Winnie l'ourson et l'Arbre à miel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Winnie l'ourson et l'Arbre à miel

alt=Description de l'image Logo Disney ManyAdventuresWinnie.png.
Titre original Winnie the Pooh and the Honey Tree
Réalisation Wolfgang Reitherman
Scénario Voir fiche technique
Sociétés de production Walt Disney Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1966
Durée 23 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Winnie l'ourson et l'Arbre à miel ou Winnie l'ourson ! (Winnie the Pooh and the Honey Tree) est un moyen-métrage d'animation des studios Disney sorti en 1966.

Basé sur les personnages d'Alan Alexander Milne créés en 1926, c'est le premier film consacré à Winnie l'ourson. Il sera repris en 1977 avec deux autres courts métrages, Winnie l'ourson dans le vent (1968) et Winnie l'ourson et le Tigre fou (1974), pour constituer le long-métrage Les Aventures de Winnie l'ourson.

Il a été scindé en plusieurs épisodes en 2011 dans le cadre des Mini-aventures de Winnie l'ourson (The Mini Adventures of Winnie the Pooh).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Winnie l'ourson souhaite faire ses exercices matinaux mais il déchire l'arrière de son pantalon. Une fois l'habit recousu, il décide de passer au petit-déjeuner mais tous ses pots de miels sont vides. Il entend une abeille bourdonné et décide de grimper à l'arbre pour récolter du miel frais dans le trou hébergeant la ruche. Une fois grimpé à l'arbre à miel, la branche se casse et l'ourson se retrouve par terre dans un buisson. Il part demander de l'aide à Jean-Christophe qui l'accompagne et lui offre un ballon magique bleu. Winnie se jette dans une marre boueuse pour se déguiser en petit nuage noir et utilise le ballon pour voler jusqu'à la ruche. Il parvient à se hisser près de la ruche, entrer la tête dans le trou de l'arbre et prendre une pleine main de miel mais avec des abeilles dedans. Il avale le miel et recrache les abeilles une à une. L'une d'elles est la reine qui se retrouve expulsée dans la boue. De colère l'insecte pique les fesses de Winnie qui se retrouve coincé à l'entrée du trou. L'ourson admet à Jean-Christophe qu'il a peur et que ce ne sont pas les bonnes abeilles. Les insectes repoussent les deux intrus qui se jettent dans la marre pour leur échapper.

Ayant toujours son envie de miel, Winnie part en demander à Coco Lapin qui l'invite à manger malgré l'appétit de l'ourson. Winnie commence par une lampée de miel mais cela ne comble pas son estomac et petit à petit un vide toute la réserve de Coco Lapin. Winnie remercie son ami mais devenu obèse par l'énorme quantité de miel avalé, il n'arrive pas à passer la porte. Coco Lapin essaye de le pousser mais ne fait que coincer l'ourson un peu plus. Coco Lapin court demander de l'aide à Jean-Christophe. Pendant ce temps Maître Hibou survole le terrier, voit Winnie en mauvaise posture et déclare qu'un expert est nécessaire dans cette situation. L'expert nommé est Grignotin. Il propose d'utiliser de la dynamite mais Winnie refuse.

Coco Lapin revient avec Jean-Christophe et Bourriquet. Ils n'arrivent pas à tirer Winnie depuis l'extérieur. Jean-Christophe propose d'attendre que Winnie maigrisse. Coco Lapin est forcé de faire contre mauvaise fortune bon cœur. Il décide de camoufler l'énorme fessier de Winnie qui bloque sa porte. D'abord il le déguise en tête de cerf puis place dessus une étagère. À cause des fleurs offertes par Petit Gourou à Winnie, ce dernier éternue et fait tomber les objets posés sur ces fesses. Coco Lapin décide alors de se servir de Winnie comme d'un fauteuil bien rembourré, les jambes de l'ourson servant d'accoudoir.

