Willis O'Brien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir O'Brien.

Willis H. O'Brien (1886 - 1962) est un cinéaste américain, pionnier des effets spéciaux cinématographiques, célèbre notamment pour ceux de King Kong.

Aux États-Unis, il a la réputation d'être l'inventeur de l'animation image par image dans les années 1910, bien que l'animation image par image se faisait déjà depuis quelques dizaines d'années en France par Émile Courtet dans les années 1900 et Émile Reynaud avant lui dans les années 1890). C'est d'ailleurs Émile Courtet qui a importé ses techniques d'animation aux États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 2 mars 1886 à Oakland (Californie), il enchaîne d'abord les petits boulots. Parfois il sert de guide pour des paléontologues, d'autre fois il conçoit des figurines en argile.

Il se retrouve ensuite dessinateur de bandes sportives pour le San Francisco Daily News puis sculpteur de marbre professionnel, avant de s'intéresser au cinéma en imaginant des boxeurs en pâte à modeler qu'il fait bouger image par image. Après avoir tourné un petit film d'une minute mettant un homme des cavernes aux prises avec un dinosaure, il parvient à convaincre Herman Woober, un producteur de San Francisco. Son premier film sera The Dinosaur and the Missing Link (Le dinosaure et le chaînon manquant, 1917) dans lequel un brontosaure attaque un homme préhistorique, et où il utilise pour la première fois au cinéma la technique de l'animation en volume. Il est ensuite engagé par la Compagnie Edison pour produire d'autres courts métrages sur le thème de la Préhistoire.

Il entame sa carrière à Hollywood avec Le Monde perdu en 1925, un film inspiré de l'œuvre d'Arthur Conan Doyle et mettant là encore en scène des dinosaures. C'est un énorme succès, autant public que critique. Les années qui suivent s'avèrent néanmoins difficiles en raison de la récession économique qui touche les États-Unis, et plusieurs de ses projets resteront lettre morte, faute de trouver un financement.

Bien que son film de 1931, Creation, ne soit jamais terminé, il s'avérera une source d'inspiration décisive pour ce qui restera son œuvre la plus célèbre, l'animation du gorille de King Kong (1933).

En 1949, il remporte le premier Oscar des meilleurs effets visuels pour Monsieur Joe. Il avait travaillé sur ce film avec son protégé (et successeur) Ray Harryhausen.

O'Brien épouse Hazel Ruth Collette en 1925 et divorce en 1930. Ils ont deux fils, William et Willis Jr, mais en 1933 durant le tournage du Fils de King Kong, Hazel, en pleine crise de démence, tue les deux enfants avant de retourner l'arme contre elle. Elle survit mais meurt peu après de cancer et de tuberculose.

O'Brien meurt le 8 novembre 1962 à Los Angeles, laissant veuve sa seconde femme, Darlyne Prenett (1909-1984). En 1997, il se voit attribuer une décoration posthume pour l'ensemble de sa carrière, décernée par la International Animated Film Society (Société Internationale du Film d'Animation).

Filmographie[modifier | modifier le code]

R.F.D. 10,000 B.C. (1916)

Courts métrages muets[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Il était surnommé O'Bie par ses amis et ses proches.
  • Pour préparer son travail sur King Kong, il étudia les mouvements de gorilles dans des zoos, et s'intéressa également à d'autres animaux de grande taille afin de trouver l'inspiration pour les dinosaures. Il assista par ailleurs à des matchs de catch pour mieux imaginer les combats entre ces créatures préhistoriques gigantesques.
  • Ce n'est que le jour où il reçut la toute première copie de King Kong qu'il remarqua que la fourrure du gorille bougeait, sa main déplaçant les poils à chaque manipulation de la miniature. Comme il devait montrer ce jour-là son travail au producteur, il craignit que celui-ci remarque son erreur et se débarrasse de lui. Mais le producteur fut au contraire très impressionné par le souci du détail de l'animateur qui avait songé (pensait-il) à faire bouger la fourrure du gorille dans le vent !
  • Parmi ses films inachevés, on peut signaler The War Eagles (Les aigles de guerre), où des Vikings volent sur des aigles géants pour combattre des monstres préhistoriques.

Liens externes[modifier | modifier le code]