William Sherard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sherard.

William Sherard est un botaniste britannique, né le 27 février 1659 à Bushby et mort le 11 août 1728.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de George et de Mary Sherard. Il est le frère de James Sherard, botaniste également. Il fait ses études à la Taylor’s School puis, de 1677 à 1683, au St. John’s College d’Oxford. Il obtient son Bachelor of Civil Law en 1683 et son Doctorate of Civil Law en 1694.

Il étudie la botanique à Paris auprès de Joseph Pitton de Tournefort (1686–1688) et à Leyde auprès de Paul Hermann (1688–1689). Il herborise à Genève, Rome et Naples. En 1690 il est précepteur dans la famille de Sir Arthur Rawdon (« le père de l'horticulture irlandaise ») à Moira dans le comté de Down.

De 1703 à 1716, il est consul britannique à Smyrne. Il fait alors de nombreuses excursions pour récolter des plantes et des objets archéologiques. Devenu riche, il aide à son retour d'autres botanistes : Johann Jacob Dillenius, Pietro Antonio Micheli, Paolo Boccone et Mark Catesby. Il devient membre de la Royal Society en 1720.

Il lègue à l'université d'Oxford la somme de 3 000 livres pour la création d'une chaire de botanique consacrée au système linnéen (1734) ; cette chaire porte depuis le nom de Chaire sherardienne. L'université a aussi la responsabilité de la conservation de sa bibliothèque et de son herbier. C'est Johann Jacob Dillenius puis, à sa mort, Humphrey Sibthorp, qui en deviendront titulaires.

Il est l’auteur de Schola Botanica (1689) et de nombreux articles scientifiques. Sherard a collaboré à l'édition qu’Herman Boerhaave a faite du Botanicon parisiense de Sébastien Vaillant[1]. Il collabore également avec John Ray pour le dernier volume de son Historia Plantarum.

Sébastien Vaillant[2], Johann Jacob Dillenius puis Carl von Linné ont introduit le nom de Sherardia (famille des Rubiacées) dans la taxonomie.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Si l'on trouve quelque chose de beau dans cet ouvrage, c'est à Monsr. Sherard qu'il est dû. » (Herman Boerhaave, « Préface », dans Botanicon parisiense sur Google Livres)
  2. (fr) (la) Sébastien Vaillant, L'Établissement de trois nouveaux genres de plantes … Sherardia … sur Google Livres, P. Vander, 1718


Sherard est l’abréviation botanique officielle de William Sherard.
Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI