William Elliot Griffis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Elliot Griffis

Description de cette image, également commentée ci-après

William Elliot Griffis au milieu de ses élèves japonais.

Naissance 17 septembre 1843
Drapeau des États-Unis Philadelphie, Pennsylvanie, États-Unis
Décès 5 février 1928 (à 84 ans)
Drapeau des États-Unis Floride, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Orientaliste, écrivain, enseignant, missionnaire, conseiller étranger au Japon
Formation
Distinctions
Conjoint
Katherine L. Stanton (1859–98)
Sarah Frances King (1868–1959)
Descendants
Lillian Eyre Griffis (fille)
Stanton Griffis (fils)
John Elliot Griffis (fils)
Famille
Margaret Clark Griffis (sœur)

William Elliot Griffis, né le 17 septembre 1843 à Philadelphie en Pennsylvanie et décédé le 5 février 1928 en Floride, est un orientaliste, écrivain, enseignant et missionnaire américain qui fut conseiller étranger au Japon pendant l'ère Meiji.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Natif de Philadelphie en Pennsylvanie, Griffis est le fils d'un capitaine de la Marine reconverti dans le commerce de charbon. Durant la guerre de Sécession, il servit trois mois dans le 44ème régiment de volontaires de Pennsylvanie à la suite de l'invasion de l'État par Robert Lee en 1863. Après la guerre, il étudia à l'université Rutgers dans la ville de New Brunswick dans le New Jersey et en sortit diplômé en 1869. Il y fut le tuteur d'anglais et de latin de Tarō Kusakabe, un jeune samouraï de la province d'Echizen (actuelle préfecture de Fukui).

Après un an de voyage en Europe, il étudia au séminaire de l'église réformée néerlandaise à New Brunswick.

Au Japon[modifier | modifier le code]

En septembre 1870, Griffis fut invité au Japon par Matsudaira Yoshinaga pour réorganiser les écoles selon les règles modernes. En 1871, il devint surintendant de l'éducation de la province d'Echizen. En contrepartie, il reçut un salaire de 2 400 $, une maison à Fukui et un cheval.

De 1872 à 1874, Griffis enseigna la chimie et la physique à la Kaisei Gakkō (l'ancêtre de l'université impériale de Tokyo). Il réalisa New Japan Series of Reading and Spelling Books en cinq volumes (1872). Il publia aussi des ouvrages pour les Japonais étudiant la langue anglaise, et de nombreux articles pour la presse japonaise et pour les journaux et magazines américains sur le Japon.

Griffis fut rejoint au Japon par sa sœur, Margaret Clark Griffis, qui devint professeur à l'école pour femmes de Tokyo (actuelle Gakushūin). Au moment de son départ du pays en 1874, Griffis était ami avec bon nombre de futurs dirigeants du Japon.

Griffis était un membre de la société asiatique du Japon, de la société asiatique de Corée, de la société historique de l'université impériale de Tokyo et de la Meirokusha.

Retour aux États-Unis[modifier | modifier le code]

De retour aux États-Unis, Griffis étudia à l'Union Theological Seminary et, après avoir fini ses études en 1877, il fut appelé à travailler dans la direction d'une série d'Églises. En même temps, il devint docteur en théologie en 1884 après des études à l'Union College. L'université Rutgers lui remit un diplôme honorifique de docteur en lettres humaines en 1899.

Écriture et conférences[modifier | modifier le code]

En 1903, il démissionna de son travail aux Églises pour se consacrer à l'écriture et aux conférences. Ses ouvrages sur le Japon et la culture japonaise furent complétés par une série de conférences dans les universités. Griffis aida également Nitobe Inazō dans la rédaction de ce qui deviendra son plus célèbre livre Bushidō, l'âme du Japon.

En 1907, le gouvernement japonais lui décerna l'ordre du Soleil levant.

L'écrivain prolifique qu'était Griffis fut également un voyageur enthousiaste, effectuant onze voyage en Europe - principalement aux Pays-Bas. En 1908, il fut présent au couronnement de la reine Wilhelmine et il étudia au congrès d'histoire diplomatique. Il fit partie du groupe de Bostoniens qui voulait célébrer les origines néerlandaises des Pèlerins et leurs efforts furent récompensés avec la création d'un mémorial à Delfshaven et le placement de cinq autres tablettes historiques en bronze en 1909. Il fut l'un des quatre Américains élus à la société néerlandaise de Lettres de Leyde.

En 1926, Griffis fut invité à retourner au Japon où le gouvernement lui remit une seconde décoration. Un wagon privé lui fut fourni par le gouvernement et il visita quelques villes.

