Wouter Weylandt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wouter Weylandt
Image illustrative de l'article Wouter Weylandt
Wouter Weylandt en 2007
Informations
Nom Weylandt
Prénom Wouter
Date de naissance 27 septembre 1984
Date de décès 9 mai 2011 (à 26 ans)
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Spécialité Sprinter
Équipe amateur
Bikeland Bornem
Équipe professionnelle
2005-2007
2008-2010
2011
Quick Step-Innergetic
Quick Step
Leopard-Trek
Principales victoires
2 étapes dans un grand tour
Une étape du Tour d'Espagne (2008)
Une étape du Tour d'Italie (2010)
Wouter Weylandt lors du Tour de Pologne 2007

Wouter Weylandt (né le 27 septembre 1984 à Gand, en Belgique et mort le 9 mai 2011 dans la descente du Passo del Bocco en Italie[1]) est un cycliste belge passé professionnel en 2006 au sein de l'équipe Quick Step-Innergetic. En 2011, il rejoint l'équipe Leopard-Trek. Connu pour ses qualités de sprinter, il a souvent fait partie du train de Tom Boonen, quand il était dans son équipe. Il a notamment gagné une étape du Tour d'Italie 2010, une étape du Tour d'Espagne 2008 et terminé troisième de Gand-Wevelgem la même année.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et carrière amateur[modifier | modifier le code]

Membre du club Bikeland Bornem en 2004, Wouter Weylandt effectue un stage avec l'équipe Quick Step-Davitamon en septembre[2]. Il participe au Mémorial Rik Van Steenbergen, au Grand Prix Jef Scherens et au Circuit franco-belge, dont il prend la douzième place. Il fait partie de l'équipe de Belgique au championnat du monde sur route espoirs.

2005-2006 : débuts professionnels chez Quick Step[modifier | modifier le code]

Weylandt passe professionnel au sein de l'équipe Quick Step en 2005, mais cette première saison professionnelle est gâchée par une mononucléose décelée au début de l'année. De retour en fin de la saison, il remporte tout de même le GP Briek Schotte, et termine cinquième du Mémorial Rik Van Steenbergen et du Prix national de clôture, prouvant d'emblée ses qualités de sprinteur.

En 2006, pour sa première saison complète, il termine cinquième des Trois jours de Flandre-Occidentale, puis deuxième de la Nokere Koerse, où il remporte le sprint du peloton derrière Bert Roesems. Au cours de cette saison, il ne parvient à obtenir aucune victoire, à l'exception du modeste GP de Vichte, mais fait preuve d'une grande régularité au sprint, qui lui vaut notamment de remporter le classement par points du Tour de Pologne et de terminer cinquième du Championnat des Flandres.

2007-2008 : la confirmation[modifier | modifier le code]

En 2007, au contraire, Weylandt remporte rapidement ses premières victoires. Dès le 11 mars, il remporte une étape des Trois jours de Flandre-Occidentale, qu'il termine deuxième, devancé de 5 secondes par Jimmy Casper, le vainqueur de la première étape. Deux semaines plus tard, il remporte le Tour du Groene Hart, puis termine quatrième du Grand Prix de l'Escaut. Ainsi rassuré, il remporte trois nouvelles victoires d'étape pendant le reste de la saison, sur le Tour de Belgique, le Ster Elektrotoer et surtout l'Eneco Tour. Enfin, sur le Tour de Pologne, il profite de la bonne performance de son équipe dans le contre la montre par équipes de la 1re étape pour prendre pendant une journée le maillot jaune à la faveur des bonifications.

2008 commence tout aussi bien pour Weylandt. Il remporte au sprint la Nokere Koerse, et termine deuxième du Tour du Groene Hart, battu par Tomas Vaitkus. En avril, il réussit sans doute la meilleure performance de sa carrière sur les courses d'un jour, terminant troisième de la classique Gand-Wevelgem derrière Óscar Freire et Aurélien Clerc au terme d'un sprint houleux. En fin de saison, Weylandt participe au Tour d'Espagne, son premier grand tour. Il y participe comme poisson-pilote pour son leader Tom Boonen, mais lorsque ce dernier abandonne, Weylandt saisit sa chance et remporte à Valladolid la 17e étape. Sur la lancée de cette victoire, il remporte sa 4e victoire de la saison sur le Omloop van de Vlaamse Scheldeboorden deux semaines plus tard.

