Wolf Lepenies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wolf Lepenies

Naissance 11 janvier 1941 (73 ans)
Allenstein, Allemagne
Profession sociologue allemand

Wolf Lepenies est un sociologue et politologue allemand né à Allenstein (maintenant Olsztyn, Pologne) le 11 janvier 1941.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lepenies a grandi à Coblence où sa famille a émigré après la Seconde Guerre mondiale. Après des études de sociologie et de philosophie à l’Université de Münster dont il sort diplômé avec mention en 1967, il obtient son habilitation à diriger des recherches (Privatdozent) à l’université libre de Berlin en 1970. Il voyage à l’étranger, d’abord à la Maison des sciences de l’homme à Paris puis à l’université de Princeton. En 1984, il rejoint le Wissenschaftskollegs de Berlin avant de devenir professeur de sociologie à l’Université libre de Berlin. Il obtient le Prix Humboldt. Il effectue de nombreux séjours à Princeton pour y mener des recherches. En 1986, il succède à Peter Wapnewski en tant que président du Wissenschaftskollegs avant que Dieter Grimm prenne sa suite en 2001. Sous l'impulsion de Pierre Bourdieu qui a salué la publication de l'ouvrage Les Trois Cultures, il est invité en 1991 par le Collège de France à venir occuper pendant une année la « chaire européenne », créée deux ans plus tôt. Il y donnera un cours intitulé « Les intellectuels et la politique de l'esprit dans l'histoire européenne» dont la leçon inaugurale a été publiée en 1992. En 2003, il est élu membre de l'Académie des arts de Berlin[1]. En 2006 il devient professeur émérite.

Il est par ailleurs depuis 2004 membre du comité de lecture de la maison d’édition Axel Springer AG.

Son ouvrage Les Trois Cultures étudie les conséquences de l'émergence de la sociologie sur l'espace littéraire et la lutte que sociologie et littérature se sont menées pour affirmer leur primauté dans la connaissance du monde social. Il explore en particulier les résistances opposées par la droite nationaliste et catholique à Durkheim et ses condisciples dans la conquête d'une position institutionnelle.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Qu'est-ce qu'un intellectuel européen ? Les intellectuels et la politique de l'esprit dans l'histoire européenne, Seuil, Paris, 2007 (ISBN 978-2-02-062971-3)
  • Sainte-Beuve. Au seuil de la modernité, Gallimard, 2002 (ISBN 2-07-075621-1)
  • Les trois cultures. Entre science et littérature, l'avènement de la sociologie, MSH, 1997 (ISBN 2-7351-0344-7)
  • La fin de l'utopie et le retour de la mélancolie. Regards sur les intellectuels d'un vieux continent, leçon inaugurale au Collège de France, Collège de France, 1992 (ISBN 2-7226-0002-1)

Critique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]