Une nuit Winnie est endormi et Grignotin sort de terre pour faire une pause dans ses travaux. Il sort sa boite à déjeuner qui contient un pot de miel. Réveillé, Coco Lapin se précipite pour interdire à Grignotin de nourrir l'ourson. Quelques jours plus tard, le corps de Winnie a sensiblement maigri. Pensant pouvoir extraire l'ourson de sa porte, Coco Lapin appelle ses amis à l'aide pour tirer Winnie de l'extérieur tandis qu'il pousse de l'intérieur. Énervé par tous ces ennuis et le temps perdu, Coco Lapin frappe l'arrière train de l'ourson qui éjecté bousculé l'ensemble des amis situés dehors. Winnie atterrit la tête la première dans l'arbre à miel et se fait à nouveau piquer par les abeilles. Jean-Christophe et les animaux de la forêt des rêves bleus arrivent pour le sortir de là mais l'ourson déclare qu'ils peuvent prendre leur temps car il a une bonne réserve de miel à disposition.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

1er doublage (1966)[modifier | modifier le code]

Source : Dave Smith[1]

2e doublage (2011)[modifier | modifier le code]

Note : Redoublage effectué dans le cadre des Mini-aventures de Winnie l'ourson.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

1er doublage (1967)[modifier | modifier le code]

Sources : Générique de la version d'origine et livre-disque Le Petit Ménestrel (ALB 358).

2e doublage (1997)[modifier | modifier le code]

En 1997, un redoublage du long-métrage[2] eut lieu pour harmoniser les voix des trois courts, avec entre autres Patrick Préjean, voix officielle de Tigrou depuis Sacrée journée pour Bourriquet (1983).

Chansons du film[modifier | modifier le code]

  • Winnie l'ourson (Winnie the Pooh) - Chœur
  • Mains en l'air (Up, Down and Touch the Ground) - Winnie
  • J'ai le ventre qui gargouille (Rumbly in My Tumbly) - Winnie
  • Le Petit Nuage (Little Black Rain Cloud) - Winnie et Jean-Christophe
  • Sortons-le (Heave Ho) - Chœur

Sorties cinéma[modifier | modifier le code]

Le film était présenté lors de sa première exploitation en première partie du long-métrage Quatre bassets pour un danois.

Sorties vidéo[modifier | modifier le code]

Winnie l'ourson et l'Arbre à miel
  • Années 1980 : VHS avec 1er doublage (1967)
Les Aventures de Winnie l'ourson
  • 1997 : VHS et Laserdisc, format 4/3, 2e doublage
  • Printemps 2002 : DVD et VHS (Québec), 1er doublage
  • 16 octobre 2002 : DVD et VHS, format 4/3, 1er doublage
  • 23 octobre 2003 : 2 Coffrets 3 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 20 octobre 2004 : Coffret 3 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 19 octobre 2005 : Coffret 3 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 5 novembre 2005 : Coffret 2 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 26 octobre 2006 : Coffret 2 DVD, format 4/3, 1er doublage
  • 26 octobre 2006 : Coffret 6 DVD, format 4/3, 1er doublage

Production[modifier | modifier le code]

Genèse du projet[modifier | modifier le code]

Au début des années 1960, Walt Disney a déjà réussi de nombreux projets que ce soit le premier long métrage d'animation ou le parc Disneyland et il lui devient difficile de se surpasser[3]. La production d'un court métrage de Mickey Mouse en quelques semaines ou obtenir la simplicité et l'innocence dans un film comme Dumbo (1941) ne lui apportent plus de satisfaction mais il se lance un nouveau défi, adapter les personnages d'Alan Alexander Milne[4]. Selon Dave Smith, l'idée serait venue à Walt Disney par ses filles aimant lire les histoires de Winnie l'ourson[5]. Disney négocie et obtient les droits d'adaptation pour les 23 histoires de Winnie l'ourson[6]. Dès 1961, Walt Disney envisage un long métrage avec Winnie l'ourson mais après avoir sondé la population américaine il s'aperçoit que le personnage est assez peu connu[5]. Walt Disney préfère tester ce classique de la littérature anglaise inconnu des petits américains sous forme de moyen métrage, alors qu'un long métrage était initialement prévu[5]. Selon Robin Allan, le studio considère les histoires trop juvéniles pour maintenir l'intérêt du public durant un long métrage[7] d'où le choix d'un moyen métrage. Une consigne de Walt Disney est de rester proche des illustrations de Shepard[5].

