ainsi que la forme des mains qu'il classe en 322 types et 32 tailles. De là il invente le calibre. Il dépose un brevet en 1832 et 1834 et obtient l'exclusivité de son système qui rend la coupe plus précise.

En 1838, il perfectionne son système avec la "main de fer", un emporte-pièce à la forme du calibre qui permet de découper 6 gants à la fois et obtient un nouveau brevet et surtout une médaille de bronze à l'exposition industrielle de Paris de 1839. La mécanique, (taille, patron, emporte-pièce, grande série) entre dans la ganterie d'autant plus facilement que les gants sont moins chers, plus seyants et de meilleure qualité. À la mort de son oncle et afin de faire face à la demande, il s'associe avec son demi-frère aîné Claude-Joseph Jouvin, dit Claude, qui jusque là avait trouvé Xavier "rêveur". Leurs deux maisons de ganteries s'accroissent et les Jouvin s'enrichissent. Claude est à Paris et Xavier à Grenoble, où il acquiert l'ancien prieuré de Saint-Laurent pour installer ses ateliers. Conscient que son système met en difficulté les coupeurs gantiers, Xavier Jouvin reverse à partir de 1841 une part des bénéfices de ses coupes à la Mutuelle d'entraide des gantiers grenoblois (première société mutuelle fondée en 1803 par André Chevalier).

Xavier Jouvin, mari de Thérèse Rey, n'a eu qu'une fille unique, Adèle Marie Rose, qui épousa Édouard Rey, futur sénateur-maire de Grenoble, donnant le nom de Rey-Jouvin à sa famille.

Xavier Jouvin est enterré au cimetière Saint-Roch de Grenoble.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Vital Chomel, Histoire de Grenoble, Editions Privat, p. 321,322
  • Y. Curtet, La mutualité et le paternalisme dans l'Isère, Mémoire de DES, Grenoble, 1951.
  • A. Doyon, Xavier Jouvin, inventeur grenoblois et sa famille, Paris, Dayez ed., 1976.
  • J. Le Nest, Evolution et aspect de la ganterie grenobloise des origines à nos jours, Mémoire de maîtrise, UPMF Grenoble, 1970.
  • Pierre Léon, Naissance de la grande industrie en Dauphiné, PUF, 1954.
  • Colette Perrin-Montarnal, Gantiers de Grenoble, des siècles d'histoire, Grenoble, ed. de Belledonne, 2002.
  • Xavier Roux, La corporation des gantiers à Grenoble, G. Dupont, Grenoble, 1887.