X-Plane (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir X-plane.
X-Plane
Éditeur Laminar Research
Concepteur Austin Meyer

Date de sortie 1993
Licence Propriétaire
Version 10.30 (17 septembre 2014)
Genre Simulation de vol
Mode de jeu Un joueur / Multijoueurs
Plate-forme Mac OS X, Windows, Linux; Android, iOS, webOS
Contrôle souris, clavier, Joystick, Yoke, palonnier (pedals)

X-Plane (pour "eXperimental-Plane") est un logiciel de simulation de vol développé par Laminar Research.

À mi-chemin entre le jeu vidéo et le simulateur professionnel, X-Plane propose de faire voler des aéronefs commerciaux ou militaires (avions, hélicoptères, planeurs ou même la navette spatiale américaine). Des outils sont également fournis pour créer ou personnaliser les aéronefs et les décors.

Développé initialement pour les plates-formes Apple Macintosh en 1993, X-Plane offre aujourd'hui des versions Windows et Linux ainsi que des déclinaisons mobiles pour les systèmes Android, iOS et webOS.

Modèle de vol[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les simulateurs de vol recréent les caractéristiques de vol d'un appareil en utilisant des tables de correspondance empiriques qui indiquent les données de portance ou de traînée en fonction des circonstances. Ce système est fiable pour des avions dont on a déjà observé le comportement, mais il trouve ses limites dans le cas d'avions en projet ou dont ces caractéristiques n'ont pas été mesurées avec suffisamment de précision.

X-Plane se différencie des autres simulateurs par l'utilisation d'un modèle de vol basé sur la géométrie de l'aéronef utilisé. La simulation modélise en temps réel les forces qui s'exercent sur les différentes parties de l'avion pour déterminer la portance et la traînée, pour ensuite calculer les accélérations, la vitesse et la position de l'appareil[1][2].

X-Plane peut ainsi modéliser non seulement des avions, mais aussi des aéronefs complexes comme les hélicoptères, les fusées, les aérogires ou les avion à moteurs basculants de type tiltrotor.

Modularité[modifier | modifier le code]

Scènes et aéronefs[modifier | modifier le code]

X-Plane se présente comme un « logiciel intégré » de simulation de vol car il inclus tous les outils de base pour construire ou modifier les avions ou les décors.

De nombreux utilisateurs ont ainsi développé des extensions; certains ont même utilisé le simulateur dans des domaines pour lequel il n'était pas conçu avec des véhicules terrestres, trains et même un bateau parfaitement pilotable. Certaines de ces extensions sont gratuites (on estime que fin 2010, il existait plus de 4.000 avions ou variantes d'avions et 2.000 scènes gratuites) mais de plus en plus d'éditeurs proposent des extensions payantes.

Une communauté importante s'est formée autour de ce simulateur avec de nombreux sites et forums spécialisés.

Plugins[modifier | modifier le code]

X-Plane supporte l'ajout de plugins tiers qui permettent d'ajouter des fonctionnalités non présentes dans le programme d'origine[3].

Une de ces fonctionnalités est le plugin XSquawkBox qui permet aux utilisateurs de rejoindre d'autres pilotes sur un réseau aérien virtuel en ligne[4].L'utilisateur peut se connecter sur des serveurs Internet IVAO et VATSIM pour voler en direct avec d'autres avions et des contrôleurs aériens qui sont des utilisateurs du simulateur. Il existe aussi des compagnies virtuelles qui proposent aux joueurs de s'engager et de voler en mode "multijoueur" sous les couleurs de la compagnie. Chaque compagnie propose des services très variables : formations, vols évènements... Les plus connues sont Freeworld Airways et California Airlines.

En réseau[modifier | modifier le code]

X-Plane intègre nativement la communication ethernet entre plusieurs machines (même dotées d'OS différents) pour permettre les interactions d'un poste "instructeur" et d'un poste "élève" ou pour distribuer sur plusieurs machines les calculs d'affichage multiples.

Utilisation dans l'aéronautique[modifier | modifier le code]

Utilisation professionnelle[modifier | modifier le code]

Bien que la version "grand public" de X-Plane soit aussi utilisée par des pilotes professionnels, il existe une version dédiée à l'industrie aéronautique qui évolue parallèlement. Elle a reçu l'agrément de la FAA (administration fédérale de l'aviation américaine) lorsqu'elle est utilisée en association avec certains matériels pour l'entraînement des pilotes en Vol à vue et Vol aux instruments[5].

Développement d'avions réels[modifier | modifier le code]

La simplicité d'utilisation et la fiabilité du modèle de vol pour prévoir les performances d'un appareil ont poussé plusieurs entreprises à utiliser X-Plane pour créer des avions réels. Les équipes à l'origine du CarterCopter ont par exemple utilisé X-Plane pour leurs recherches sur ce modèle[6]. Le concepteur de l'avion Atlantica a également utilisé X-Plane dans les premières étapes du design de l'appareil[7].

Concurrence[modifier | modifier le code]

X-Plane est fréquemment comparé à la série Flight Simulator de Microsoft.

Flight Simulator est longtemps resté la référence "grand public" en matière de simulation aérienne et est généralement considéré comme plus facile d'accès pour les néophytes et d'aspect visuel plus agréable[8]. Cependant, son modèle de vol repose sur des caractéristiques pré-enregistrées et non sur le calcul en temps réel en fonction de la géométrie de l'appareil comme le fait X-Plane.

