Wyrm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Wyrm est une créature imaginaire et fantastique issue des différentes légendes européennes et dans la symbolique judéo-chrétienne. Il est assimilé au serpent du jardin d'Eden ou au dragon de l'Apocalypse selon Jean.

Ce monstre est souvent représenté par un immense ver de terre, un dragon dépourvu d'ailes ou un serpent rampant. Celui-ci est synonyme de corruption et d'effondrement de la nature. L'autre symbole du Wyrm est l'Ouroboros (le serpent mange sa propre queue) qui montre l'étendue de son auto-destruction. D'après les légendes, il était envoyé par les Dieux en guise de punition.

Terminologie[modifier | modifier le code]

Wyrm est un mot appartenant à un vocabulaire médiéval / fantastique et qui vient de l'anglais (du vieil anglais) Wyrm. En français il est souvent soit traduit directement par Wyrm, soit par le mot Guivre (synonyme de Vouivre) et désigne généralement un animal fantastique & imaginaire, une sorte de dragon ou gros serpent sans membres antérieurs.

Les termes de Worm (dans la mythologie germanique), Wyrm (en vieil anglo-saxon), ou Wurm (en vieux haut allemand) décrivent parfois des créatures apparentées aux dragons, et signifient par ailleurs ver ou serpent. Les origines du mots Wyrm sont donc liées aux anciens mots désignant certains dragons des contes et légendes européennes.

Le Wyrm dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anonyme, (trad. André Crépin), Beowulf, Librairie Générale Française, coll. "Livre de poche, Lettres gothiques", Paris, 2007, 256 p., (ISBN 978-2-253-08243-9)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wyrms, (traduit en français : Patience d'Imakulata) 1987 de Orson Scott Card
  • (en) Book of the Wyrm, 1993 de Bill Bridges, Steve Brown, William Spencer-Hale, J. Morrison, Richard Strong. (ISBN 1-5604-041-4[à vérifier : ISBN invalide])

Voir aussi[modifier | modifier le code]