William Ellery Channing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir William Channing.

Dr. William Ellery Channing (7 avril 17802 octobre 1842), né à Newport (Rhode Island), mort à Bennington (Comté du Vermont).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le tombeau William Channing au cimetière Mount Auburn de Cambridge

Il subit l'influence de sa mère pieuse et des principes de la Révolution française.

Il est diplômé d'Harvard en 1798.

En 1801 il est recteur de l'université de Cambridge et commence à prêcher. En 1803 il est nommé pasteur de la congrégation de Federal-Street[1].

Il embrassa l'état ecclésiastique, exerça son ministère à Boston, se fit remarquer par son éloquence, sa charité et son esprit de tolérance, et mérita d'être appelé le Fénelon du Nouveau-Monde.

Opposé au Calvinisme et à la Doctrine de la Trinité, il n'était pas plus partisan de l'unitarisme de Joseph Priestley. Il se plaça en théologie sur un terrain intermédiaire, et soutint les idées morales et progressistes. Channing étudie Kant, Schelling, Fichte et surtout le penseur William Wordsworth.

En 1822 il visita le continent européen.

Il fut aussi un des plus ardents promoteurs de l'abolition de l'esclavage.

En 1831 il entra l'un des premiers dans le mouvement anti-esclavagiste. Son ouvrage sur l'Esclavage publié en 1841, eut un immense retentissement. Mais il ne resta pas dans ce mouvement reprochant aux anti-esclavagistes de ne pas reconnaître les mêmes droits à tous les esclaves.

Il s'attacha, dans ses sermons et ses écrits, à prouver la nécessité sociale de la religion, dont il opposait les préceptes aux mauvais conseils selon lui de la pauvreté et aux erreurs du socialisme.

Il est mort à Bennington, où un cénotaphe est placé en sa mémoire, mais son corps est enterré au cimetière "Mount Auburn de Cambridge (Massachusetts)". Une statue lui a été édifiée dans le jardin public de Boston.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Édouard La Boulaye a donné une traduction de ses Œuvres sociales, ainsi que de son Traité de l'Esclavage, 1855, avec un Essai sur sa vie et ses ouvrages.

Œuvres écrites par Channing[modifier | modifier le code]

  • Critique du caractère et des œuvres de Milton
  • La Vie et le caractère de Bonaparte (articles)
  • Essais sur Fénelon (1826-1829)
  • L'Esclavage, (1841)
  • Œuvres Complètes, (Boston, 1848)
  • Channing, sa vie et ses œuvres, avec une préface de M. Charles de Rémusat, par un Anonyme (Paris 1857)

Notes & Sources[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. Larousse mensuel illustré, tome deuxième, page 679