Wisconsin card sorting test

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Wisconsin Card Sorting Test (WCST) est un test neuropsychologique élaboré par David A. Grant et Esta A. Berg en 1948[1]. Ce test évalue la flexibilité mentale, c'est un indice de raisonnement abstrait, sur la formation de concepts et de stratégies de réponse à l'évolution des contingences contextuelles[2].

Constitution du Wisconsin Card Sorting Test (WCST)[modifier | modifier le code]

On présente au patient quatre cartes qui vont lui servir de stimuli de base.

Vision du WCST en version numérique

Les cartes diffèrent en fonction des formes qui y sont dessinées, de la couleur et du nombre de celles-ci.
On demande au participant d'associer une à une les 128 cartes avec l'une des quatre cartes de bases.
L'examinateur décide si les cartes doivent être classées par couleur, forme ou quantité. En revanche, tout au long du test il ne dit pas au patient comment classer les cartes, il lui indique seulement si l'association avec la carte de base qu'il réalise est bonne ou mauvaise.
Pendant le test les règles d'association vont changer après un nombre consécutif d'associations correctes.
Les règles vont changer sans en informer le patient, l'examinateur va simplement indiquer si l'association avec la carte de base qu'il réalise est bonne ou mauvaise.
L'examinateur ou l’ordinateur pour la version numérique, mesure le temps mis pour comprendre et prendre en compte les nouvelles règles ainsi que le nombre d'erreurs faites avant la compréhension de la nouvelle règle.
Dans la version originale on utilisait des cartes en papiers, mais depuis les années 1990 il existe une version numérique. La version la plus récente est celle de Microsoft Windows-compatible dans sa version 4.0[3].

Le Wisconsin Card Sorting Test (WCST) dure environ 12 à 20 minutes.
Ce test peut être administré aux personnes de 6 ans et demi à 89 ans.


Apports cliniques et neurologiques[modifier | modifier le code]

Ce test est largement utilisé par les neuropsychologues, les psychologues cliniciens, les neurologues et les psychiatres avec des patients qui ont des lésions cérébrales[4], des maladies neurodégénératives[5] ou des pathologies mentales comme la schizophrénie[6].

Le test du Wisconsin permet d'établir un dysfonctionnement des lobes frontaux avec des lésions cérébrales[7]. En effet, une fois que le sujet a trouvé la bonne règle d'association il doit maintenir ce principe jusqu'à ce quelle change. La nouvelle règle trouvée, il doit alors inhiber l'ancienne, désormais non pertinente.

Les patients ayant des lésions frontales ne réussissent généralement pas ce test, en particulier les sujets avec des lésions dorsolatérales du lobe frontal qui tendent à persévérer dans leurs anciennes règles d'association[8].

La plupart des études sur les liens entre imageries cérébrales et le WCST montre une augmentation dans l'activité métabolique et neurale dans les régions corticales frontales et préfrontales[9],[10].

Néanmoins des recherches ont démontré que le Wisconsin card sorting test implique aussi un réseau neural distribué des régions corticales et sous corticales[11],[12].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. (en) Grant D. A. et Berg E., « A behavioral analysis of degree of reinforcement and ease of shifting to new responses in Weigl-type card-sorting problem », Journal of Experimental Psychology, no 38,‎ 1948, p. 404-411
  2. (en) Paul Eling, Kristianne Derckx et Roald Maes, Brain and Cognition : On the historical and conceptual background of the Wisconsin Card Sorting Test, vol. 67,‎ 2008, p. 247-253
  3. Psychological Assessment Resources. Computerised Wisconsin Card Sort Task Version 4 (WCST). Psychological Assessment Resources; 2003.
  4. (en) Brenda Miller, < Archives of Neurology : Effect of Different Brain Lesions on Card Sorting, vol. 9,‎ Juillet 1963 (DOI 10.1001), p. 90-100
  5. (en) P. A. Arnett, S. M. Rao, L. Bernardin, J. Grafman et Z. Lobeck, Relationship between frontal lobe lesions and Wisconsin Card Sorting Test performance in patients with multiple sclerosis in Neurology, vol. 44 n°3 Part 1,‎ Mars 1994 (DOI 10.1212)
  6. Volz HP, Gaser C, Häger F, Rzanny R, Mentzel HJ, Kreitschmann-Andermahr I, Kaiser WA, Sauer H. Brain activation during cognitive stimulation with the Wisconsin Card Sorting Test-a functional MRI study on healthy volunteers and schizophrenics in Psychiatry Research. 1997 Oct 31;75(3):145-57.
  7. (en) Brenda Miller, < Archives of Neurology : Effect of Different Brain Lesions on Card Sorting : The role of the frontal lobes, vol. 9,‎ Juillet 1963 (DOI 10.1001), p. 100-110
  8. (en) Brenda Miller, < Archives of Neurology : Effect of Different Brain Lesions on Card Sorting, vol. 9,‎ Juillet 1963 (DOI 10.1001), p. 90-100
  9. (en) Barcelo F., Escera C., Corral M. J. et Perianez J.A., « Task switching and novelty processing activate a common neural network for cognitive control », Journal of Cognitive Neuroscience, no 18,‎ 2006, p. 1734-1748
  10. (en) Lie C. H., Specht K., Marshall J. C. et Fink G. R., « Using fMRI to decompose the neural processes underlying the Wisconsin Card Sorting Test », Neuroimage, vol. 30, no 3,‎ 15 avril 2006, p. 1038-1049
  11. (en) Berman K. F., Ostrem J. L., Randolf C., al., Goldberg T.E et Coppola R., « hysiological activation of a cortical network during performance of the Wisconsin Card Sorting Test: A positron emission tomography study », Neuropsychologia, vol. 33,‎ 1995, p. 1027-1046
  12. >(en) Monchi O., Petrides M., Petre V., Worsley K. et Dagher A., « Wisconsin Card Sorting revisited: Distinct neural circuits participating in different stages of the task identified by event-related functional magnetic resonance imaging », The Journal of Neuroscience, no 21,‎ 2001, p. 7733-7741