2009-2010[modifier | modifier le code]

Marqué par la mort de son ami Frederiek Nolf au Tour du Qatar en février 2009, Weylandt remporte à nouveau deux victoires en début de saison. Echappé avec Rémi Cusin, il remporte Le Samyn le 4 mars. Quatre jours plus tard, il gagne une nouvelle étape des Trois jours de Flandre-Occidentale. Il se classe onzième de Paris-Roubaix en avril. Le reste de cette saison n'est pas à la hauteur de ses attentes[3].

En l'absence de résultats satisfaisants fin 2009 et début 2010, il est publiquement critiqué par le manager de Quick Step Patrick Lefevere[4]. En mai, il remporte au sprint la 3e étape du Tour d'Italie. Il y voit un moyen de répondre aux critiques[5]. Atteint d'une gastro-entérite nécessitant une hospitalisation, il quitte la course quelques jours plus tard[6].

2011 : Leopard Trek[modifier | modifier le code]

Il rejoint en 2011, la nouvelle équipe Leopard-Trek. Il participe au Tour d'Italie. Lors de la troisième étape de cette course, à 25 km de l'arrivée, il chute très lourdement dans la descente du Passo del Bocco, sa pédale ayant accroché le pavé sur le bord de la route[7], et meurt des suites de ses blessures[8].

Accident mortel[modifier | modifier le code]

Dans la troisième étape du Tour d'Italie 2011, Weylandt chute à près de 70 km/h en descendant le Passo del Bocco situé près de la ville de Mezzanego. Alors qu'il regarde par dessus son épaule pour parler à d'autres coureurs, le côté gauche de son vélo heurte un muret et le propulse sur la route sur une vingtaine de mètres[9]. Deux équipes paramédicales effectuent des tentatives de réanimation cardio-pulmonaire pendant environ 25 minutes. Il reçoit de l'adrénaline et de l'atropine, mais les blessures sont trop sévères et toutes les tentatives de réanimation échouent. Le coureur est déclaré mort sur les lieux en raison d'une fracture du crâne. Il est transporté hors de la course 40 minutes après sa chute[10].

Sa mort entraîne la neutralisation de la quatrième étape du Tour d'Italie 2011[11] et une vague de réaction dans le monde du cyclisme[12]. La 5e étape reprend sans Tyler Farrar (Garmin-Cervélo), grand ami de Weylandt, et l'équipe du Belge, Leopard-Trek, qui ont décidé de ne pas reprendre la compétition. Son dossard 108 est retiré du Tour d'Italie et ne sera plus jamais attribué[13]. Il est inhumé le mercredi suivant à Gand.

Le 4 juillet 2011, son meilleur ami Tyler Farrar remporte la troisième étape du Tour de France, à Redon. En passant la ligne, il fait un W avec ses doigts, en hommage à son ami décédé[14].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands Tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wouter Weylandt est décédé le10sport.com
  2. (en) « Stagiaire contract for Weylandt », sur cyclingnews.com,‎ 1er août 2004 (consulté le 14 mai 2010)
  3. « Weylandt veut s’affranchir », sur dhnet.be,‎ 28 janvier 2010 (consulté le 14 mai 2010)
  4. (en) « Lefevere blasts Belgian Federation, Devolder and Weylandt », sur cyclingnews.com,‎ 30 mars 2010 (consulté le 14 mai 2010)
  5. « Weylandt: “J’ai répondu à la pédale” », sur dhnet.be,‎ 11 mai 2010 (consulté le 14 mai 2010)
  6. « Weylandt out of hospital and training again », sur cyclingnews.com,‎ 25 mai 2010 (consulté le 25 mai 2010)
  7. « Wouter Weylandt meurt au Giro », sur lesoir.be,‎ 9 mai 2011
  8. Weylandt, le drame sur eurosport.fr
  9. Guercilena : « Une chute des plus classiques », sur velochrono.fr
  10. "C'était un cas gravissime", sur eurosport.fr
  11. "La vie, malgré tout" sur eurosport.fr
  12. "Pas de mots, juste des larmes" sur eurosport.fr
  13. Giro : La fin du dossard 108 sur sport365.fr
  14. « Tyler Farrar gagne pour Wouter Weylandt », sur 7sur7.be,‎ 4 juillet 2011 (consulté le 15 février 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :