Women's Auxiliary Air Force

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Women's Auxiliary Air Force (WAAF, ou WAAFs pour désigner ses membres) est une Force féminine auxiliaire de l'aviation de la Royal Air Force (RAF) durant la Seconde Guerre mondiale, fondée le 28/06/1939[1]. À sa force maximale, en 1943, elle comptait 180 000 membres, avec plus de 2 000 nouvelles recrues féminines par semaine[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Une Women's Royal Air Force avait existé entre 1918 et 1920. La nouvelle WAAF, Women's Auxiliary Air Force fut créée le 28 juin 1939 par regroupement des 48 compagnies spécifiques auxiliaires de la R.A.F., jusqu'alors inscrites sous l'Auxiliary Territorial Service (ATS), entité de statut territorial, non affiliée aux forces armées, formée dès 1938. La conscription au sein de la WAAF n'a ensuite pas eu lieu avant le 12 juin 1941[3] et ne s'appliquait qu'aux femmes non mariées âgées de 20 à 30 ans. En vertu d'un acte du Parlement de décembre 1941, elles avaient le choix entre les divers services auxiliaires, ce qui pouvait impliquer le travail en usine, et, quelque temps plus tard, l'exemption concernant les épouses eut à être également levée.

Les WAAFs ne servaient pas comme personnel navigant. L'utilisation de pilotes féminines fût limité à l'Air Transport Auxiliary, qui était civil. Elles ne participaient pas non plus aux combats, bien qu'elles fussent exposées aux mêmes dangers que n'importe quels civils travaillant aux bases militaires. Elles furent actives dans le pliage de parachutes et comme équipières de ballons de barrage, en plus de remplir des postes d'intendance, de météorologie, de radar, de transport, de téléphonie et de télégraphe.

Elles décryptèrent des codes et des chiffres, analysèrent des photos de reconnaissance et remplirent des missions de renseignements. Les WAAFs jouèrent un rôle essentiel dans le contrôle sol-air, aussi bien dans les stations radars que dans les salles d'opérations, en tant que traceuses. Ce rôle fut vital lors de la Bataille d'Angleterre, permettant de diriger les avions de combat contre la Luftwaffe, en traçant les routes des intrus. Certaines femmes du WAAF furent recrutées par le service secret Special Operations Executive et envoyées dans les pays occupés et y appuyer la Résistance, en tant que courrier ou opératrice radio de réseaux clandestins. Par exemple, sur les 50 femmes qui furent envoyées en France, il y eut 14 WAAFs, dont 6 y laissèrent la vie  : Yolande Beekman, Muriel Byck, Noor Inayat Khan, Cecily Lefort, Lilian Rolfe, Diana Rowden. Elles sont honorées au Mémorial de Valençay parmi les 104 agents de la section F du SOE morts pour la France.

En revanche, les infirmières appartenaient à la Princess Mary's Royal Air Force Nursing Service (PMRAFNS). Les officiers féminins de la branche médicale et dentaire étaient nommés dans la Royal Air Force et y détenaient des grades.

Les WAAFs étaient payées deux-tiers du salaire de leur équivalent masculin.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'effectif de la WAAF déclina et l'effet de démobilisation provoqua le départ de milliers de femmes. Le reliquat, au nombre de 700 aujourd'hui, fut renommé en Women's Royal Air Force le 1er février 1949

Grades[modifier | modifier le code]

WAAF Pattern 1 WAAF Pattern 2 Grade équivalent RAF
Aircraftwoman 2nd Class Aircraftwoman 2nd Class Aircraftman 2nd Class
Aircraftwoman 1st Class Aircraftwoman 1st Class Aircraftman 1st Class
Leading Aircraftwoman Leading Aircraftman
Assistant Section Leader Corporal Corporal
Section Leader Sergeant Sergeant
Senior Section Leader Flight Sergeant[4] Flight Sergeant
Under Officer[5] Warrant Officer
Company Assistant Assistant Section Officer Pilot Officer
Deputy Company Commander Section Officer Flying Officer
Company Commander Flight Officer Flight Lieutenant
Senior Commandant Squadron Officer Squadron Leader
Chief Commandant Wing Officer Wing Commander
Controller Group Officer Group Captain
Senior Controller Air Commandant Air Commodore
Air Chief Commandant[6] Air Vice-Marshal

Directeurs[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Women's Auxiliary Air Force » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Geneviève Moulard, Les femmes de la Royal Air Force 1918-1945. Engagées vers la victoire., Rennes, Marine Editions,‎ 2012, 365 p. (ISBN 978-2-357430-98-3)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Geneviève Moulard, Les femmes de la Royal Air Force 1918-1945. Engagées vers la victoire., Rennes, Marine Editions, 2012, p. 72.
  2. Geneviève Moulard, Les femmes de la Royal Air Force 1918-1945. Engagées vers la victoire., Rennes, Marine Editions, 2012, p. 332.
  3. Geneviève Moulard, Les femmes de la Royal Air Force 1918-1945. Engagées vers la victoire., Rennes, Marine Editions, 2012, p. 97.
  4. Appelé Senior Sergeant jusqu'en juillet 1941 au moins. Air Ministry, Women's Auxiliary Air Force: Notes for the Information of Candidates, 5th edition, 1941.
  5. D'abord non utilisé, mais introduit en juillet 1941. Air Ministry, Women's Auxiliary Air Force: Notes for the Information of Candidates, 5th edition, 1941. Renommé Warrant Officer en 1948. Ministry of Defence, Pay, Retired Pay, Service Pensions and Gratuities for Members of the Women's Services, 1948.
  6. Créé en 1943. Les seules personnes de ce grade ont été Dame Jane Trefusis Forbes (1er janvier 1943), Princess Alice, Duchess of Gloucester (22 mars 1943 ; elle fut Air Commandant honoraire à partir de 1940) et Dame Mary Welsh (août 1944).

Articles connexes[modifier | modifier le code]