Xavier Deluc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Xavier Deluc

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Xavier Deluc au 52e Festival de télévision de Monte-Carlo (2012)

Nom de naissance Xavier Lepetit
Naissance 18 mars 1958 (56 ans)
Caen, Calvados
Nationalité Drapeau de la France France
Profession comédien, réalisateur, scénariste
Films notables La Triche
On ne meurt que deux fois
La Brute
Cayenne Palace
Séries notables Terre indigo
Marc Eliot
Section de recherches
Site internet xavierdeluc.com

Xavier Deluc est un comédien, réalisateur et scénariste français, né Xavier Lepetit le 18 mars 1958 à Caen dans le Calvados.

Biographie[modifier | modifier le code]

Xavier Lepetit est né à Caen dans le Calvados, le 18 mars 1958. Son enfance se passe à Jacob-Mesnil, un hameau juste à côté de Bretteville-sur-Laize. Élevé en pension à Lisieux, il tourne en tant qu'amateur son premier court-métrage à quatorze ans[1].

À vingt ans[1], il va à Paris et s'inscrit au cours Florent. L'acteur Robert Hossein le remarque et lui confie son premier rôle : le jeune Edgar Linton dans sa pièce Les Hauts de Hurlevent, d'après l'œuvre d'Emily Brontë au théâtre de Boulogne-Billancourt puis à Lyon en 1979[2].

Il rejoint l'Eglise de Scientologie en 1988 [3] et fonde avec elle en 1991 l'association "Non à la drogue, oui à la vie."

Carrière[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Après La Villa bleue de Jean-Claude Brisville à l'Espace Cardin en 1986[4], Xavier Deluc rencontre son metteur en scène Jean Marais au théâtre des Bouffes-Parisiens pour endosser les costumes de Hans dans la pièce Bacchus de Jean Cocteau en 1988[5].

Il met en scène une pièce La Pluie du soleil sur le thème de la drogue à l'occasion de son association Non à la drogue, oui à la vie qu'il a créée en 1991, et y interprète au théâtre Comédie-Caumartin[6].

Cinéma[modifier | modifier le code]

C'est sous son nom de naissance, Xavier Lepetit, qu'il débute dans son premier film Les Surdoués de la première compagnie de Michel Gérard (1981) avant de joindre Max Pécas pour Belles, blondes et bronzées (1981) et Les Branchés à Saint-Tropez (1983).

Selon son site officiel, en pleine production du film La Triche de Yannick Bellon (1984), un distributeur lui demande de prendre un pseudonyme pour parfaire les affiches. Le comédien songe à ses week-ends à Luc-sur-Mer sur la Côte de Nacre où il passe la plupart du temps : il devient alors Xavier Deluc[2]. Grâce à ce film, il est nommé à la 10e cérémonie des César en tant que meilleur espoir masculin. Puis l'année suivante, à la 11e cérémonie des César (1986), où il est nommé comme meilleur acteur dans un second rôle pour On ne meurt que deux fois de Jacques Deray, juste après le film de science-fiction Diesel de Robert Kramer (1985).

Il écrit et réalise son premier long-métrage Tombé d’une étoile (2007) dans lequel il joue aux côtés de Thomas Sagols, Rona Hartner et Jean-Louis Tribes. Film pour lequel il est récompensé du Prix de la réalisation au Festival international du film de Monaco en mai 2009[7].

Télévision[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Xavier Deluc crée, à Paris, en 1991, l'association Non à la drogue, oui à la vie, qui est une émanation de l'église de Scientologie[8].

Il écrit son premier roman Ton écho ne meurt pas, publié par France Europe Éditions en 2007[9].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompense[modifier | modifier le code]

  • Prix de la réalisation au Festival international du film de Monaco[7] (2009), pour son premier film Tombé d'une étoile

Nominations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Anonyme, « Calvadosien et fier de l'être », sur xavierdeluc.com (consulté le 21 février 2013)
  2. a et b Anonyme, « Biographie », sur xavierdeluc.com (consulté le 20 février 2013)
  3. http://www.closermag.fr/tele/news-tele/xavier-deluc-la-scientologie-l-a-sauve-240009 Xavier Deluc, la scientologie l'a sauvé 3/12/2013
  4. a et b Anonyme, « La Villa bleue », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 20 février 2013)
  5. a et b Anonyme, « Bacchus », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 20 février 2013)
  6. a et b Robert Galibert, « La lettre d'information », sur Non à la drogue (consulté le 20 février 2013)
  7. a et b Anonyme, « Le film », sur xavierdeluc.com (consulté le 20 février 2013)
  8. Miviludes
  9. Anonyme, « Ton écho ne meurt pas », sur France Europe Éditions,‎ 2007 (consulté le 20 février 2013)
  10. Anonyme, « Les Hauts de Hurlevent », sur Les Archives du Spectacle (consulté le 20 février 2013)