Wurtzbourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Wurzburg)
Aller à : navigation, rechercher
Wurtzbourg
Würzburg
Vue depuis le fort
Vue depuis le fort
Blason de Wurtzbourg
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau de Bavière Bavière
District
(Regierungsbezirk)
Basse-Franconie
Arrondissement
(Landkreis)
Wurtzbourg (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
13
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Christian Schuchardt (CDU)
(2012-
Code postal 97018–97084
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
09 6 63 000
Indicatif téléphonique 0931
Immatriculation
Démographie
Population 124 449 hab. (31 décembre 2011)
Densité 1 420 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 17″ N 9° 56′ 10″ E / 49.788, 9.936 ()49° 47′ 17″ Nord 9° 56′ 10″ Est / 49.788, 9.936 ()  
Altitude 208 m
Superficie 8 763 ha = 87,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Wurtzbourg

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Wurtzbourg
Liens
Site web www.wuerzburg.de

Wurtzbourg (en allemand Würzburg) est une ville en Bavière, un land d'Allemagne. Chef-lieu de district et siège d'un évêché, elle comptait 133 501 habitants au 31 décembre 2008. Wurtzbourg est située sur le Main et point de départ septentrional de la Route Romantique. La Résidence de Wurtzbourg est classée depuis 1981 sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

En 1973, elle est lauréate du Prix de l'Europe[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Wurtzbourg se trouve en Basse-Franconie sur les deux rives du Main, dans sa vallée moyenne. La ville est dominée à l'ouest par la forteresse de Marienberg (Mont Sainte-Marie).

La ville est divisée en 13 secteurs urbains et 25 quartiers.

Histoire[modifier | modifier le code]

La vieille ville de Wurtzbourg depuis la forteresse de Marienberg

Curiosités[modifier | modifier le code]

la cathédrale Saint-Kilian et l'Hôtel de ville
La Résidence
  • La Résidence : Johann Philipp Franz de Schönborn, prince épris de magnificence, fait construire la Résidence à partir de 1720. C'est l'une des réalisations architecturales les plus ambitieuses de l'Allemagne baroque. La collaboration des grands artistes européens de l'époque, placés sous la direction de l'architecte Balthasar Neumann, donna naissance au « Würzburger Rokoko », la plus exubérante des variantes du style rococo européen. La décoration intérieure fut réalisée en grande partie sous Charles Philippe de Greiffenclau, avec notamment Jean Baptiste Tiépolo. Le palais devint la résidence des princes-évêques, en remplacement de l'ancienne forteresse de Marienberg.
  • La Hofkirche (église de cour) : la chapelle de la résidence ou Hofkirche constitue un magnifique exemple d'art baroque religieux du XVIIIe. Elle met en valeur toute la virtuosité de Balthasar Neumann qui conçut ici une structure extrêmement complexe à cinq coupoles ovales. Il a fait preuve de son originalité habituelle ; les courbes des lignes de force qui soutiennent la voûte, comme celles qui guident a balustrade surplombant le maître-autel, présentent une structure aussi complexe qu'agréable à l'œil. Les différentes variétés de marbre, les dorures d'abord discrètes au premier niveau puis omniprésentes au plafond, les couleurs chaudes des fresques de Johann Rudolf Byss, peintre de la cour, s'allient pour donner une composition de couleurs riches en contrastes. Au-dessus des autels latéraux, on peut voir deux tableaux de Jean Baptiste Tiépolo : l'Assomption et la Chute des anges. La somptueuse décoration est due à plusieurs artistes de renom : Luc de Hildebrandt, Antonio Giuseppe Bossi (stucage et figures en stuc), Jean Baptiste Tiépolo.
  • La forteresse de Marienberg (Mont Sainte-Marie) : la construction du château-fort débute en 1201 sur un site occupé depuis l'âge du fer, une position dominante sur la rive gauche du Main. La forteresse devient la résidence des princes-évêques de 1253 à 1719. Elle est transformée aux XVIe et XVIIe siècles.
  • L'Alte Mainbrücke : le vieux pont sur le Main est un des monuments-symboles de Wurtzbourg. Le pont a été construit en 1473, après un premier pont de style roman en 1133. Depuis 1730, il est orné de statues de saints et de personnages importants. Il rappelle fortement le pont Charles de Prague.
  • L'Hôtel de ville : le "Rathaus" est un bâtiment formé d'édifices distincts. À l'origine siège d'un administrateur de l'évêque, le bâtiment, construit au XIIIe siècle, devint hôtel de ville en 1316. La tour du comte Eckard est d'origine romane mais remaniée au XVe siècle. Le «Boter Bau» (maison rouge) lui fut adjointe en 1659. Le couvent des Carmélites bâti en 1712 mais très restauré au XIXe siècle fut rattaché à l'hôtel de ville à cette époque.
  • La cathédrale : La cathédrale est un chef-d'œuvre de l'architecture allemande des XIe et XIIe siècles. C'est le quatrième sanctuaire roman d'Allemagne par ses dimensions. Commencée vers 1040, sa construction s'acheva en 1187. Au début du XVIIIe siècle, l'intérieur fut richement décoré de stucs. L'ensemble, très éprouvé pendant la Seconde Guerre mondiale, a été restauré en 1945. L'intérieur porte la marque de plusieurs styles, du roman à l'époque contemporaine. On peut citer en particulier les sculptures de Tilman Riemenschneider dans le côté droit du transept et la superbe chaire sculptée par Michael Kern (1609).
  • La Collégiale de Neumünster, fondée au XIe siècle, fut rebâtie au début du XIIe siècle dans un style de transition romano-gothique. Au début du XVIIIe siècle, l'église fut entière­ment remaniée dans le goût baroque. On attribue cette belle réalisation à Johann Dientzenhofer. La beauté de l'édifice réside surtout dans sa façade de grès rouge dotée d'un portail auquel monte un escalier à double volée
  • la chapelle Sainte-Marie : cette pseudo-basilique gothique fut édifiée entre 1377 et 1479 à l'emplacement de l'ancien quartier juif détruit après une épidémie de peste. Elle a conservé un portail et une tour d'origine. On y trouve des œuvres de Tilman Riemenschneider.
  • La Käppele (la Chapellette) : située au sommet d'un chemin de croix bordée de statues de Johann Peter Wagner (1767), la Käppele est une charmante petite église de pèlerinage rococo, aux coupoles en bulbes. Balthasar Neumann en dessina les plans. Les fresques qui décorent la chapelle centrale sont de Matthäus Günther (de), les stucs de Joseph Anton Feuchtmayer
  • La Maison du Faucon : cette maison près de l'église Sainte-Marie montre une superbe façade rococo restaurée. L'édifice abrite l'office de tourisme de la ville.
  • Saint-Jean im Haug : chef-d'œuvre de l'architecte italien Antonio Petrini, cette collégiale fut le premier monument baroque érigé en Franconie (1670). Les deux tours qui flanquent sa haute façade et la puissante coupole qui s'élève à la croisée du transept confèrent à l'édifice sa majesté. Une Crucifixion par le Tintoret (1583) surmonte le maître autel.
  • Le Juliusspital : cet hôpital fut fondé en 1576 par le prince-évêque Julius Echter von Mespelbrunn "pour les indigents et les malades". Il est encore en activité. Les bâtiments actuels (XVIIe siècle) ont été largement restaurés après la guerre. Aujourd'hui encore, l'hôpital tire ses ressource d'une centaine d'hectares de vignobles qu'il possède depuis le XVIe siècle.
  • Le Buergerspital: c'est un hôpital pour les vieux, fondé par des riches bourgeois. Il possède aussi des vignobles. Dans le bâtiment il y a un bistro, où on peut déguster et boire les vins, par exemple du « Würzburger Stein ». Cour intérieure avec des arcades.
  • Staatlicher Hofkeller: C'est un domaine vinicole qui a ses caves sous la place pavée de la Résidence de Wurtzbourg. Elle date de la sécularisation des propriétés des princes-évêques en 1802.
  • Alter Kranen ou "vieille grue" est établie sur la rive droite du Main devant un ancien fort construit par Franz Ignaz Michael Neumann, le fils de Balthasar.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Bundesautobahn 3 number.svg Frontière néerlandaiseRuhrFrancfort-sur-le-MainWurtzbourgNurembergRatisbonnePassau - Frontière autrichienne
Bundesautobahn 7 number.svg Frontière danoiseHambourgHanovreCasselWurtzbourgUlmFüssen - Frontière autrichienne
Bundesautobahn 81 number.svg WurtzbourgHeilbronnStuttgartSingen
Bundesstraße 8 number.svg Frontière néerlandaiseRuhrFrancfort-sur-le-MainWurtzbourgNurembergRatisbonneFrontière autrichienne
Bundesstraße 13 number.svg WurtzbourgAnsbachEichstättIngolstadtUnterschleißheimMunichBad TölzSylvensteinstausee
Bundesstraße 19 number.svg EisenachMeiningenWerneckWurtzbourgUlmOberstdorfFrontière autrichienne
Bundesstraße 22 number.svg Wurtzbourg (Mainfrankenpark)BambergBayreuthWeiden in der OberpfalzCham
Bundesstraße 27 number.svg BlankenburgGöttingenFuldaWurtzbourgLudwigsbourgStuttgartTübingenVillingen-SchwenningenFrontière suisse

