Willie Lamothe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Joachim Guillaume Lamothe ( - ), aussi surnommé Willie Lamothe, naît à Saint-Hugues de Bagot et meurt à St-Hyacinthe d’un pénible cancer, à l'âge de 72 ans. Auteur, compositeur, interprète et comédien, il fait ses débuts en tant qu’instructeur de danse vers la fin des années 1930, début des années 1940. Willie Lamothe est un des chanteurs québécois ayant vendu le plus de disques et ayant eu la chance de se faire connaître parmi les francophones, du Québec jusqu’aux États-Unis. Il est à la source de la création de plus de 500 chansons et 300 succès américains (tous réadaptés à sa façon). Cet artiste fut celui qui permit aux Québécois de découvrir un style musical qui était encore, à ce moment-là, tout récent et peu connu : le western.

Biographie[modifier | modifier le code]

Willie Lamothe acquiert un avant-goût de la musique dès un très jeune âge grâce à son père qui à cette époque était violoniste. À l’âge de 18 ans, il acheta sa première guitare pour la somme de 7 $ d'un ami. Au tout début des années 1940, Willie Lamothe compte parmi les membres des services militaires, participant ainsi à la Seconde Guerre mondiale. C’est aussi pendant la Seconde Guerre mondiale qu'il se décide alors à écrire de la musique et qu’il a la chance de se présenter en spectacle dans plusieurs camps de soldats au Québec, il se faisait appeler « Sergent chantant ».

Une fois son service militaire terminé, Willie se déniche un emploi dans une usine tout en ne cédant pas son amour pour la musique. Dans les années 1940, la chance lui sourit enfin : la maison de disques Bluebird, RCA Victor invite Lamothe à enregistrer son tout premier disque, qui s’intitulera « Je suis un cowboy canadien »; « Je chante à cheval » ne tardera pas à suivre. Les chansons « Je suis un cowboy canadien », « Je chante à cheval » et « Giddy Up Sam » seront ses succès les plus populaires et lui permettent de faire son entrée dans le monde de la musique[1]

En 1947, il fait sa première tournée. Il se joint à la troupe de Jean Grimaldi et partage alors la scène avec plusieurs grands acteurs du burlesque (Manda Parent, Olivier Guimond, etc) ainsi que plusieurs chanteurs vedettes. Grâce à ces tournées, il se fait connaître à travers le Québec, ainsi que dans les régions francophones des Maritimes et de la Nouvelle-Angleterre[2].

Dans cette période de sa vie, il enregistrera de quatre à six 78 tours par année. Il aura aussi la chance de se produire aux côtés des Muriel Millard, Jacques Normand, Aglaé, Charles Trenet dans plusieurs cabarets montréalais. De plus, il fera la première partie de Gene Autry au Forum de Montréal en 1952 et 1954. Et c’est avec beaucoup d’excitation qu’il ira même chanter à Nashville, la célèbre ville du country.

Willie Lamothe a été le premier à écrire des textes français sur des chansons populaires de l’Ouest américain. Dans les années 1970, il est acclamé comme étant le « roi du western » au Québec.

De plus, Willie Lamothe animera aussi l’émission « Le Ranch à Willie » à la radio et à la télévision en plus de jouer au cinéma dans les films «Les colombes », « Bingo », « Y’a toujours moyen de moyenner », « La vraie nature de Bernadette », « La mort d’un Bûcheron » ainsi que le film « Le lit ».

Malheureusement, Willie Lamothe devra considérablement ralentir en 1970 suite à des problèmes cardiaques. En 1976 il se rendra quand même en Louisiane à la demande du Ministère québécois des affaires culturelles et du Conseil pour le développement du français en Louisiane. Il fera ce voyage en compagnie de son grand complice Bobby Hachey et du duo Jerry et Jo’Anne. Il continuera à se produire en spectacle jusqu’au milieu des années 1980 où il devra une fois de plus s’arrêter pour des raisons de santé[2].