Griffis fut un membre fondateur de l'institut national des arts et des lettres (actuelle American Academy of Arts and Letters), de l'American Historical Association et de l'United States Naval Institute. Il meurt dans sa maison d'hiver en Floride en 1928.

Famille[modifier | modifier le code]

L'un des deux fils de Griffis, Stanton Griffis, devint l'ambassadeur américain en Pologne, Égypte, Espagne et Argentine sous le président Harry Truman. Il fut ambassadeur en Argentine quand Juan et Eva Perón étaient au pouvoir et il tira un livre de son expérience intitulé Lying In State. Son autre fils, John devint un compositeur reconnu.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 1876 -- The Mikado's Empire
  • 1880 -- Japanese Fairy World
  • 1881 -- Asiatic History; China, Corea, and Japan
  • 1882 -- Corea, the Hermit Nation
  • 1885 -- Corea, Without and Within
  • 1887 -- Matthew Calbraith Perry : A Typical American Naval Officer
  • 1889 -- The Lily among Thorns
  • 1890 -- Honda the Samurai: A Story of Modern Japan
  • 1891 -- Sir William Johnson and the Six Nations
  • 1892 -- Japan in History, Folk-Lore, and Art
  • 1894 -- Brave Little Holland and What she Taught us
  • 1895 -- The Religions of Japan
  • 1895 -- Townsend Harris, First American Envoy in Japan
  • 1897 -- Romance of Discovery
  • 1898 -- Charles Carlton Coffin: War Correspondent, Traveller, Author and Statesman
  • 1898 -- Romance of American Colonization
  • 1898 -- The Pilgrims in their Three Homes
  • 1898 -- The Student's Motley
  • 1899 -- The Romance of Conquest
  • 1899 -- The American in Holland
  • 1899 -- America in the East
  • 1900 -- Verbeck of Japan
  • 1900 -- The Pathfinders of the Revolution
  • 1901 -- In the Mikado's Service
  • 1902 -- A Maker of the New Orient
  • 1903 -- Young People's History of Holland
  • 1903 -- Sunny Memories of Three Pastorales
  • 1904 -- Dux Christus: An Outline Study of Japan
  • 1907 -- Japanese Nation in Evolution: Steps in the Progress of a Great People
  • 1908 -- The Fire-fly's Lovers and Other Fairy Tales of Old Japan
  • 1909 -- The Story of New Netherland
  • 1910 -- China's Study in Myth, Legend, Art, and Annuals
  • 1911 -- The Unmannerly Tiger and Other Korean Tales
  • 1912 -- A Modern Pioneer in Korea: The Life Story Of Henry G. Appenzeller
  • 1913 -- Hepburn of Japan
  • 1914 -- The House We Live In Architect and Tenant
  • 1915 -- The Mikado Institution and Person
  • 1915 -- Millard Fillmore : Constructive Statesman, Defender of the Constitution
  • 1916 -- Bonnie Scotland and What We Owe Her
  • 1918 -- Dutch Fairy Tales
  • 1919 -- Belgian Fairy Tales
  • 1920 -- Young People's History of the Pilgrims
  • 1920 -- Swiss Fairy Tales
  • 1921 -- Welsh Fairy Tales
  • 1921 -- The Dutch of the Netherlands in the Making of America [réimprimé par Kessinger Publishing, Whitefish, Montana, 2007. 10-ISBN 0-548-61147-5; 13-ISBN 978-0-548-61147-0 (paper)]
  • 1922 -- Korean Fairy Tales
  • 1922 -- Japanese Fairy Tales
  • 1923 -- The Story of the Walloons, at Home, in the Lands of Exile and in America
  • 1924 -- Proverbs of Japan: A Little Picture of the Japanese Philosophy of Life as Mirrored in Their Proverbs
  • 1926 -- The American Flag of Stripes and Stars: Mirror of the Nation's History, Symbol of Brotherhood and World Unity

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Autres lectures[modifier | modifier le code]

  • __________. (1907). Japanese Nation in Evolution: Steps in the Progress of a Great People. New York: T. Y. Crowell & Company.Digitized, full-text copy of this book.
    • (en) « THE ARYAN STRAIN IN THE JAPANESE; Dr. Griffis Attributes Genius of the Islanders to White Ancestry -- Difficulties of the Thesis. », The New York Times,‎ June 27, 1908 (lire en ligne) The New York Times. June 27, 1908.
    • "Book reviewThe Japanese Nation in Evolution. Steps in the Progress of a Great People. Bulletin of the American Geographical Society, Vol. 40, No. 4, 256. 1908.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]