William Webb Ellis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William Webb Ellis
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Webb.

William Webb Ellis, né le 24 novembre 1806 à Salford et mort le 24 février 1872 à Menton où il est enterré, serait l'inventeur britannique du rugby moderne. Il s'agit en réalité d'une légende bien ancrée participant à l'histoire de ce sport.

Biographie[modifier | modifier le code]

Statue de William Webb Ellis, courant avec le ballon dans la main, devant Rugby School. En avant-plan, une haie taillée en coupe commémore, dans la ville où serait né ce sport, la victoire de l'Angleterre à la Coupe du monde de rugby à XV 2003.

William est le fils de James Ellis, un officier des dragons de la garde, et d'Ann Webb, dont le mariage est célébré en 1804 à Exeter. Après le décès de son père en 1811 lors de la bataille d'Albuera, Ann Webb s'installe avec son fils à Rugby. Ce dernier fréquente la Rugby School entre 1816 et 1825, une public school locale et l'un des plus célèbres collèges privés d'Angleterre.

Aux dires d'un de ses camarades[1], lors d'un match de folk football, variante locale de la soule, Ellis prend le ballon à la main en novembre 1823, au mépris des règles les plus élémentaires du jeu. Il s'agit, pour beaucoup, de l'acte fondateur du rugby moderne. Ellis poursuit ses études à l'université d'Oxford et joue au cricket. Il est par la suite ordonné prêtre et devient, en 1855, recteur à Laver Magdalen, dans l'Essex. Il vit anonymement la fin de sa vie à Menton où sa tombe, toujours visible, est redécouverte par Ross McWhirter en 1958 ou 1959 selon les sources.

Légende et postérité[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur la tombe de Webb Ellis.

La « légende » d'Ellis est mise en doute dès son apparition entre 1876 et 1895, et aujourd'hui, aucun historien sérieux du sport britannique n'en tient compte. Cette « légende » est largement reconnue comme ayant été forgée par d'anciens élèves du collège de Rugby[2]. Le témoignage anonyme repris par Bloxam est ainsi battu en brèche par d'autres élèves du collège, indiquant que l'usage des mains était toujours totalement interdit plus d'une décennie après le prétendu geste d'Ellis. Néanmoins, une pierre gravée et un monument commémorent ce geste sur le campus de l'école et Ellis est devenu le saint patron des rugbymen[réf. nécessaire]. La tombe d'Ellis, dans le cimetière de Menton, signale ainsi que « William Webb Ellis, avec un parfait mépris pour les règles du football tel que joué à son époque, a le premier pris le ballon dans les bras et couru avec, créant ainsi le caractère distinctif du rugby »[3]

Depuis, la légende s'est durablement installée dans la culture du rugby au point que de nombreux hommages et références à Ellis existent. Son empreinte la plus évidente réside dans le trophée remis au vainqueur de la Coupe du monde de rugby qui est officiellement appelé William Webb Ellis Trophy. Ellis est également introduit au Temple de la renommée IRB en 2006[4]. Par ailleurs, le doyen des clubs belges, le RSCA-Rugby, s'est baptisé, à sa création en septembre 1931, William Ellis rugby club.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En réalité, il s'agit d'un témoignage anonyme repris par Matthew Bloxam en 1880.
  2. (en) Peter Shortell, « Did he or didn't he? », sur www.pshortell.demon.co.uk,‎ 1er décembre 2006 (consulté le 16 mars 2009)
  3. Texte en anglais : William Webb Ellis, who with a fine disregard for the rules of football as played in his time, first took the ball in his arms and ran with it, thus originating the distinctive feature of the rugby game.
  4. (en) « 2006 Inductee: William Webb Ellis », sur www.irb.com, IRB,‎ 221 octobre 2007 (consulté le 5 novembre 2010)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]