Deux histoires sont sélectionnées pour un premier moyen métrage, Winnie l'ourson et l'Arbre à miel[6], réalisé par Wolfgang Reitherman et qui sort en 1966[8]. Inquiet de ne pas satisfaire le public américain, le studio ajoute un nouveau personnage Grignotin et donne à Jean-Christophe un accent américain[7]. Winnie l'ourson et l'Arbre à miel reprend les deux premières histoires de Milne avec quelques modifications[1]. La plus notable est l'ajout du personnage de Grignotin (Gopher)[1]. La scène de Winnie coincé dans le terrier de Coco Lapin est selon John Grant à la fois issue du texte de Milne et de souvenirs d'enfance de Walt Disney[9]. Mais selon une interview réalisée par Bill Davidson la scène n'est pas présente dans le livre original et aurait été ajoutée par Walt Disney lors de sa première lecture[10]. Les scénaristes la développèrent du point de vue du lapin, perturbé par la modification du décor de son foyer en raison de la présence d'un fessier d'ourson au milieu du mur[9]. Walt Disney considère cette scène comme la plus drôle du film[9]. Le résultat final ne satisfait pas Disney[11]. Hospitalisé, Walt Disney lit La Toile de Charlotte d'E. B. White mais refuse que le studio produise un nouveau moyen métrage comme Winnie l'ourson et l'Arbre à miel dont le coût de production ne pouvait pas être compensé par une exploitation en moyen métrage[11]. Malgré le mauvais résultat en salle, la qualité pousse le studio a produire d'autres moyens métrages[8]. Le choix d'un accent américain a provoqué un redoublage du film pour supprimer « l'outrage à la population britannique[7]. »

Musique : Frères Sherman[modifier | modifier le code]

Les frères Sherman en 2002

Durant la production de Mary Poppins (1964), Walt Disney approchent les frères Sherman, compositeurs et paroliers, en leur demandant de lire les histoires de Winnie l'ourson et de dire ce qu'ils en pensent[12]. Ils vont voir le dessinateur britannique Tony Walton travaillant avec eux sur Mary Poppins pour qu'il leur donne sa vision du personnage[12]. Ils débutent la composition des chansons en 1965 alors que le projet est toujours de faire un long métrage[13]. Les frères Sherman ont écrit dix chansons pour la série des Winnie[14] dont le thème principal[1],[15] : Winnie the Pooh, Up, Down and Touch the Ground, Rumbly in My Tumbly, Little Black Rain Cloud, Mind Over Matter, A Rather Blustery Day, The Wonderful Things About Tiggers, Heffalumps and Woozles, The Rain Rain Rain Came Down Down Down et Hip Hip Pooh-Ray!.

Les frères Sherman considéraient leurs compositions pour Winnie l'ourson comme des « bourdonnements » qui apparaissent dans le film de manière accidentelle[12],[16]. Ce sont des chansons légères à l'image de plumes prises dans le vent[12]. Cette simplicité des chansons est une volonté de Walt Disney pour laisser l'histoire se dérouler toute seul[5]. Pour Tim Hollis et Greg Ehrbar, Up, Down and Touch the Ground est la plus symphonique des chansons, Rumbly in My Tumbly est proche du tango avec une emphase sur le clavecin, et Little Black Rain Cloud une création délicate usant des tintements de cloches comme toile de fond sonore[17].

En plus des chansons des frères Sherman, Buddy Baker a composé des arrangements et dirigé les sessions d'enregistrements des musiques[18]. Les compositions de Baker ont pour vocation à souligner et donner une signature musicale thème à chaque personnage[5]. John Grant précise que chaque personnage est associé à un instrument[19] : Winnie le cor baryton ; Christopher, la trompette et la guitare; Coco lapin, la clarinette; Maître Hibou, l'ocarina et le cor d'harmonie; Grand Gourou, la flûte ; Petit Gourou, le piccolo ; Bourriquet, la clarinette basse ; Porcinet, le haut-bois; Grignotin l'harmonica basse.

Commercialisation phonographique précoce[modifier | modifier le code]

Suite au succès commercial des produits associés aux films Disney depuis les années 1930, le studio a régulièrement accompagné la sortie de ses productions d'éditions phonographiques[16] et autres produits dérivés. Des jouets Winnie l'ourson ont été proposé dès 1964 sous licence par Sears, Roebuck and Company et un disque de Winnie l'ourson et l'Arbre à miel a été édité au printemps 1965 alors que le premier moyen métrage n'était prévu qu'en février 1966[16]. Ce disque est une version narrée du film avec des dialogues extraits de la bande son, non encore diffusée, et comprenait des narrations supplémentaires par Sebastian Cabot pour expliquer les gags visuels et des interprétations par Toots Camarata des compositions des frères Sherman[16]. Sterling Holloway a réalisé plusieurs solos pour le disque absents du film[17]. Ces interprétations de Camarata rallongent les compositions des frères Sherman et ajoutent des ponts entre les scènes et chansons[16]. La bande son de Buddy Baker n'était à l'époque de cette sortie pas encore finalisée[16]. Un autre disque a été publié avant la sortie du film, intitulé All Songs from Winnie the Pooh, qui comprenait trois fois le thème principal et durait 15 minutes[16]. Un 45 tours avec sur une face le thème de Winnie et l'autre Le Petit Nuage (Little Black Rain Cloud) a aussi été édité[16].

