William Derham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Derham.
William Derham.

William Derham est un homme d’église et un philosophe naturaliste britannique, né le 26 novembre 1657 à Stoulton, Worcestershire, et mort le 5 avril 1735. Son nom reste associé avec la première mesure de la vitesse du son.

Biographie[modifier | modifier le code]

Derham, fils de Thomas Derham, fait ses études à Blockley (Gloucestershire) et au Trinity College (Oxford) de 1675 à 1679[1]. Il est ordonné prêtre le 29 mai 1681. L’année suivante, il devient vicaire de Wargrave et est, de 1689 à 1735, recteur à Upminster.

En 1696, il fait paraître Artificial Clockmaker qui connaîtra plusieurs éditions. Ses œuvres les plus connues sont Physico-Theology (1713), Astro-Theology (1714) et Christo-Theology (1730). Les deux premiers ouvrages offrent des arguments téléologiques sur l’être et les attributs de Dieu, ils seront réutilisés un siècle plus tard par William Paley (1743-1825). Il inspire également l’œuvre d’Oliver Goldsmith (1728-1774)[2].

Le 3 février 1730, Derham est élu membre de la Royal Society et en 1716, il est fait chanoine de Windsor. Il donne les conférences Boyle en 1711-1712. Son dernier ouvrage, A Defence of the Church’s Right in Leasehold Estates, paraît en 1731.

Derham s’intéresse également à l’histoire naturelle et contribue à divers sujets dans les Transactions of the Royal Society, révise les Miscellanea Curiosa, édite la correspondance de John Ray (1627-1705), fait paraître la Natural History d’Eleazar Albin et publie certains manuscripts de Robert Hooke (1635-1703).

Note[modifier | modifier le code]

  1. Marja Smolenaars, ‘Derham, William (1657–1735)’, Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 (consulté le 26 mai 2007).
  2. Winifred Lynskey (1942), Pluche and Derham, New Sources of Goldsmith, PMLA, 57 (2) : 435-445 (ISSN 0030-8129)