Windtalkers : Les Messagers du vent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Windtalkers)
Aller à : navigation, rechercher

Windtalkers : Les Messagers du vent

Titre original Windtalkers
Réalisation John Woo
Scénario John Rice
Joe Batteer
Acteurs principaux
Pays d’origine États-Unis
Sortie 2002
Durée 134 min

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Windtalkers : Les Messagers du vent, en France, et La voix des vents au Canada, est un film de guerre américain de John Woo.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Article général Pour un article plus général, voir Code talker.

Le film retrace l'épopée des Indiens Navajos recrutés par l'armée américaine durant la Seconde Guerre mondiale et affectés aux postes d'opérateurs radio. L'utilisation de leur langue rare sécurisait les communications, les Japonais étant dans l'incapacité de traduire les messages qu'ils interceptaient. Pour leur protection, ou plutôt celle du code, ils sont chacun affublés d'un ange gardien (Nicolas Cage et Christian Slater). Ces anges gardiens doivent absolument protéger la vie de ces Navajos. Mais s'il existe un quelconque risque que leur Navajo tombe entre les mains des Japonais, alors l'ange gardien doit se transformer en ange exterminateur : il faut protéger le code à tout prix.

Ce film retrace la bataille de l'île japonaise de Saipan en juillet 1944, tout en ébauchant une étude sociologique sur la place de l'Indien par rapport au Blanc : alors qu'il se baigne dans un ruisseau, révêlant ses caractères physiques quasi-asiatiques, Ben, le jeune Navajo, est passé à tabac par Chick, le « hillbilly » de l'escouade (son grand-père, dit-il, lui racontait les parties de chasse au Comanche, alors que le gouvernement offrait 3 $ par oreille d'Indien...) — et par la suite Enders revêt le « windtalker » d'un uniforme japonais pour l'infiltrer dans les lignes ennemies.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Plusieurs scènes du film n'ont pu être tournées. Le Pentagone, qui a apporté une collaboration très active, s'y est en effet opposé. Par exemple, le scénariste désirait insérer une scène où un Marine arrachait les dents en or dans la bouche d'un soldat japonais mort. Il avait voulu faire cela après avoir vu une scène similaire dans un film d'archives[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]