William Fryer Harvey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Fryer Harvey est un écrivain anglais né en 1885 dans le Yorkshire et mort le 4 juin 1937.

Biographie[modifier | modifier le code]

D'une famille quaker, il fit toutes ses études dans des écoles qui dépendaient de cette obédience, à York, Reading puis au Balliol College d'Oxford.

Il commença des études de médecine à Leeds, mais sa mauvaise santé l'empêcha de les poursuivre. Il partit alors en voyage autour du monde, où il séjourna en Australie et en Nouvelle-Zélande. À son retour, il s'intéressa aux mouvements d'éducation des adultes, et travailla au Working Men's College de Fircroft.

Au début de la Première Guerre mondiale, il partit dans les Flandres, avec une unité d'ambulances quaker, puis, il devint lieutenant-chirurgien de la Marine. En 1918, il recevait une médaille pour bravoure déployée dans le sauvetage en mer : il avait risqué sa vie pour opérer un sous-officier mécanicien prisonnier de la salle des machines d'un contre-torpilleur accidenté. À cette occasion, il fut atteint aux poumons ayant inhalé des vapeurs toxiques. Il en conserva d'importantes séquelles.

En 1920, il est nommé directeur de l'établissement de Fircroft mais il en démissionne cinq ans plus tard à cause de sa mauvaise santé. Il vécut ensuite en Suisse, avec sa famille, puis, revint à Weybridge avant de finir ses jours à Letchworth.

Œuvres[modifier | modifier le code]

William Fryer Harvey était un écrivain amateur[1], qui a toutefois publié plusieurs nouvelles fantastiques, dont la plus connue est La Bête aux cinq doigts, en 1928, portée au cinéma en 1946 par Robert Florey.

Il a aussi publié :

  • Deux autres volumes de nouvelles qui traitent aussi de fantômes et phénomènes mystérieux, en particulier Midnight House, 1910 et Moods and tenses, 1933.
  • Deux volumes de récits policiers : The misadventures of Athelstan Digby en 1920, et The mysterious mister Bagman en 1934.
  • Un livre pour enfants : Caprimulgus en 1936.
  • Un récit autobiographique sur la vie des quakers : We were seven en 1938.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. page 11 de la préface écrite par Maurice Richardson pour l'édition de 2000 du recueil édité en 2000 par Terre de Brume