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Gare centrale de Wurtzbourg.
Ligne
ICE 25 Hambourg - HanovreCasselWurtzbourgAugsbourg – Munich
ICE 31 Kiel – Hambourg – DortmundDüsseldorfCologneCoblence – Francfort-sur-le-Main – Wurtzbourg – Nuremberg – Munich
ICE 41 Oberhausen - Essen – Düsseldorf – Köln Messe/Deutz – Aéroport de Francfort – Francfort-sur-le-Main – Wurtzbourg – Nuremberg – Munich

Transport urbain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tramway de Wurtzbourg.
tramway de Wurtzbourg

La compagnie WSB (Würzburger Straßenbahn) exploite 5 lignes de tramway:

Ligne Terminus Durée du parcours
1 Grombühl – Sanderau 20 minutes
2 Hauptbahnhof (Gare principale) – Zellerau 14 minutes
3 Hauptbahnhof (Gare principale) – Heuchelhof 27 minutes
4 Sanderau – Zellerau 23 min.
5 Grombühl – Rottenbauer 39 minutes

Par ailleurs, un réseau de bus, également exploité par la compagnie WSB dessert l'ensemble de l'agglomération de Wurtzbourg.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

À Wurtzbourg sont nés[modifier | modifier le code]

À Wurtzbourg ont vécu[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://assembly.coe.int/Committee/ENA/EuropaPrize/50thAnniversary/EuropePrizeMap.asp
  2. G. Bührer-Thierry, L'Europe carolingienne (714-888), Paris, SEDES, 1999, p 21

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles de Wikipédia[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Congress - Tourismus - Wirtschaft (une entreprise communale de la ville de Wurtzbourg): Würzburg, Guide pour le visiteur. Würzburg 2007. Un prospectus et plan de la ville.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Wurtzbourg : [1]