William Earl Johns

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Earl Johns, né le 5 février 1893 à Bengeo dans le Hertfordshire et mort le 21 juin 1968, est un pilote de chasse puis romancier anglais. Il est principalement connu comme créateur de l'aventurier et as de l'aviation Biggles.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Il vit à Swaffham (Norfolk) et est inspecteur sanitaire quand il s'engage en 1913 comme simple soldat dans l'armée territoriale. Son régiment, le King's Own Royal Regiment, est mobilisé en août 1914 et est envoyé outremer en septembre 1915, où il combat à Gallipoli (péninsule Turque) avant d'être déplacé vers le canal de Suez en décembre de la même année.

Johns est ensuite transféré vers le Machine Gun Corps en septembre 1916, où il sert sur le front grec avant d'être hospitalisé pour malaria. Après sa guérison il est affecté au Royal Flying Corps (armée de l'air) en septembre 1917, et rapatrié en Angleterre pour y apprendre à piloter.

Il est nommé instructeur le 1er avril 1918 et est muté à Marske-by-the-Sea (nord de l'Angleterre). Il y perd rapidement trois avions à la suite de problèmes de moteur ; l'un s'écrasant en mer, l'autre sur la plage, le troisième endommageant une habitation. Ses mésaventures continuent : il évite de justesse de s'écraser sur un falaise noyée dans le brouillard. Bien qu'endommager l'hélice en utilisant la mitrailleuse synchronisée montée sur le capot soit un accident peu fréquent, cela lui arrive par deux fois.

Il sert comme instructeur jusqu'en août 1918 puis est transféré sur le front ouest. Il y passe seulement 6 semaines comme pilote de bombardier avant d'être abattu et fait prisonnier le 16 septembre 1918, restant emprisonné jusqu'à la fin de la guerre.

Johns reste dans la Royal Air Force jusqu'en 1930, la quittant avec le grade de Flying Officer (équivalent à sous-lieutenant). En tant qu'officier recruteur, il a initialement refusé la candidature à la RAF de Thomas Edward Lawrence, dit « Lawrence d'Arabie ».

L'écrivain[modifier | modifier le code]

Son premier roman, Mossyface est publié en 1922. En quittant la RAF il devient correspondant aéronautique pour la presse, et correcteur et illustrateur de livres d'aviation. À la demande de l'éditeur John Hammond Ltd., il crée le magazine "Popular Flying" qui paraît pour la première fois en mars 1932. C'est dans ces pages que naît le personnage de Biggles, dans un récit intitulé "The White Fokker".

Le premier livre sur Biggles, un recueil d'histoires intitulé "The Camels are coming", est publié en août 1932. Unique à l'époque dans ce type de littérature, Johns utilise, dès 1935, un personnage de la classe laborieuse comme équipier de Biggles : Ginger Habblethwaite (Hebblethwaite, par la suite), fils d'un mineur de Northumberland.

Les histoires sont d'abord signées « William Earle » avant l'apparition du « Captain W. E. Johns » plus connu (grade qu'il s'est en fait auto-décerné).

Johns édite "Popular Flying" et l'hebdomadaire "Flying" jusqu'au début de 1939. Il en est évincé à la suite de pressions du gouvernement pour son opposition à la politique d'"appeasement" (apaisement). À cette époque, il écrit des romans, des récits courts, et des articles pour des magazines.

Il continue à écrire du Biggles, dont près d'une centaine de livre a été publié, jusqu'à sa mort en 1968. Bien qu'étant son personnage le plus connu, Biggles n'est pas unique. On peut ainsi trouver dans sa production des histoires sur le capitaine commando Lorrington "Gimlet" King (« King et ses brigands », 1951); sur l'aviatrice Joan "Worrals" Worralson — une sorte de Biggles au féminin, créée à la demande du Ministère de l'Air pour inciter les femmes à rejoindre la WAAF (Women's Auxiliary Air Force) — ; et sur l'astronaute (ex-RAF, naturellement) Group Captain Timothy "Tiger" Clinton, qui va pour la première fois dans l'espace en 1954.

Liens externes[modifier | modifier le code]