Wuzhun Shifan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Dans ce nom, le nom de famille, Wuzhun, précède le prénom Shifan.

Wuzhun Shifan

Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait du Maître Zen Wuzhun Shifan, peint en 123, Dynastie Song

Naissance 1178
Province du Sichuan, Chine
Décès 1249
Nationalité Chinois

Wuzhun Shifan (chinois : 無準師範 ; Wade : Wu Chun Shih Fan; 1178–1249) était un peintre, calligraphe et éminent moine bouddhiste zen chinois qui vécut durant la dernière dynastie Song (960-1279).

Biographie[modifier | modifier le code]

Wuzhun Shifan est né à Zitong, dans la province du Sichuan, en Chine. Il finit par devenir un abbé bouddhiste renommé au temple du mont Jingshan. Il est d'abord nommé par l'empereur Song Lizong (理宗; r. 1224-1264) en 1233 afin de partager avec lui la doctrine du bouddhisme Chán (Zen), discutant de son Dharma avec l'empereur[1]. Pour cela, Wuzhun reçoit le nom de Fojian Yuanzhao Chanshi (Miroir du Bouddha, enseignant Zen) en plus d'un kaśaya brodé d'or qu'il porte sur la peinture de son portrait de 1238[1].

Wuzhun possède de nombreux disciples qui suivent son enseignement. Parmi eux, Enni Ben'en (圓爾辯圓 ; 1201–1280; Shoichi Kokushi) étudie sous les ordres de Wuzhun en Chine entre 1235 et 1241 et apporte plus tard l'enseignement du maître au Japon. Ensuite, Enni aide à la cimentation plus grande de l'enseignement Zen au Japon et aide à l'établissement du temple Tōfuku-ji de Kyoto en 1243.

Calligraphie et œuvre d'art[modifier | modifier le code]

Certaines calligraphies de Wuzhun sont confiées à Enni et sont encore préservées au temple Tōfuku-ji. Un rouleau de calligraphie de Wuzhun est également donné en cadeau par la famille Tokugawa au Shogun. Il existe également une lettre écrite de Wuzhun Shifan, datée de 1242, qui est désormais préservée comme un trésor national de calligraphie au Musée national de Tōkyō.

Des traces écrites de Wuzhun apparaissent sur la peinture du XIIIe siècle Un Moine chevauchant une mule, conservée dans la collection de John M. Crawford Jr[2]. Il est possible qu'il ait peint cette image, même s'il est impossible de savoir s'il est le véritable auteur de cette œuvre.

Le portrait de Wuzhun est peint en 1238 par un artiste anonyme. Il est amené au Japon par Enni Ben'en en 1241, où il se trouve actuellement[3],[4]. The painting also bears an inscription penned by Wuzhun Shifan[4]. Bernard Faure écrit que ce portrait est peint selon le style de portrait des moines Chan, connu sous le nom de dingxiang ou zhenxiang (Japonais : chinzō)[1]. Comme d'autres dans son style, le moine Chan est assis dans la posture du lotus, portant une robe monastique, avec les chaussures placées sur un repose-pieds et sa main droite saisissant un fouet ou un bâton[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Faure 2003, p. 43.
  2. Embree 1997, p. 113.
  3. (de) The Yorck Project: 10.000 Meisterwerke der Malerei. DVD-ROM, 2002. ISBN 3936122202. Distribué par DIRECTMEDIA Publishing GmbH.
  4. a et b Lauer 2002, p. 31.
  5. Faure 2003, p. 43–44.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Ainslie Thomas Embree, Asia in Western and World History: A Guide for Teaching, Armonk, ME Sharpe, Inc,‎ 1997.
  • (en) Bernard Faure, Chan Buddhism in Ritual Context, New York, RoutledgeCurzon,‎ 2003 (ISBN 978-0-415-29748-6, LCCN 2002037042).
  • (en) Uta Lauer, A Master of His Own, Stuttgart, Steiner,‎ 2002, poche (ISBN 978-3-515-07932-7, LCCN 2002545799).

Liens externes[modifier | modifier le code]