De plus, la série n'a pas connu de nouvel épisode depuis Flight Simulator X, sorti en 2006 et l'équipe de développement a été licenciée en 2009[9]. En 2012, Microsoft a sorti un autre simulateur nommé Flight mais ce fut un échec commercial, ce qui a provoqué l'arrêt du développement[10].

Simulation ou jeu vidéo ?[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Malgré sa classification dans "jeux vidéo" et l'aspect ludique qui reste présent pour l'amateur comme pour tout simulateur, X-Plane n'est pas un jeu selon la définition habituelle.

Il ne comporte pas d'interface "utilisateur" sophistiquée et/ou ludique, pas d'apprentissage du vol, peu ou pas de mode d'emploi. Il ne propose pas de défi ni aucun objectif, pas de points ou de trophées à gagner. C'est à l'utilisateur de fixer seul ses buts, de chercher sur l'internet la mécanique de vol et de pilotage. Les avions intégrés dans le logiciel de base ne disposent ni de manuel, ni d'aide, il faut chercher sur l"internet leurs spécifications et contraintes, le mode d'emploi de leurs commandes.

X-Plane ne propose aucun avion "pour jouer" : les créateurs d'avions essaient autant que possible de simuler les vrais, avec leurs difficultés qui s'ajoutent à celle d'une interface écran de surface réduite. Sur une très grosse majorité de "gros" avions, le cockpit est parsemé de boutons et commandes dont l'accès est souvent acrobatique avec seulement un joystick.

X-Plane nécessite un minimum matériel, en sus d'une configuration assez musclée. Le pilotage avec un joystick de base ne disposant pas de la torsion pour contrôler la dérive (un palonnier est fortement conseillé) va rendre le roulage difficile pour bon nombre d'avions, ne fusse que pour compenser l'effet de giration généré par l'hélice des monomoteurs. Il est possible de piloter un avion avec uniquement un clavier et une souris, mais ce sera difficile, peu plaisant et rapidement rédhibitoire. En tout cas très éloigné de ce qu'on peut attendre de X-Plane. Le pilotage avec une manette de jeu (pad) relègue la mécanique de vol en arrière plan pour céder la place à la dextérité de l'utilisateur...

Évolution[modifier | modifier le code]

Mises à jour[modifier | modifier le code]

X-Plane est en perpétuelle évolution et de nouvelles versions sortent fréquemment : en moyenne plusieurs versions bêta par mois et une version stable tous les 2 ou 3 mois. Des modifications très importantes peuvent apparaître au cours de la vie d'une même version majeure pendant laquelle les mises à jour sont toutes gratuites (la version 9 a duré 4 ans, la version 10 est devenue publique fin 2011).

L'utilisation des versions bêta de X-Plane, bien que publiques, est fortement déconseillée aux utilisateurs débutants, même si certaines modifications ou "mods" nécessitent l'utilisation des versions beta de X-Plane.

Portages[modifier | modifier le code]

Windows, Linux et Mac[modifier | modifier le code]

X-Plane existe nativement sous MacOS depuis ses premières versions (1993) puis Windows depuis la version 2.0 (1996) et Linux depuis la version 8.0 (2004). Le système graphique OpenGL commun aux trois OS est utilisé pour la version Mac et Linux.

Alors qu'il n'était jusque là disponible que sous forme de DVD, une version dématérialisée de X-Plane est proposée sur la plate-forme Steam à partir de juillet 2014[11].

Sur mobiles[modifier | modifier le code]

Une version de X-Plane pour iPhone et iPod Touch est publiée fin 2008[12]. Il s'agit d'une version réduite pour rester compatible avec les limites de la machine, pilotée grâce aux accéléromètres embarqués et qui n'a que peu de rapport avec la version "bureau" (la vue cockpit est réduite à sa plus simple expression, les paysages sont de qualité moindre, etc.).

La version iPad est un peu plus complète car elle dispose d'un peu plus de ressources mais reste encore loin en arrière de la version pour ordinateur de bureau, sans parler des versions « professionnelles ».

Laminar a aussi porté X-Plane sur les machines Palm Pre et Android.

Contrairement aux versions pour "ordinateur de bureau", ces versions sont plus orientées vers une utilisation ludique dans le sens où elles ne peuvent servir à aucun apprentissage réel de vol, notamment à cause de l'absence de périphériques de commande et des instruments des tableaux de bord des avions réels.

Toutefois, ces versions assurent la plus grande partie des revenus de l'éditeur grâce à leur très forte diffusion, ce qui lui a permis de repousser par deux fois la sortie de la prochaine version (X-Plane 10) pour avoir placé la barre « ridiculement haut[13] » sans pour autant se trouver à court de financement du projet.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « How X-Plane works »
  2. (en) « X-Plane versus Microsoft Flight-Sim: which should you play? »
  3. (en) « Extending X-Plane »
  4. (en) « About XSquawkBox »
  5. (en) « Site officiel X-Plane - Certification FAA » (consulté le 29/07/2014)
  6. (en) « X-plane flight sim aids aircraft design », sur Pilotweb.aero
  7. (en) « Genesis of an aircraft », sur wingco.com
  8. (en) « X-Plane versus Microsoft Flight-Sim: which should you play? »
  9. (en) « Microsoft Makes Big Cuts At Flight Sim Studio », sur Gamasutra
  10. « Microsoft Flight explose en plein vol », sur jeuxvideo.com
  11. (en) « X-Plane 10 goes live on Steam as best seller », sur Simstop.com
  12. « X-Plane 9 : l'iPhone s'envoie en l'air », sur igen.fr
  13. X-Plane 9.68 beta

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]