Witchcraft Acts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En Angleterre, Écosse, pays de Galles et Irlande, une série de lois, les Witchcraft Acts, ont réglementé la sorcellerie et imposé des punitions pour sa pratique ou, plus tard, pour avoir prétendu la pratiquer.

Witchcraft Act de 1541[modifier | modifier le code]

Witchcraft Act de 1562[modifier | modifier le code]

An Act Against Conjurations, Enchantments and Witchcrafts (5 Eliz. I c. 16) fut mis en vigueur au début du règne d'Elizabeth I d'Angleterre.

Scottish Witchcraft Act de 1563[modifier | modifier le code]

Witchcraft Act de 1604[modifier | modifier le code]

En 1604, l'année après l'accession au trône d'Angleterre par Jacques 1er, l’Elizabethan Act fut élargi pour punir de mort sans avantage au clergé toute personne qui invoquait les mauvais esprits ou communiait avec des familiers. Son titre complet est An Act against Conjuration, Witchcraft and dealing with evil and wicked spirits, (2 Ja. I c. 12)[1]. Cette loi fut appliquée avec vigueur par Matthew Hopkins, Witch Finder Generall (« chasseur de sorcières en chef ») auto-proclamé.

Les Witchcraft Acts de 1562 et de 1604 changèrent la loi relative à la sorcellerie en la déclarant une félonie, retirant ainsi les accusés de la juridiction des cours ecclésiastiques et les faisant tomber sous la juridiction des cours de common law. En théorie, les personnes accusées de sorcellerie pouvaient profiter des avantages des procédures criminelles ordinaires. La mort par le bûcher fut remplacée par la mort par pendaison dans le cas de sorcellerie avérée, la seule exception étant la petite trahison, commise par un subordonné envers son supérieur. Toute personne qui était condamnée pour une petite offense de sorcellerie était punie d'une année d'emprisonnement. Si elle était accusée et déclarée coupable une deuxième fois, elle était pendue.

Witchcraft Act de 1735[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Benjamin Beit-Hallahmi, Despair and Deliverance: Private Salvation in Contemporary Israel, State University of New York Press,‎ 1992 (ISBN 978-0-7914-1000-4)
  • (en) Gerald Brosseau Gardner, The Meaning of Witchcraft, Red Wheel/Weiser,‎ 2004 (ISBN 978-1-57863-309-8)
  • (en) Marion Gibson et Marion Gibson (dir.), Witchcraft And Society in England And America, 1550–1750, Continuum International Publishing Group,‎ 2006 (ISBN 978-0-8264-8300-3), « Witchcraft in the Courts », p. 1-9