Workflow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un workflow, anglicisme pour flux de travaux, est la représentation d'une suite de tâches ou opérations effectuées par une personne, un groupe de personnes, un organisme, etc. Le terme flow (flux) renvoie au passage du produit, du document, de l'information, etc., d'une étape à l'autre.

Le terme officiellement recommandé par la Commission générale de terminologie et de néologie est « flux de travaux » [1]. Le grand dictionnaire terminologique propose « flux de travaux », « flux des travaux », ou « automatisation des processus »[2]. On trouve aussi l'expression « flux opérationnel » chez des professionnels[3].

Définition[modifier | modifier le code]

Exemple de workflow

De façon pratique, le workflow sert à décrire le circuit de validation, les tâches à répartir entre les différents acteurs d'un processus, les délais, les modes de validation, et à fournir à chacun des acteurs les informations nécessaires à l'exécution de sa tâche. Le workflow permet généralement un suivi et identifie les acteurs en précisant leur rôle et la manière de le remplir au mieux. Pour un processus de publication en ligne par exemple, il s'agit de la modélisation des tâches de l'ensemble de la chaîne éditoriale.

On appelle workflow management (gestion du flux de travail) la modélisation et la gestion informatique de l'ensemble des tâches à accomplir et des différents acteurs impliqués dans la réalisation d'un processus métier (ou « processus opérationnel » ou encore « procédure d'entreprise »).

Un moteur de workflow est un dispositif logiciel permettant d'exécuter une ou plusieurs définitions de workflow. Par abus de langage, on abrège parfois cette expression en « workflow ».

Standardisation[modifier | modifier le code]

Associations ou organismes liés à la standardisation du workflow :

  • la WfMC (The Workflow Management Coalition), organisme de plus de 300 membres qui a pour objectif de standardiser le workflow,
  • la WARIA (Workflow And Reengineering International Association), association entre OMG (aspect spécifications) et BPMI.

Historique[modifier | modifier le code]

L'industrie de l'imagerie électronique et de la gestion de la production assistée par ordinateur a été la première à réclamer une technologie qui permette l’automatisation des procédures de travail, jusqu’alors réalisées à la main.

À partir de l’année 1975 et jusqu’à 1985, la nouvelle technologie dite de workflow a connu un essor important par la mise en place d'un système capable d’automatiser au mieux les flux de travail. Ainsi des systèmes de workflow statique ont vu le jour : Officetalk-P, Backtalk, Poise, Xerox InConcert, etc.

De nombreuses entreprises ayant développé des produits similaires n’ont pu passer le cap du millénaire, car les outils réalisés étaient grevés par un prix élevé et une complexité importante. L’échec du workflow statique est principalement dû au fait qu’il était très difficile d’intégrer et de modifier les procédures de travail dans les systèmes workflow. Les traitements et les données faisaient partie intégrante du système et rendaient la tâche ardue.

Le regain d’intérêt pour le génie logiciel au début des années 1990 a permis de relancer les recherches concernant les systèmes workflow afin de mettre en place des systèmes plus simples à utiliser. Il s’en est suivi une véritable explosion quant aux systèmes élaborés, dont Oval, Apricot, MelMac, WAMO, FreeFlow, etc. Ces systèmes, connus sous le nom de workflow générique, proposaient une nouvelle approche du workflow. L’idée était de séparer traitement et données relatives aux procédures de travail et d'offrir de la sorte une plus grande facilité quant à la création, la modification ou la suppression des procédures de travail.

De nos jours, ces « nouveaux » systèmes sont tout à fait opérationnels et largement utilisés par les entreprises. Il n’en demeure pas moins que de nouvelles recherches sont menées pour obtenir encore plus de souplesse et d’adaptabilité. C’est dans ce contexte bien particulier de flexibilité qu’est né le workflow adaptatif.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Setrag Khoshafian et Marek Buckiewicz, Groupware et workflow, 1998 (ISBN 9782225829260)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 27 février 2003, consulter le dictionnaire terminologique FranceTerme
  2. « Entrée « workflow » », sur Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française
  3. Fiche produit Oracle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Outils[modifier | modifier le code]