Le film est diffusé en 1970 à la télévision dans une émission spéciale sponsorisée par Sears[20]. Bill Cotter précise que la diffusion a été faite sur NBC le 10 mars 1970 puis à nouveau le 22 mars 1971, le 14 mars 1972, le 4 avril 1973, le 26 mars 1974 et le 25 novembre 1977[21]. Il a aussi été diffusé dans Le Monde merveilleux de Disney le 21 janvier 1990 avec Le Printemps de Pluto, Le Jardin de Donald et Le Perroquet de Mickey[21].

Le moyen métrage a été diffusé en vidéo en 1981[1].

Personnages[modifier | modifier le code]

Dans la version originale, la plupart des personnages ne sont désignés que par leur espèce: « Owl » = hibou, « Rabbit » = lapin, « Piglet » = porcelet, « Gopher » = thomomys, etc. Les noms de Kanga (Grand Gourou)[NB 2] et Roo (Petit Gourou) forment un jeu de mots, leur juxtaposition reconstituant le mot « kangourou ». Christopher Robin (Jean-Christophe en VF) est le prénom du fils d'A. A. Milne. Quant à Winnie (Winnie the Pooh ou Pooh Bear en anglais[NB 3], il vit sous le nom de « Sanders »[NB 4].

Le personnage de Grignotin (Gopher), crédité en français de « taupe », est en fait un thomomys ou gaufre, sorte de petit rongeur terrestre proche du chien de prairie de la famille des Geomyidae que l'on trouve en Amérique du Nord. Il a été créé par Disney pour remplacer Porcinet dans le premier film, Winnie l'ourson et l'Arbre à miel, mais ce dernier sera rétabli dès le deuxième pour devenir la « star » des Aventures de Porcinet en 2003. Pour John Grant, l'ajout de ce personnage est moins réussi que celui de la Poignée de porte dans Alice au pays des merveilles (1951)[22]. Tigrou n’apparaît pas non plus dans ce premier court-métrage tandis que Coco Lapin est appelé dans le générique français « Pierre Lapin ».

Adaptations[modifier | modifier le code]

Le film a fait l'objet d'une adaptation discographique en livre-disque dans la collection Le Petit Ménestrel (ALB 358/LLP 313) au moment de sa sortie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Orthographié par erreur « Carrier » sur le générique original.
  2. Qui sera renommée « Maman Gourou » à partir de Sacrée journée pour Bourriquet (1983).
  3. Formé de l'interjection « pooh » : pouah et « bear » : ours.
  4. Afin de correspondre au nom apparaissant à l'image, l'adaptation française indique : « Lui qui s'appelait Martin, il vivait sous le nom de Sanders ».
Réferences
  1. a, b, c, d et e (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 616
  2. Exploité uniquement dans la VHS et le laserdisc de 1997. Source : Les Grands Classiques Disney
  3. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 22.
  4. (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 23.
  5. a, b, c, d, e et f (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 257.
  6. a et b (en) Tim Hollis and Greg Ehrbar, Mouse Tracks: The Story of Walt Disney Records, p. 109
  7. a, b et c (en) Robin Allan, Walt Disney and Europe, p. 251.
  8. a et b (en) Leonard Maltin, The Disney Films : 3rd Edition, p. 340.
  9. a, b et c (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 126.
  10. (en) Kathy Merlock Jackson, Walt Disney: Conversations, p. 128
  11. a et b (en) Jimmy Johnson, Inside the Whimsy Works, p. 163
  12. a, b, c et d (en) Robert B. Sherman, Walt's Time: from before to beyond, p. 68.
  13. (en) Robert B. Sherman, Walt's Time: from before to beyond, p. 145.
  14. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 350
  15. (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 252-253.
  16. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Tim Hollis and Greg Ehrbar, Mouse Tracks: The Story of Walt Disney Records, p. 87
  17. a et b (en) Tim Hollis and Greg Ehrbar, Mouse Tracks: The Story of Walt Disney Records, p. 89
  18. (en) Robert B. Sherman, Walt's Time: from before to beyond, p. 69.
  19. (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 125.
  20. (en) Mark Arnold, Frozen in Ice : The Story of Walt Disney Productions, 1966-1985, p. 61.
  21. a et b (en) Bill Cotter, The Wonderful World of Disney Television - A Complete History, p. 52
  22. (en) John Grant, The Encyclopedia of Walt Disney's Animated Characters, p. 237.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]