William Hornaday

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William Hornaday nourrissant un de ses pensionnaires au New York Zoological Park en 1920.

William Temple Hornaday (* le 1er décembre 1854, † le 6 mars 1937)

Zoologiste et protecteur de la nature américain.

Taxidermiste, il a révolutionné la présentation des musées d’histoire naturelle en reconstituant la faune dans son milieu naturel.

Protecteur de la nature, il est crédité pour avoir sauvé le Bison d'Amérique et l’Otarie à fourrure d'Alaska de l'extinction.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

William Hornaday est né à Plainfield en Indiana, et fit ses études au Oskaloosa College, à l'Iowa State Agricultural College (maintenant l’Iowa State University) et en Europe.

William Hornaday est mort à Stamford au Connecticut et est enterré à Greenwich au Connecticut.

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a passé un an et demi, en 1877-1878 en Inde et à Ceylan, pour collecter des spécimens. En mai 1878, il atteint l’Asie du Sud-Est et a voyagé dans la péninsule Malaise et au Sarawak à Bornéo.

Il a servi comme chef taxidermiste du Musée national de la Smithsonian Institution aux États-Unis en 1882-1890. Il a aidé à la fondation en 1889 du National Zoological Park de la Smithsonian Institution à Washington DC.

Il a été nommé directeur du New York Zoological Park en 1896, avant que le zoo ouvre au public en 1899, et est devenu président de la Permanent Wild Life Protective Association. Il a cofondé (avec Theodore Roosevelt) l'American Bison Society en 1905 et a servi comme président de 1907 à 1910.

Il a été en mesure d'exercer une certaine influence qui a conduit à l'adoption de lois qui ont étendu la protection des oiseaux sauvages, du gibier, des bisons, des phoques et de la vie sauvage en général.

William Hornaday a écrit de nombreux articles de magazines et de livres.

En 1913, il a publié l'ouvrage Our Vanishing Wild Life, un plaidoyer pour la conservation de la faune américaine, qui dénonce les ravages des activités humaines, notamment la chasse, sur la faune, appelant à légiférer pour sa protection.

Liens externes[modifier | modifier le code]