Sa musique[modifier | modifier le code]

Sa musique faisait souvent référence à l’univers des prairies de l’Ouest ainsi que de sa province natale, le Québec avec des titres tels que : « Au Lac-Saint-Jean », « L’église de mon village », « Mon passage en Gaspésie », « À cheval dans Montréal ». Ces chansons montrent au public son attachement à son pays. Son style de musique semble être un mélange entre du country québécois et du nouveau rock’n roll. On retrouve les influences du rock’n roll dans plusieurs de ses chansons et il n’hésite pas non plus à utiliser le terme rock’n roll dans le titre de ses chansons : « Rock’n roll à cheval », « Rock, cowboy, rock », « Ce qui compte c’est le rock’n roll » et « Y’a pas de cowboys à la TV ». Certains diront que Willie utilise le rock’n roll pour défendre la musique qu’il adore, le country et le western, contre l'influence envahissante de la nouvelle musique populaire[2].

Willie Lamothe le comédien[modifier | modifier le code]

C’est grâce à Gilles Carle que Willie Lamothe s’introduit dans le monde du cinéma. Dans tous les films auquel Willie participe, il y trouve un succès fou. Ce n’est qu’avec son film Mustang de Marcel Lefebvre que Willie a pour la première fois la chance de mettre en valeur ses remarquables talents de musicien. Le film Mustang fut un film vraiment dans la ligne de Willie, car le sujet principal faisait référence à la culture country, il a donc pu vraiment s’identifier au personnage qu’il incarnait. Il participera aussi au film « L’âge de la machine », mais il ne pourra pas en faire la promotion en raison d'un problème cardiaque.

Hommage[modifier | modifier le code]

Plusieurs artistes ont rendu hommage avec fierté à Willie Lamothe dans leurs chansons. Par exemple : son fils Michel dans la chanson «Willie m’a dit», Denis Champoux avec la chanson «J’écoutais Willie», ou encore Patrick Norman avec « Mon vieux copain». D’ailleurs en 2000, son fils Michel Lamothe enregistrera une compilation de chansons de Willie et intitulera cet album «Willie Lamothe et fils».

Série télé[modifier | modifier le code]

En 2000, une télé-série s'intitulant « Willie » relatant la vie et carrière de Willie Lamothe fut réalisée et diffusée sur les ondes de TVA. Luc Guérin tenait le rôle principal de Willie Lamothe et Nathalie Mallette personnifiait Jeannette, sa femme.

Discographie[modifier | modifier le code]

Willie Lamothe composera bien au-delà de 500 nouvelles chansons et cela en plus d’avoir adapté plus de 300 succès américains. Il a enregistré plus de cent 78 tours et soixante-dix 45 tours, sans oublier une vingtaine de microsillons.

  • Willie Lamothe et ses cavaliers des plaines (1955)
  • Willie Lamothe et Rita Germain (1959)
  • Willie Lamothe et ses cavaliers des plaines avec Rita Germain (1960)
  • 15e anniversaire (1961)
  • Chansons d’hier et d’aujourd’hui (1962)
  • Willie Lamothe (1963)
  • Willie Lamothe (1963)
  • Willie Lamothe (1964)
  • Je crois en mon étoile (1967)
  • Willie Lamothe (1969)
  • À l’harmonica (1972)
  • Le soleil lève avec papa Willie (1972)
  • Un peu de tout (1973)
  • 30 ans puis Nashville (1976)
  • Je reviens (1983)

[3]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Willie l'acteur[modifier | modifier le code]

  • 1970 - 1976 : Le Ranch à Willie : Animateur et chanteur

Au cinéma

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 1979, il est nommé membre de l’Ordre du Canada.

En 1981, il reçoit le Félix Hommage lors du Gala de l'ADISQ.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bilan du Siècle - Willie Lamothe (1920-1992) Auteur, compositeur, interprète, comédien
  2. a, b et c Robert Thérien, 2008, http://www.qim.com/artistes/biographie.asp?artistid=63
  3. Willie Lamothe

Autres liens externes[modifier | modifier le code]

  • Encyclopédie Canadienne
  • Info Stars
  • (en) Willie Lamothe sur l’Internet Movie Database
  • Le Serge, Diane. Willie Lamothe, trente ans de show-business. Montréal, Publioption, 1975. 164 p., amplement ill. de photos. ISBN 0-88561-000-8
  • Willie Lamothe, [biographie et hommage], sa lutte contre la mort ... ses 35 ans de carrière. Éd. spéciale personnalité. Montréal: Éditions de l'Orée, [env. 1980]. 49 p., amplement ill. de photos. Sans ISBN.