Witternheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour la commune du canton de Haguenau, voir Wittersheim. Pour la commune chef-lieu du canton de Wittenheim, voir Wittenheim.
Witternheim
Maisons à colombages dans le village.
Maisons à colombages dans le village.
Blason de Witternheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Arrondissement de Sélestat-Erstein
Canton Canton de Benfeld
Intercommunalité Communauté de communes de Benfeld et environs
Maire
Mandat
Philippe Braun
2014-2020
Code postal 67230
Code commune 67545
Démographie
Gentilé Witternheimois, Witternheimoises
Population
municipale
518 hab. (2011)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 18′ 53″ N 7° 36′ 46″ E / 48.3147, 7.6128 ()48° 18′ 53″ Nord 7° 36′ 46″ Est / 48.3147, 7.6128 ()  
Altitude Min. 159 m – Max. 163 m
Superficie 4,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Witternheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Witternheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Witternheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Witternheim
Liens
Site web http://www.witternheim.fr

Witternheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village fait partie du canton de Benfeld et de l'arrondissement de Sélestat-Erstein. Il se trouve à une altitude de 160 mètres et est longé à l'ouest par le Quellgraben, un sous-affluent de l'Ill.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Witternheim
Sermersheim,
Kogenheim
Rossfeld
Ebersmunster Witternheim Neunkirch
Hilsenheim Bindernheim Zelsheim

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est occupé depuis l'âge du bronze et est mentionné pour la première fois dans les archives dès le XIIe siècle sous le nom de Wilderceldenheim. Witterheim est d'abord une dépendance de la famille noble des Rathsamhausen d'Ehnwihr puis est vendu à la famille des Mueg de Boofzheim en 1498. La Réforme protestante est introduite par les Rathsamhausen. Les villageois doivent alors se rendre au temple protestant de Diebolsheim pour pratiquer leur culte. Après l'extinction de cette famille, le village revient à plusieurs propriétaires. Le village fait partie jusqu'au XIXe siècle de la paroisse de Neunkirch. Près de ce village se trouvait un tumulus, connu dans la contrée sous le nom de Lieberain et surmonté d'un grand tilleul sous lequel on dansait jusqu'à la fin du XIXe siècle. Au XIXe siècle, le tissage à domicile était très florissant dans le village. Les tisserands travaillaient surtout pour les entreprises de Sainte Marie-aux-Mines dont l'activité demandait beaucoup de main-d'œuvre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Witternheim

Les armes de Witternheim se blasonnent ainsi :
« De gueules à la tour d'or, senestrée d'un avant-mur du même, le tout maçonné de sable. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jacques Helfter[2]    
mars 2001 mars 2008 Jacques Helfter    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 518 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
223 241 288 315 427 420 414 393 430
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
442 450 475 454 410 398 396 399 402
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
432 412 390 352 346 378 360 331 322
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
340 316 274 353 386 382 497 498 510
2011 - - - - - - - -
518 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Sébastien
Calvaire au milieu du village

Église Saint-Sébastien[modifier | modifier le code]

En 1945, l'église fut démolie par des bombardements et reconstruite après la guerre. Il existait à l'endroit même un édifice qui a été élevé au XVe siècle à l'initiative de Jacques Mueg, propriétaire du village. Elle tomba en ruine en 1760. Selon d'autres sources, l'église aurait été construite en 1537, puis reconstruite en 1851. Elle aurait subi des transformations vers 1870. Dans l'église se trouvait un orgue provenant d'Avolsheim qui a été détruit en 1945. L'orgue actuel, du facteur Schwenkedel, date de 1957.

Mairie-école[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]