X 210

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

X 210 (Blanc-Argent)

Autorail Verney X 212 garé à Romorantin.

Autorail Verney X 212 garé à Romorantin.

Identification
Exploitant(s) Compagnie du Blanc Argent
Désignation X 211 à X 214
Composition Autorail seul
Couplage M couplable avec X 240
Construction 6 autorails
Constructeur(s) Verney SCCFE
Mise en service 1950-1951
Effectif 2 (2007)
Caractéristiques techniques
Écartement métrique
 Carburant gazole
Moteur thermique 1 moteur Poyaud
6L 520 S1, 6 cyl. en ligne
 Puissance 147 kW
à 2200 tr/min
 Puissance continue 132 kW
 Transmission hydromécanique Voith
Capacité en carburant 220 L
Masse en service 23,5 t
Dimensions
 Longueur hors tampons 18,535 m
 Largeur 2,496 m
Empattement 13,065 m
 Empattement du bogie 2,500 m
 Places assises Classe unique 54 pl.
Vitesse maximale 80 km/h

[1],[2],[3],[4]

Les X 210 sont des autorails SNCF à voie métrique de la ligne du Blanc à Argent (BA), construits par la SCF.Verney au Mans en 1950.

Ces engins seront modernisés en 1983/1984.

Au PO Corrèze[modifier | modifier le code]

En 1950 et 1951 le PO-Corrèze reçoit[5] deux autorails, construits au Mans par les ateliers SCF-Verney, les X 211 et X 212. Ces engins ont à l’origine une puissance de 180cv, du fait du relief des lignes de la Corrèze.

Au Chemin de fer du Blanc-Argent[modifier | modifier le code]

Les X 211 et X 212 sont mutés[6] du PO-Corrèze au Chemin de fer du Blanc-Argent en 1967[7].

Les X 213 et 214 sont d'anciens X 220, les X 223 et X 221, rénovés[8] à Bordeaux en 1983-1984. Ils font partie des quatre autorails Verney livrées pour la ligne du BA en 1950-51 et numérotés X 221 à 224.

Les exemplaires préservés[modifier | modifier le code]

Genèse de la série[modifier | modifier le code]

  • X 211 livré en 1950-51 au PO Corrèze, puis Blanc-Argent transfert prévu vers le Train du Bas-Berry
  • X 212 livré en 1950-51 au PO Corrèze, puis Blanc-Argent transféré au CFBS. Il est aujourd'hui en service en livrée d'origine. Il assure les "trains à la mer", principalement.
  • X 213 ancien X 223 modernisé et renommé en 1983-84, transféré au CFBS; Il devrait bientôt être remis en service, mais il est en réparations différée au niveau de la mécanique.
  • X 214 ancien X 221 modernisé et renommé en 1983-84, transféré au CFBS, réformé suite à un accident, réservé pour pièces de rechange.La caisse est déformée et est destinée à la démolition.

Dépôt titulaire[modifier | modifier le code]

EMT de Romorantin

Galerie Photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail, 1978
  2. Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du Rail, 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3), p. 335
  3. Revue bimestrielle Voies Ferrées, Le matériel moteur de la SNCF, en plusieurs articles sur plusieurs numéros par année
  4. Revue mensuelle Rail Passion, État trimestriel du matériel moteur SNCF, un article par trimestre
  5. « PO-Corrèze : le matériel roulant », sur lacorrèze.com (consulté le 22 juin 2010).
  6. José Banaudo et Fabrice Lanoue, Sur les rails du Limousin, Éditions De Borée,‎ 2003 (ISBN 978-2-844942-04-3, lire en ligne), p. 145 et 148.
  7. « BA historique : 1967 », sur Liennard (consulté le 22 juin 2010) : « 2 autorails Verney X 211 et 212 et une remorque XR 701 provenant du réseau PO-Corrèze ».
  8. « Historique : 1983 et 1984 » (consulté le 24 juin 2010).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Defrance, Le matériel moteur de la SNCF, N.M. La Vie du Rail,‎ 1969 et réédition 1978
  • Denis Redoutey, Le matériel moteur de la SNCF, La Vie du Rail,‎ 2007 (ISBN 978-2-915034-65-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]